Piscine d’entreposage : le oui sous conditions de l’ASN à EDF

Piscine d’entreposage : le oui sous conditions de l’ASN à EDF

Le débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs va s’interrompre du 3 au 18 août 2019. Après la pause estivale, il reprendra jusqu’au 25 septembre 2019. Mais sans attendre, ce 29 juillet 2019, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient de rendre un avis très attendu sur « un projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés ». Une structure qui devrait notamment permettre de stocker 10 000 tonnes de métal lourd…

Des options de conception globalement retenues 

C’est une annonce qui ne va pas manquer d’alimenter le débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). Dans un communiqué en date du 29 juillet 2019, l’« ASN considère que les objectifs généraux de sûreté et les options de conception retenues sont globalement satisfaisants ». Un avis relatif au projet de piscine d’entreposage porté par EDF en prévision de la saturation de la piscine d’Orano à La Hague (Manche) à l’horizon 2030.

L’ASN a noté dans son communiqué que  « des études et justifications complémentaires sont cependant nécessaires, notamment concernant la conception et la maîtrise de la fabrication pour garantir, sur la durée, l’étanchéité de la piscine ». Une garantie technique attendue et des précisions à venir en lien avec le site qui sera retenu pour accueillir cette infrastructure pas comme les autres. « Une fois le site retenu, EDF devra vérifier que les niveaux d’aléas retenus pour les agressions externes sont appropriés » précise l’ASN.

Une piscine d’entreposage indispensable

Des incertitudes existent donc, mais cet avis de l’ASN constitue un premier feu vert. Un avis notamment fondé sur l’expertise réalisée par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). L’énergéticien peut donc continuer sur sa lancée, avec pour perspective un bassin d’entreposage mis en service vers 2030. Ce dernier pourra accueillir 10 000 tonnes de métal lourd, soit « environ 21 000 assemblages combustibles » note l’ASN.

Pour rappel, les piscines d’entreposage sont un élément essentiel du cycle du combustible nucléaire. Une fois utilisés, les combustibles nucléaires sont refroidis dans des bassins situés au sein de la centrale où ils ont servi, avant de rejoindre quelques années plus tard une piscine comme celle qu’EDF va concevoir. Le futur site d’EDF devrait notamment recevoir les assemblages du réacteur Superphénix.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 3 Mar 2016
La stratégie énergétique 2050 arrive en deuxième lecture au Conseil national de Suisse début mars. A cette occasion, l’avenir du nucléaire dans le mix énergétique pourrait être reconsidéré. L’orientation de la politique énergétique fédérale semble prête à basculer depuis l’arrivée de la…
mer 10 Oct 2018
Si General Electric ne devrait pas créer autant d’emplois en France qu’il s’était engagé à le faire lors du rachat des activités énergie d’Alstom, il ne devrait pas non plus licencier dans l’immédiat. Le groupe américain a annoncé mardi 9…
mar 18 Fév 2014
Si pour la première fois, l’éolien a été la première source d’électricité de l’Espagne, le pays ne semble pas prêt de renoncer aux kilowattheures bon marché délivrés par ses centrales nucléaires. Selon le quotidien El Pais, le gouvernement espagnol songerait…
lun 13 Mai 2019
La sûreté nucléaire ne cesse de se renforcer notamment grâce à de nouveaux dispositifs imaginés par le gendarme du secteur, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). En novembre 2018, elle a décidé de mettre en place un système de recueil des…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.