Agriculture : annonce d'un plan d’action "bioéconomie et renouvelables"

Agriculture : annonce d’un plan d’action “bioéconomie et renouvelables”

bioeconomie_plan_action

Alors que le secteur de l’agriculture représente un potentiel de développement prometteur pour les énergies renouvelables et la transition énergétique dans son ensemble, le gouvernement entend bien profiter de ces synergies positives. Le ministère de l’Agriculture a détaillé dans un communiqué publié lundi 26 février 2018, un nouveau plan d’action sur la bioéconomie destiné à valoriser la génération d’énergie en milieu rural et à utiliser les ressources agricoles, forestières, marines et aquacoles pour fabriquer “alimentation, énergies renouvelables et matériaux biosourcés”.

Fourniture de biomasse pour les biocarburants ou la production de chaleur, méthanisation, mise à disposition de surfaces pour les éoliennes ou les panneaux photovoltaïques, ou production/récupération de chaleur (géothermie ou solaire thermique), les sources de production d’énergies propres dans le monde agricole sont nombreuses et doivent être encouragées selon le ministère de l’Agriculture, afin de devenir de véritables filières de production durables et viables économiquement.

De nouvelles filières agricoles et forestières”

Présenté par le ministre Stéphane Travers lors du Salon de l’agriculture, lundi 26 février 2018, le nouveau plan d’action du gouvernement pour la bioéconomie propose dans ce cadre, une cinquantaine de mesures destinées a favoriser « l’économie du vivant », comme la production d’énergie à partir de biomasse ou la valorisation des déchets agricoles. « De nouvelles filières agricoles et forestières pourraient ainsi être créées », a expliqué le ministre en ajoutant qu’un calendrier précis avait été fixé pour chacun des 50 objectifs annoncés.

Parmi ces mesures, on retrouve par exemple le renforcement des filières de valorisation des fibres et des co-produits végétaux, notamment via la paille de lin et de chanvre d’ici à 2020, la levée dès 2018 des « freins réglementaires à la méthanisation agricole » dont le développement est entravé par « la complexité administrative » des procédures, ou encore en outre-mer, la mise en place d’ici à 2020 de filières de « valorisation de la biomasse », autour des résidus de canne à sucre, pour alimenter des centrales électriques.

Crédits photo : Camille Jean – Min.Agri.Fr

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 13 Nov 2015
Si le Syndicat des Energies Renouvelables assure que le solaire photovoltaïque est déjà compétitif, les installations restaient, jusqu’à présent, limitées. C’est pour permettre à tous les ménages de s’équiper sans avoir à effectuer de grands travaux que les « smartflowers » ont…
mer 20 Avr 2016
Grâce à une puissance installée totale de 2.600 MW et une position géographique stratégique, la centrale de Cordemais joue un rôle important dans le maintien de l’équilibre du réseau électrique breton. Comme toutes centrales thermiques en activité sur le territoire…
ven 26 Déc 2014
Si les grands lacs helvétiques sont un des principaux attraits touristiques de la Suisse, ils pourrait également à terme être mis à profit pour produire de la chaleur et se substituer ainsi à d'autres sources d'énergies fossiles moins respectueuses de…
mar 6 Mai 2014
AREVA  a mis en activité cette semaine son nouveau dispositif de démonstrateur de stockage d’énergie à sels fondus destiné aux installations solaires à haute concentration. Véritable innovation en matière de stockage de l’énergie, ce système devrait permettre d’accroitre et de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.