PPE : E. Macron réunit les principaux acteurs du secteur de l'énergie

PPE : E. Macron réunit les principaux acteurs du secteur de l’énergie

construction-reacteurs-nucleaires-emmanuel-macron

Quelques jours seulement après avoir annoncé  des « décisions structurantes et historiques », le Président Emmanuel Macron réunira, mercredi 24 octobre 2018 à l’Elysée, une trentaine d’entreprises et organismes de recherche du secteur de l’énergie. Ce rendez-vous permettra au nouveau champion du climat de leur présenter en avant-première sa vision des enjeux de la politique énergétique française, déclinée dans la prochaine Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Alors que la nouvelle version de la PPE doit être dévoilée dans ses grandes lignes en conseil des ministres à la fin du mois d’octobre, le Président Emmanuel Macron s’adressera directement cette semaine aux principaux acteurs du secteur de l’énergie. Plusieurs dizaines de chefs d’entreprises et de chercheurs ont en effet été conviés mercredi 24 octobre à l’Elysée pour une « séance de travail » portant sur « la réduction des émissions de CO2 liées à la consommation d’énergie, la maîtrise de la facture énergétique des Français, le made in France des nouvelles solutions énergétiques bas-carbone et les enjeux de souveraineté liés à l’énergie », détaille la présidence dans un communiqué.

Énergie : pour la mise en oeuvre d’une stratégie nationale bas carbone

Si la majorité des patrons de l’énergie seront présents comme Patrick Pouyanné (Total), Jean-Bernard Lévy (EDF), Isabelle Kocher (Engie), Philippe Varin (Orano, ex-Areva), Xavier Barbaro (Neoen) ou Eric Scotto (Akuo Energy), plusieurs dirigeants de grands groupes actifs dans le secteur du bâtiment et de l’efficacité énergétique ont été également été invités dont Xavier Huillard (Vinci), Martin Bouygues (Bouygues) et Benoît de Ruffray (Eiffage Energie). Côté recherche, des représentants du CNRS, de l’INRIA, du CEA et de l’INRA, seront présents afin d’aborder avec le gouvernement les investissements prévus dans la PPE pour décarboner le « mix » énergétique français et diversifier la production électrique sur les périodes 2019-2023 et 2024-2028.

Pour rappel, la PPE est l’outil de pilotage de la politique énergétique créé par la loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015. Elle exprime les orientations et priorités d’action des pouvoirs publics pour la gestion de l’ensemble des formes d’énergie sur le territoire, et fixe filière par filière (énergie fossiles, nucléaire, éolien, solaire, etc.) les grands objectifs de la loi de transition énergétique et la composition du bouquet énergétique français à l’horizon 2023, puis 2028. Si la question du nucléaire est particulièrement attendue compte tenu des objectifs de réduction annoncés, cette feuille de route énergétique couvre des domaines bien plus larges que l’électricité et s’attache à mettre en œuvre une Stratégie nationale bas carbone (SNBC). Une fois dévoilée par le gouvernement, la PPE sera soumise à consultation puis adoptée par décret au premier semestre 2019.

Crédits photo : DH Simon – MEF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 5 Avr 2021
Ce 31 mars 2021, la centrale au charbon du Havre a été définitivement retirée du réseau électrique français. Son démantèlement commencera l'année prochaine et devrait durer dix ans. Deux centrales au charbon restent en activité en France, leur fermeture est…
mar 6 Fév 2018
Élevée au rang de modèle de développement durable pour toutes les zones non-interconnectées lors de la COP22 de Marrakech en novembre 2016, la Guadeloupe se rêve aujourd’hui en véritable pionnière de la transition énergétique. Le département d’outre-mer qui vise une…
lun 30 Déc 2013
Dans le cadre du démantèlement de la centrale nucléaire de Creys-Malville, en Isère, Areva a pour la première fois fait appel à son robot de découpage au laser, CHARLI, en novembre dernier. Ce dernier permet d'extraire en toute sécurité le…
mer 19 Juin 2019
L’Union européenne est l’un des moteurs de la transition énergétique au niveau mondial. Les instances européennes poussent à des accords les plus ambitieux possibles et la Commission européenne est en charge de contrôler les engagements pris par ses Etats membres.…

COMMENTAIRES

  • Il faut accélérer car dans les gaz industriels dont hydrogène, Linde (Allemagne) vient de s’associer à Praxair (Etats-Unis) et passe numéro 1 mondial nettement devant Air Liquide.

    Dans l’injection d’hydrogène et méthanation des unités “industrielles” sont annoncées pratiquement chaque mois.

    Dans les véhicules électriques la Chine, entre autres, est depuis un moment à l’offensive en Europe avec des véhicules électriques très peu chers importés via, entre autres, la Grèce et les Balkans. Et Par ailleurs Volvo.

    Le chinois Thunpower vient par ailleurs de s’implanter en Belgique pour vendre ses Chloé (350 km d’autonomie pour un prix de 12000 à 15.000 euros) puis ensuite Sedan (650 km d’autonomie)

    https://www.tpev.com/en

    .

    Répondre
  • J’ai plusieurs fois demandé, dans les commentaires ouverts par diverses organisations, que les options techniques du CEA puissent être ouvertes à discussion. Jamais de réponse.
    En particulier, la construction souterraine des réacteurs en puits donnerait une grande sûreté vis-à-vis des attaques et des conséquences en surface. Economie probable, mais sujet interdit…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.