Dino : Enedis sécurise le réseau électrique contre les inondations

Dino : Enedis sécurise le réseau électrique contre les inondations

dino-enedis-inondations

Alors que la décrue s’amorce très lentement en France, de nombreuses habitations sinistrées sont confrontées à des coupures de courant. Certaines collectivités ont pu mettre en place des générateurs de secours pour les bâtiments essentiels, comme les hôpitaux ou certains gymnases qui hébergent temporairement des habitants. Face aux intempéries de ces dernières années et leur impact sur la sécurité du réseau électrique, Enedis a commencé à travailler à une solution pour fiabiliser le réseau électrique français en cas d’inondation : le boitier connecté Dino. Testée en 2017, la solution Dino est en cours de déploiement sur le territoire français. Elle est appelée à devenir un outil crucial dans la gestion du réseau électrique.

Protéger le réseau électrique de l’eau

Après les crues record enregistrées en France en 2016 puis les différentes intempéries subies par l’hexagone en 2017, la question de la protection du réseau électrique est plus que jamais d’actualité avec les nouvelles crues de ce début d’année 2018. Sur les deux dernières années, les dégâts causés par l’eau sur les installations électriques sont considérables. Surtout, ils occasionnent des pannes dans l’approvisionnement de l’électricité.

Face au problème, Enedis, le gestionnaire du réseau électrique français, n’a pas attendu les nouvelles crues de 2018 pour mettre en place une solution. Depuis quelques années, l’énergéticien cherche à développer des outils numériques et connectés pour améliorer la fiabilité de son réseau électrique. Après les crues de 2016, Enedis a donc eu l’idée de lancer un grand hackathon interne pour trouver de nouvelles idées. C’est alors qu’un chargé de projet d’Enedis, Aurélien Laforest, a eu l’idée d’un boîtier d’alerte connecté : Dino. Avec son équipe, il a remporté le Hackathon, et Enedis a alors décidé de développer ce boitier intelligent sensé suivre les risques d’inondations aux abords des postes de distribution du réseau électrique.

Dino : un système d’alerte anti-inondation

Enedis a commencé à déployer des boîtiers Dino sur le réseau électrique dès mai 2017 pour une phase de tests sur plusieurs villes de France, dont Lyon, La Rochelle, et même les bords de Seine à Paris. Chaque boîtier est installé au niveau d’un poste de distribution d’électricité, à dix centimètres au-dessus du sol. Il émet un signal géolocalisé à destination de l’application centralisée d’Enedis. Tous les capteurs Dino communiquent donc en temps réel pour dresser une cartographie du réseau électrique. En priorité, ce sont les postes électriques situés dans des zones à risque d’inondation qui doivent être équipés. Chaque boitier est muni de capteurs qui alertent Enedis en cas de risque d’inondation. Dans le détail, Dino ne se contente pas d’alerter Enedis en cas de montée des eaux : il est capable d’envoyer des informations très précises, comme le niveau de l’eau et la vitesse de sa montée.

Pour les particuliers, ce nouveau dispositif devrait entraîner une amélioration de la fiabilité du réseau électrique en cas de crues, de fortes pluies ou de tempêtes. Enedis sera en mesure d’anticiper plus précisément les risques selon les zones géographiques ; les agents pourront être déployés plus rapidement sur le terrain car les postes électriques endommagés seront déjà identifiés. Autant de paramètres qui permettront un rétablissement plus rapide du courant chez les particuliers.

Bosch travaille sur sa propre version de capteur de surveillance

Mais Enedis n’est pas la seule entreprise à chercher une solution d’alerte efficace contre les risques d’inondations. Bosch travaille également à la mise au point d’un système d’alerte numérique pour fiabiliser les réseaux d’approvisionnement d’énergie. Au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, qui s’est tenu en janvier 2018, l’entreprise allemande a présenté son Flood Monitoring System. Tout comme le système d’Enedis, le FMS de Bosch est un capteur de surveillance du niveau de l’eau. Mais il présente une différence cruciale : il est situé au bord de l’eau, et pas au niveau des postes électriques. Le FMS est en fait un système de surveillance qui embarque des caméras d’observation avec des capteurs à ultrasons en complément. L’ensemble du système peut détecter les changements dans le niveau d’eau, et plus précisément mesurer le débit de l’eau et sa vitesse d’écoulement. Les informations collectées par le système sont transmises au Bosch IoT Cloud qui les analyse et peut ainsi dessiner une tendance.

En cas d’inondation, l’outil développé par Bosch peut automatiquement envoyer des SMS d’alerte aux habitants et aux collectivités locales pour les prévenir d’une crue imminente. Le système de Bosch est actuellement en test en Allemagne, dans la ville de Ludwigsburg où coule le Neckar, un affluent du Rhin. Si le système développé par Bosch permet une meilleure anticipation des risques de crues, il s’avère moins précis que Dino au niveau des pannes potentielles sur le réseau électrique, et il offre une moins grande précision dans le suivi de sécurité des postes électriques.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 17 Juin 2017
Gulplug est l’une des dernières nées des jeunes pousses grenobloises, des start-up spécialisées dans les nouvelles technologies et les solutions innovantes au service des modèles énergétiques de demain. Spécialisée dans la connexion et la gestion énergétique, Gulplug s’est fait un…
mar 17 Nov 2015
L'Observatoire Capgemini des marchés européens de l'énergie se penche sur la digitalisation du secteur, tout en abordant la problématique de la sécurité d’approvisionnement. D’après les experts de la firme spécialisée dans les nouvelles technologies, les faibles prix des hydrocarbures freinent les…
L’essentiel de la production d’électricité de Mayotte est assurée par deux centrales diesel. Néanmoins, le photovoltaïque s’est développé ces dernières années et fournit désormais 5% des besoins du département d’outre-mer. Le potentiel renouvelable est néanmoins insuffisant pour soutenir la forte…
jeu 3 Déc 2015
Le réseau français RS2E, qui réunit chercheurs et industriels, a dévoilé le vendredi 27 novembre dernier le premier prototype de batterie sodium-ion. Une technologie avancée présentant des caractéristiques similaires aux batteries lithium-ion actuellement exploitées dans les secteurs de la téléphonie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *