Total débute l’exploitation du champ nigerian d’Egina

Total débute l’exploitation du champ nigerian d’Egina

Le Nigeria compte désormais un nouveau champ pétrolifère en exploitation. Ce site offshore situé à 150 kilomètres des côtes devrait produire 200 000 barils par jour. Total renforce sa présence dans le pays africain qui dispose des plus importantes réserves de brut. Découvert en 2003, le champ d’Egina est entré en exploitation après des travaux dont l’enveloppe a été inférieure à un milliard de dollars au budget initial.  

Egina, nouveau poumon pétrolier nigérian 

Le géant pétrolier français commence 2019 sous d’excellents auspices avec le début d’exploitation de l’immense champ d’Egina. Situé au large des côtes nigérianes, le pétrole est extrait à environ 1 600 mètres de profondeur. Ce sont 200 000 barils qui doivent être produits chaque jour. Concrètement, cela représente « près de 10 % de la production du pays » selon le communiqué publié par Total. L’entreprise se félicite également d’une mise en service qui aura coûtée 10 % de moins que prévu. Ainsi, la compagnie pétrolière réalise « une économie de plus d’un milliard de dollars » par rapport au budget initial. Cette performance s’explique notamment par un temps de forage des puits inférieur de 30 % aux prévisions. 

Arnaud Breuillac, directeur général de l’exploration-production a d’autres raisons de se réjouir. En effet, selon lui « Egina permettra d’accroître la production et les cash-flows du groupe dès 2019 ». Total réalise donc une excellente opération avec ce grand champ offshore dont les premiers fruits profitent déjà au Nigéria comme l’a souligné Arnaud Breuillac. Ce dernier affirme qu’Egina « contribue au développement du secteur pétrolier et gazier du Nigéria en créant de l’emploi et en développant l’infrastructure industrielle du pays ».

Un pays au fort potentiel d’investissements

Le Nigeria renforce donc son poids dans le domaine des hydrocarbures et par la même sa dépendance. La pression démographique et les 190 millions d’habitants obligent à trouver de nouvelles ressources. Or, les faibles prix du pétrole depuis trois ans ont mis à mal l’économie. Néanmoins, le pays souhaite continuer à exploiter ses immenses ressources pétrolières. Et il n’en manque pas, puisqu’il dispose des plus importantes réserves prouvées du continent africain, avec environ 37 milliards de barils.

Les investissements dans ce secteur devraient avoisiner les 50 milliards d’euros d’ici à 2025 selon GlobalData. Cela placerait le Nigeria dans le top cinq mondial en matière d’investissements en compagnie du Brésil, des Etats-Unis, de la Russie et du Mozambique. D’ailleurs, Total étudie la possibilité de raccorder la plateforme d’Egina au champ de Preowei. La compagnie décidera si un tel projet est opportun au cours de l’année qui vient de s’ouvrir.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 18 Oct 2016
Alors que l’Allemagne a accepté de ratifier l’Accord de Paris, elle ne semble pas en mesure de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, en 2015, même si les énergies renouvelables atteignent des sommets, ses émissions de…
A la fin du mois de juin, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié le World Energy Outlook Special Report sur le thème “Energy and Air Pollution”. Dans ce document, les experts indiquent qu’une hausse de 7 % des investissements…
ven 8 Juil 2016
D’après une étude publiée mardi 5 juillet dernier par le Réseau Action Climat Europe (CAN Europe), l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL), l’ONG britannique Sandbag et le WWF Europe, l’exploitation du charbon chez nos voisins européens aurait causé la mort prématurée…
jeu 14 Sep 2017
En pleine course à la transition énergétique, les laboratoires sont nombreux à s’intéresser à la mise au point d’une technique pour fabriquer du pétrole synthétique. La formule magique n’est pas encore au point mais on sait déjà qu’elle vaudrait de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.