Accord de l'OPEP : "difficile de crier victoire" - L'EnerGeek

Accord de l’OPEP : “difficile de crier victoire”

opepLe cartel des pays exportateurs de pétrole a annoncé son intention de réduire sa production d’or noir. Alors que l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) affiche de la prudence sur l’effet de cette décision historique, Jean-Louis Schilansky s’interroge quant à lui sur l’impact des gaz de schiste américains.  

Jeudi 29 septembre, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP, qui comprend l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Irak, le Koweït, le Venezuela, le Qatar, l’Indonésie, la Libye, Abou Dabi, les Émirats arabes unis, l’Algérie, le Nigeria, l’Équateur, le Gabon et l’Angola) a décidé de ramener sa production entre 32,5 et 33 millions de barils par jour, contre 34,47 mb/j au mois d’août. Presque automatiquement, les valeurs boursières des super majors (Total, BP, Schell, ExxonMobil, ConocoPhillips et  Chevron) se sont orientées à la hausse.

Pourtant, si l’AIE estime que « l’initiative de l’OPEP est un développement important pour le marché pétrolier », elle ajoute qu’il « est trop tôt pour dire si cet accord (…) aura un impact sur l’équilibre du marché ». De son côté, la porte-parole de l’Independent Petroleum Association of America (IPAA) considère que « la décision de l’OPEP peut créer une hausse des prix à court terme », avant d’expliquer « que la hausse devra être durable sur le long terme pour qu’elle conduise à une augmentation des investissements et des nouveaux projets ».

Les analystes de Mirabaud Securities résument qu’ « il est réellement difficile de crier victoire après la décision (que certain qualifient déjà historique) de l’OPEP ». Sur Twitter, Jean-Louis Schilansky, le président du Centre hydrocarbures non conventionnels (CHNC), s’interroge également : « La décision de l’OPEP n’est-elle pas le signe qu’elle reconnait la capacité de résilience des producteurs US de pétrole de schiste » ? La question se pose effectivement aujourd’hui : existe-t-il une bulle spéculative autour des gaz de schiste ou au contraire cette énergie est-elle une vraie solution pour redistribuer les cartes de la géopolitique de l’énergie ?

Lire aussi : Les revenus de l’OPEP chutent de 46 % en 2015

Crédit Photo : @Lexpress

Rédigé par : Raphaël Suire

Raphaël Suire
Professeur en management de l’innovation, Université de Nantes.
mar 29 Nov 2022
Contrainte d’abandonner le gaz russe pas cher, livré directement sur son territoire par pipeline, l’Allemagne se résoud à trouver d’autres fournisseurs, dans son coin. Berlin vient ainsi de signer en direct avec le Qatar pour 15 ans. On comprend mieux…
mar 19 Mar 2019
L’OPEP et ses alliés se sont réunis à Bakou (Azerbaïdjan) le 18 mars 2019. Les pays producteurs de pétrole ont décidé de se donner du temps pour voir comment les cours évolueraient. Néanmoins, ils gardent toujours pour objectif de baisser…
lun 22 Jan 2018
Si les travaux de rénovation énergétique permettent de réduire à court terme les dépenses d’un logement, ils peuvent parfois représenter un investissement conséquent et la question de leur rentabilité en cas de revente se pose. Un propriétaire désireux de vendre…
mer 26 Déc 2018
Déjà peu utilisé en France, le charbon pourrait complètement disparaître à l’horizon 2022. La Programmation pluriannuelle de l’énergie a été rédigée en ce sens. Pourtant, le 24 décembre 2018, nous apprenions que les centrales à charbon françaises aiguisent l’appétit du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.