Éolien en mer : un nouvel amendement d’annulation déposé au Parlement

Éolien en mer : un nouvel amendement d’annulation déposé au Parlement

eolien-en-mer-offshore-parc-fecamp

Si la majorité des lauréats des appels d’offres de 2012 et 2014 (comme EDF, Engie ou Ailes Marines, société détenue par Iberdrola) se sont d’ores et déjà engagés dans la renégociation des tarifs d’achat souhaitée par le ministère de la Transition écologique, leur marge de manœuvre semble des plus réduites. Le gouvernement a clairement annoncé son intention d’annuler purement et simplement les six projets de parcs offshore concernés si ces négociations n’aboutissaient pas à des tarifs suffisamment bas, et a déposé un nouvel amendement devant le parlement en ce sens lundi 11 juin 2018.

Si la première tentative d’amendement déposée en mars a finalement été rejetée par le Sénat, le ministère de la Transition écologique persiste dans sa volonté d’annuler les six premiers projets de parcs éoliens en mer, et cela malgré les vives protestations des régions Bretagne, Normandie et Pays-de-la-Loire. Il a déposé lundi 11 juin un second amendement à cet effet dans le cadre de la nouvelle lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi « Renforcement de l’efficacité de l’administration pour une relation de confiance », prévoyant cette fois la possibilité d’annuler ces projets en cas d’échec des renégociations en cours sur les tarifs de rachat de l’électricité qui sera produite par ces parcs. Le ministère explique, pour justifier un tel revirement, que les tarifs des appels d’offres actuels, fixés entre 180 et 230 euros le mégawattheure en 2012 et 2014, sont désormais trop élevés compte tenu des progrès technologiques réalisés dans la filière éolienne en mer et des baisses de coûts observées. Ces rémunérations seraient devenues « excessives » alors que la plupart des projets validés ces dernières années le sont à des tarifs d’achat oscillant autour de 80 euros le MWh, et le gouvernement souhaite tout simplement « réduire le coût du soutien public ».

Des projets de parc éolien en mer annulés en cas d’échec des négociations

Contrairement à la première version du texte, qui ciblait potentiellement tous les projets d’énergies renouvelables, cette nouvelle mouture est beaucoup plus ciblée puisqu’elle vise essentiellement les « installations de production d’énergie renouvelable en mer dont le candidat retenu a été désigné avant le 1er janvier 2015 et pour lesquelles les contrats (…) n’ont pas encore été conclus », soit les six parcs éoliens offshore issus des deux premiers appels d’offres. Ces six projets pourront donc être annulés par le gouvernent si les renégociations en cours avec les entreprises sélectionnées (EDF, Engie et l’espagnol Iberdrola) venaient à échouer.

Le gouvernement promet en contrepartie que des indemnités seront versées en cas d’annulation au titre des études techniques préalables réalisées par les lauréats, et qu’un nouvel appel d’offres sera lancé « dans un délai ne pouvant excéder six mois » sur la zone concernée ou une zone voisine et pour une puissance au moins similaire. Des promesses insuffisantes selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER) pour qui une telle décision « fragiliserait lourdement et durablement la confiance des industriels et investisseurs ».

Crédits photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 13 Juil 2016
En plein cœur du désert du Néguev, dans le sud d'Israël, ingénieurs et ouvriers œuvrent à l'édification de la plus haute tour solaire du monde : la tour Ashalim. Véritable pari sur l'avenir, ce projet renouvelable devrait permettre à l'État…
mar 23 Avr 2013
Selon une étude de Bloomberg New Energy Finance, General Electric (GE) est devenu le premier fabriquant d’éoliennes dans le monde en 2012. Il rejoint le danois Vestas en première place, détenteur du titre depuis 2000. En effet, ils possédaient chacun…
lun 29 Fév 2016
En entamant le démantèlement de l’ancienne centrale thermique à Bellefontaine, l’île de la Martinique souhaite accélérer sa transition énergétique. En octobre 2014, le conseil régional et EDF Martinique avaient notamment signé une convention prévoyant « la création d'un pôle de transition énergétique…
jeu 30 Juin 2016
Le réseau de chaleur de l’agglomération dijonnaise se développe avec l’installation, mercredi 29 juin, d’une 3ème chaudière biomasse à la chaufferie des Péjoces. Cet équipement, livré par Dijon Energies, filiale de Dalkia - elle-même appartenant au groupe EDF -, permettra…

COMMENTAIRES

  • Le gouvernement actuel prend en compte le coût collectif du soutien aux énergies renouvelables. Cela permet d’encourager les avancées technologiques et de demander aux entreprises de cs filières d’avoir un comportement d’industriel et non de rentiers administratifs.
    Il faut différencier le financement des prototypes (ou maquettes de taille réduite) du coût global d’investissement et de fonctionnement d’installations pérennes. Les premiers peuvent faire l’objet d’un financement spécifique (y compris l’Europe) , et les seconds peuvent être pris en charge partiellement par la CSPE, mais dans des limites raisonnables et à condition que les consommateurs sachent ce que cela leur coûte. Mais on est loin d’avoir atteint cette transparence.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.