Le Chili est-il prêt à renoncer au charbon d'ici 2050 ? - L'EnerGeek

Le Chili est-il prêt à renoncer au charbon d’ici 2050 ?

centrale_charbon_Chili

Fort d’une production d’énergie renouvelable en pleine progression, le Chili intensifie ses efforts pour lutter contre le changement climatique et prévoit d’atteindre un mix énergétique à 90% renouvelable dès 2050. Le ministre de l’énergie Andrés Rebolledo souhaite pour cela abandonner progressivement l’exploitation des centrales thermiques au charbon, et a annoncé mardi 30 janvier 2018, la signature d’un protocole d’accord avec les principaux exploitants du pays.

Doté d’un taux d’ensoleillement exceptionnel, le Chili participe aujourd’hui pleinement à la croissance des énergies renouvelables en Amérique Latine. Le pays a vu son nombre d’installations renouvelables augmenter considérablement en l’espace de quelques années grâce à la mise en place de politiques incitatives très favorables, et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Outre des objectifs de production renouvelable ambitieux (20% en 2025 et 90% en 2050), le Chili compte également réduire en parallèle ses émissions de gaz à effet de serre liées à l’exploitation de combustibles fossiles dans sa production d’électricité.

Au Chili, le charbon représente la deuxième source d’énergie après le pétrole

A ce jour, le secteur énergétique chilien est responsable de 77% des émissions nationales de CO2 en raison notamment des nombreuses centrales thermiques au charbon en service qui représentent toujours la deuxième source d’énergie après le pétrole, avec 21,9% de la capacité électrique du pays. Engagé en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, le gouvernement souhaite réduire cette part au minimum pour laisser place au développement de l’énergie solaire et a signé dans ce but, un accord avec les entreprises Engie, Enel, AES Genes et Colbun afin d’éliminer progressivement ce type de centrales du mix énergétique national.

« Nous sommes arrivés à cet accord où elles s’engagent à ne pas construire de nouvelles centrales au charbon. Le second engagement concerne la fermeture des sites existants, soit 28, de manière programmée », a déclaré M. Rebolledo à la chaîne CNN Chile. « Cet accord ne concerne pas les centrales équipées de technologies permettant de réduire les émissions de CO2 émis à la sortie des cheminées, même si leur coût de fonctionnement élevé devrait conduire à leur fermeture également », a toutefois ajouté le ministre.

Crédits photo : Ministère de l’Energie du Chili

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 4 Juil 2016
Déjà très impliquée en Afrique, Bouygues va continuer d’investir et, cette fois-ci, il s'agit de réserves de gaz naturel en Côte d’Ivoire. Parallèlement, la filiale du groupe dédiée à l’exploration et la production d’hydrocarbures, Foxtrot International,  vient de revoir à…
mer 8 Fév 2017
Après une année 2016 florissante en termes de bénéfices, le premier production d'énergie éolienne en Europe se dit aujourd'hui convaincu des fortes perspectives de développement dans les filières renouvelables, et entend se retirer de toutes activités dans le secteur du…
ven 13 Avr 2018
Si l'énergie thermique des mers (ETM) est considérée comme une source d'énergie d'avenir dans les zones tropicales du monde entier, le seul projet français en cours actuellement, conduit en Martinique par les groupes Naval Energies et Akuo Energy, vient de…
mer 5 Déc 2018
Après le samedi 1er décembre 2018, le Premier ministre a finalement décidé de répondre à la mobilisation des gilets jaunes. Ce mardi 4 décembre 2018, Edouard Philippe a annoncé un moratoire de six mois pour 3 mesures impopulaires. La taxe carbone,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.