Eolien offshore : vers une renégociation des tarifs de rachat de l’électricité

Eolien offshore : vers une renégociation des tarifs de rachat de l’électricité

parc-eolien-offshore-ecosse

Comme le craignaient professionnels et élus locaux suite à l’amendement de dernière minute déposait en mars par le gouvernement dans le projet de loi « État au service d’une société de confiance », le ministère de la Transition écologique et solidaire est bien déterminé à renégocier les tarifs de rachat de l’électricité produite par les six futurs parcs éoliens en mer français. Selon une déclaration du ministère publiée lundi 16 avril 2018, des négociations devraient débuter rapidement « avec l’ensemble des lauréats pour faire baisser les coûts des différents projets ».

Si la première tentative d’amendement déposée en mars a finalement été rejetée par le Sénat, le ministère compte bien retenter sa chance (malgré les protestations des régions Bretagne, Normandie et Pays-de-la-Loire) en s’appuyant cette fois sur des accords éventuels obtenus avec les professionnels concernés. Le gouvernement a en effet annoncé lundi 16 avril 2018 l’ouverture dans les prochains jours de nouvelles négociations avec les professionnels sélectionnés afin de revoir les tarifs d’achat garantis à la baisse. « Une négociation va s’engager dans les prochains jours (…). C’est à la lumière des propositions des professionnels que nous prendrons nos décisions, au plus tard en juillet », a indiqué à l’AFP le ministère.

Des baisses de tarif « très significatives » sont demandées

Le ministère explique notamment, pour justifier un tel rétropédalage, que les tarifs des appels d’offres actuels, fixés à 200 euros le mégawattheure en 2012 et 2014, sont désormais trop élevés, et ne reflètent plus la réalité du marché ni la baisse des coûts de l’éolien opérée ces dernières années. « Compte tenu des coûts observés dans les autres pays d’Europe, nous attendons des baisses de tarif très significatives », a ajouté le ministère, précisant que les prix de rachat d’électricité des projets éoliens en mer se situaient ces dernières années autour de 80 euros le mégawattheure.

Si la majorité des lauréats (comme Engie ou Ailes Marines, société détenue par Iberdrola) se sont déclarés ouverts à la négociation, leur marge de manoeuvre semble d’ores et déjà réduite, le gouvernent étant prêt à relancer ces appels d’offres si les négociations n’aboutissaient pas à des tarifs suffisamment bas. « Il ne s’agirait pas d’annuler des projets, mais de permettre leur évolution », affirme le ministère de la Transition écologique, qui souhaite « développer les énergies renouvelables » tout en évitant « une dépense publique excessive pour les Français ». Pour rappel, six projets de parc éolien attribués dans le cadre des deux premiers appels d’offres sont concernés, par cette révision. Les quatre premiers, attribués en 2012 à des consortiums emmenés par EDF EN, et Engie concernent les projets de Courseulles-sur-mer (Calvados), Fécamp (Seine-Maritime), Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) et Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Les deux autres ont été attribués en 2014 et portent sur les sites du Tréport (Seine-Maritime) et de Yeu/Noirmoutier (Vendée). Tous doivent normalement être mis en service d’ici 2021 ou 2022.

Crédits photo : Statoil

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 12 Juin 2015
En 2018, un lagon artificiel pourrait permettre à 155 000 foyers gallois d’être alimentés en électricité verte. C’est en tout cas l’objectif du projet de Tidal Lagoon Power, qui consiste à construite une digue en arc de cercle d’une dizaine de…
sam 12 Déc 2015
Afin de réduire son empreinte carbone, Axa a décidé de nouer un partenariat avec EDF. Dans seulement trois ans, l’ensemble de l’électricité consommée en France par l’assureur sera issue des énergies renouvelables. Parallèlement, les deux groupes s’unissent avec le CNRS…
jeu 7 Fév 2019
Les travaux de modernisation de la centrale hydroélectrique de La Coche, en Savoie, entrent dans leur dernière ligne droite. Le 25 janvier 2019, la roue Pelton a été livrée à la centrale pour installation. Une fois entrée en fonctionnement, elle…
lun 22 Août 2016
Au début de l’été, l'Association des ingénieurs territoriaux de France (AITF) visitait le plus grand barrage d’Europe situé dans les Hautes-Alpes, en France. Le 21 août dernier, le magazine Sept à Huit, diffusé sur TF1, consacrait également un reportage à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.