A Grenoble, une électricité 100% renouvelable d’ici 2022 ?

A Grenoble, une électricité 100% renouvelable d’ici 2022 ?

grenoble-energies-renouvelables

Si la promesse d’un mix électrique 100% renouvelable semble encore peu réaliste à l’échelle nationale compte tenu de l’intermittence propre aux énergies vertes, cet objectif pourrait toutefois être atteint assez rapidement dans des contextes locaux bien particuliers. A Grenoble dans la région Rhône-Alpes par exemple, l’énergéticien public local Gaz Électricité de Grenoble (GEG) a présenté vendredi 9 mars 2018, un plan d’investissement de 125 millions d’euros destiné à couvrir d’ici 2022 l’équivalent de la consommation des 166.000 Grenoblois uniquement en énergies renouvelables.

Née il y a 150 ans à Grenoble, la société GEG entend bien profiter des opportunités offertes par les énergies éolienne et solaire pour accroître son activité. Selon son nouveau plan stratégique de développement, dévoilé vendredi 9 mars 2018, la compagnie locale prévoit notamment de tripler sa production actuelle, établie à 144 gigawatts/heure d’énergie renouvelable (dont 97 en hydroélectricité, 16 en éolien, 12 en photovoltaïque et 19 en biométhane), pour atteindre 400 GWh à l’horizon 2022 (dont 143 en hydroélectricité, 209 en éolien, 27 en photovoltaïque et 19 en biométhane). Ce niveau de production « représente le niveau de consommation des particuliers grenoblois », explique Christine Gochard, directrice générale de GEG.

« L’éolien est le plus grand générateur d’opportunités »

Spécialisée avant tout dans l’hydroélectricité, (Grenoble est connu pour être le berceau de « houille blanche »), GEG entend pour cela donner encore et toujours un « focus important sur l’hydroélectrique », tant en misant en parallèle sur l’éolien, générateur de grandes opportunités, ajoute Mme Gochard. L’entreprise possède déjà un parc éolien à Rivesaltes (Pyrénées-orientales), et de nombreux projets en cours de réalisation en Picardie, dans la Somme et dans l’Oise.

Parmi les projets du groupe entrés en vigueur en 2018, on peut également citer le parc solaire de Susville, petite commune du sud de l’Isère qui valorise d’anciens terrils avec des panneaux de l’entreprise iséroise Photowatt, la petite centrale hydraulique de Bozel (Savoie) qui couvre la consommation de 3.000 habitants, ou encore les ombrières couvertes de panneaux sur trois parkings-relais à Grenoble.

Crédits photo : Ministère de la Transition écologique

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 11 Déc 2017
La Commission européenne a rendu public, fin novembre 2017, une liste de nouveaux « projets d'intérêt communs » dans le secteur de l'énergie, destinés à encourager le développement rapide des interconnexions électriques entre pays membres de l'Union européenne. Ces projets,…
jeu 17 Oct 2019
Au moment où la Convention citoyenne expérimente une nouvelle forme de démocratie sur la question climatique, Laurent Fabius veille au respect des prérogatives du conseil des Sages de la rue de Montpensier. Le 13 octobre 2019, le président du Conseil…
lun 2 Juin 2014
Alors que le projet de restructuration du groupe Alstom fait les gros titres de la presse économique française, le groupe a inauguré son premier centre de technologie hydroélectrique d'Amérique Latine. Ce nouveau complexe, dont la construction a nécessité un investissement…
mar 23 Oct 2018
Considéré comme une alternative propre et durable aux énergies fossiles malgré des coûts de production toujours élevés, l’hydrogène se développe. Ce vecteur d'énergie pourrait même devenir dans les années à venir une pièce maîtresse de la transition énergétique française. Le…

COMMENTAIRES

  • A moins de disposer d’une géographie très favorable permettant une
    production d’électricité renouvelable pilotable par des moyens comme
    l’hydroélectricité ou des centrales au bois, des échanges d’électricité sont
    nécessaires pour assurer la disponibilité de la puissance électrique à
    chaque instant. Des territoires peuvent produire en
    moyenne plus qu’ils ne consomment grâce à des éoliennes ou panneaux
    solaires, mais ils absorbent à certains moments de l’électricité produite
    ailleurs. Dans un de ses rapports, Réseau de transport de l’électricité
    prend l’exemple d’une ville qui réussirait à produire chaque année
    autant d’électricité qu’elle en consomme grâce à l’éolien et au photovoltaïque
    et précise que « bien que la puissance installée renouvelable soit
    pratiquement le triple de la puissance consommée à la pointe, cette ville
    aura cependant besoin de la même capacité de réseau pour sécuriser
    son alimentation (sauf à lui substituer un stockage local, une production
    de secours locale ou organiser des effacements) »

    Répondre
  • Même chose avec ENERCOOP qui promet de fournir à ses clients 100 % d’énergie renouvelable. En fait, comme elle utilise le réseau national, ce n’est pas en temps réel que ses clients consomment une électricité renouvelable (car celle-ci est intermittente) mais ENERCOOP garantie que l’équivalent est injectée sur le réseau, mais il n’est pas précisé quand. C’est une astuce comptable qui ne trompe que des gens crédules. Ils consomment en fait selon le mix électrique du moment en payant le prix fort.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.