Des Assises de la transition énergétique au programme chargé

Des Assises de la transition énergétique au programme chargé

Assises de la transition énergétique

Les 20e Assises de la transition énergétique se sont ouvertes à Dunkerque le 22 janvier 2019 en présence de François de Rugy. Le ministre de la Transition écologique et solidaire s’est exprimé sur plusieurs grands enjeux qui secouent le pays. Fiscalité écologique, rôle des collectivités locales, nucléaire ou encore éolien en mer sont au programme de cet événement qui se déroule du 22 au 24 janvier 2019.

Des collectivités locales au cœur du système

Les promoteurs des Assises de la transition énergétique avaient vu juste il y a vingt ans ! A l’époque, ils expliquaient déjà que les problématiques énergétiques seraient stratégiques pour les collectivités locales. D’ailleurs, le ministre de la Transition écologique et solidaire a pris part à une première table ronde consacrée aux territoires engagés et solidaires. A cette occasion, il a notamment affirmé vouloir discuter « avec tous les niveaux de collectivités pour l’amélioration des leviers de mise en œuvre de la transition dans les territoires.  Selon lui, « la transition énergétique sera ancrée dans les territoires ou ne sera pas ». Les collectivités sont donc désormais au cœur du projet énergétique, et leurs représentants n’ont pas hésité à interroger le ministre sur les moyens dont ils bénéficieront pour mener à bien la transition écologique.

Une question qui plonge le ministre de Rugy au cœur de la brûlante actualité des gilets jaunes. La taxe carbone dont l’augmentation programmée a été un déclencheur du mouvement est sur la table à l’occasion du « grand débat » qui a débuté le 15 janvier 2019. Comme lors de ses vœux, le ministre a souhaité que l’augmentation de la taxe finalement ne soit pas un sujet tabou malgré les tensions qu’elle a provoquées. François de Rugy plaide ainsi pour une meilleure affectation de la taxe carbone qui profitera à des élus locaux, invités à appuyer cette proposition. Par ailleurs, l’exécutif envisagerait de rémunérer, dans le cadre d’un plan Climat Air-Énergie Territorial (PCAET), les collectivités qui engagent des politiques de baisse des émissions de gaz à effet de serre.

Le nucléaire et l’éolien en mer font débat

Parmi les autres sujets évoqués lors de cette première journée en compagnie du ministre de la Transition énergétique, on peut citer l’avenir de la centrale nucléaire de Gravelines. François de Rugy a confirmé qu’aucun site nucléaire ne serait totalement fermé. Quant à « la décision de construire de nouvelles unités (elle) sera prise en 2022 en fonction des éléments que donneront EDF et les études économiques et techniques sur le coût et l’implantation d’EPR ». Le ministre ne ferme donc pas la porte à l’EPR.

« L’éolien offshore permet de créer des emplois pour la fabrication, puis pendant 20 ans pour l’entretien et la maintenance » affirme le représentant du gouvernement qui a en tête l’appel d’offres du futur parc éolien en mer au large de Dunkerque. Un appel d’offres sur lequel s’est positionné le Canadien Boralex qui a dévoilé le même jour le nom de ses trois partenaires. Les Néerlandais Eneco et Van Oord ainsi que DGE, filiale européenne de Mitsubishi Corporation, devront donc convaincre les autorités françaises de la qualité de leur dossier. Un appel d’offres qui sera finalement « sans subventions car les coûts ont baissé » assure le ministre. Ce serait là une avancée importante…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 23 Nov 2016
Dalkia, filiale du groupe EDF spécialisée dans les services d'efficacité énergétique, l'Ademe et la ville de Caen, ont inauguré vendredi 18 novembre dernier, une nouvelle chaufferie biomasse. Cette installation alimentée en bois permettra d'approvisionner en chaleur renouvelable plus de 7.000…
mar 15 Nov 2016
Alors que la menace pèse sur l'accord climatique de Paris suite à l'élection du nouveau président américain Donald Trump, plusieurs dignitaires religieux ont apporté leur soutien au mouvement de transition énergétique. Ils appellent notamment dans un déclaration publiée jeudi 10…
lun 25 Mai 2015
Alors qu’Alstom vient d’annoncer la livraison d’ici à la fin de l’année 2015 de sa première éolienne offshore Haliade 150 fabriquée en France, c’est le constructeur éolien danois MHI Vestas qui vient d’être pré-sélectionné pour équiper la future ferme éolienne…
jeu 14 Juin 2018
En réponse aux déclarations de Laurent Schneider-Maunoury, président du groupe Naval Energies (ex-DCNS), qui demandait lundi 11 juin 2018 un signe rapide du gouvernement en faveur de la filière hydrolienne, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire a…

COMMENTAIRES

  • Sans subvention les éoliennes en mer ? Chiche ! Mais alors elles doivent obéir aux lois du marché, donc assumer le coût de leur intermittence et surtout financer leur raccordement au réseau électrique.
    Or, et le gouvernement ne s’en vante pas, il continue de subventionner ces énergies en faisant payer par les consommateurs, via la taxe TURPE (taxe sur le transport de l’électricité) le coût de ce raccordement, très élevé car les éoliennes sont en mer.
    Malhonnêteté intellectuelle et idéologie (antinucléaire en l’occurrence) vont souvent de pair.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.