Les grandes compagnies pétrolières ont flambé en 2018

Les grandes compagnies pétrolières ont flambé en 2018

Début février 2019, plusieurs compagnies pétrolières ont présenté leurs résultats pour l’année 2018. Il est peu de dire les chiffres dévoilés sont bons. Les cours du pétrole à la hausse par rapport à l’année précédente ont permis à certaines majors de dégager des bénéfices très importants. L’heure est désormais à l’utilisation à bon escient de fonds qui ont souvent fait défaut au cours des dernières années.

Des cours haussiers qui ont boosté les bénéfices

Exxon Mobil, Chevron, BP, Shell et Rosneft ont publié leurs résultats pour l’année 2018. Des majors qui attendaient avec impatience des cours à la hausse et qui ont pour beaucoup d’entre elles largement dépassé les prévisions. La chose ne se vérifie pas complètement pour la plus grande compagnie pétrolière au monde : Exxon Mobil. Les chiffres annoncés le 1er février 2019 sont en demi-teinte. Si le bénéfice net au quatrième trimestre a reculé de près de 30 % à 6 milliards de dollars, il a dépassé les attentes des analystes. Le quatrième trimestre 2017 avait été très bon grâce à gain fiscal de 5,9 milliards de dollars. En 2018, Exxon Mobil a dégagé un chiffre d’affaires de 290,21 milliards de dollars (en hausse de 18,8 %).

La performance du leader mondial est plutôt solide, mais ses concurrents font encore mieux. Shell par exemple a réalisé un bénéfice de 21,4 milliards de dollars au cours du dernier exercice. C’est plus que les attentes des analystes (20,98 milliards de dollars) et c’est surtout 36 % plus élevé qu’en 2017. La trésorerie du groupe est en hausse, mais la direction a assuré vouloir rester disciplinée quant aux investissements qui seront réalisés. Chevron dégage également des bénéfices en hausse grâce à la hausse des prix et à celle de sa production.

BP et Rosneft marchent sur l’eau

La palme de la meilleure performance au quatrième trimestre revient à BP dont le bénéfice a bondi de 67 %. La compagnie britannique a ainsi surpassé toutes les prévisions qui tablaient sur un résultat net de 2,63 milliards de dollars. Les trois derniers mois se sont finalement conclu sur un résultat net à hauteur de 3,65 milliards de dollars bien aidé par la hausse des prix et l’acquisition pour 10,5 milliards de dollars de puits de gaz de schiste jusqu’alors détenus par BHP Billiton. Les majors anglo-saxonnes engrangent donc les bons résultats, mais elles ne sont pas les seules.

Ce mardi 5 fevrier 2019, le géant russe Rosneft a annoncé un bénéfice net plus que doublé pour l’année 2018 par rapport 2017. Ce dernier a atteint 549 milliards de roubles, soit 7,3 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires a également progressé de 37 % bien aidé par un marché haussier. Le groupe sous contrôle de l’Etat russe a annoncé une réduction de sa dette et sa volonté d’investir pas moins de 18 milliards de dollars en 2019 notamment dirigés vers la « mise en œuvre de projets stratégiques pétroliers et gaziers ». Une année importante et sensible pour le groupe russe très largement engagé au Venezuela. Le pays traverse une crise politique sans précédent avec un président Maduro allié de la Russie contesté en interne comme dans de nombreux pays étrangers. Une situation délicate pour les actifs de Rosneft dans un pays qui abrite les plus grandes réserves de brut au monde.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 6 Oct 2017
Alors que Dalkia, filiale d’EDF spécialisée dans les services énergétiques, se renforçait une nouvelle fois en Pologne via l’acquisition lundi 2 septembre 2017 de l'entreprise Matex Controls, le groupe EDF poursuit en parallèle le processus de cession de ses actifs…
lun 2 Jan 2017
Selon le plan d'une agence gouvernementale rapporté samedi 31 décembre par la presse d'Etat, les autorités chinoises souhaiteraient diminuer de 800 millions de tonnes leurs capacités annuelles de production de charbon d'ici 2020. Pressée par une demande en berne et…
ven 24 Jan 2014
En raison du boom de l'exploitation du gaz de schiste, le prix du charbon américain a été fortement revu à la baisse ces dernières années. Les Etats-Unis peuvent ainsi exporter un charbon bon marché à l'international. Toutefois, selon les données…
mer 7 Fév 2018
Peu efficace jusqu’à présent en raison d’un large excès de quotas et d’un prix de la tonne trop bas, le marché du carbone européen pourrait être réformé en profondeur dès 2020. Le projet de réforme lancé par la Commission européenne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.