Le Burkina Faso inaugure la plus grande centrale solaire d'Afrique de l'Ouest

Le Burkina Faso inaugure la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest

inuaguration_centre_solaire_Burkina_Faso

Les présidents burkinabé Roch Marc Christian Kaboré et français Emmanuel Macron, en visite dans le pays, ont inauguré officiellement mercredi 29 novembre 2017, la plus grande centrale solaire jamais construite dans la région du Sahel. D’une capacité de 33 MW, cette nouvelle installation ouvre la voie à l’exploitation des énergies renouvelables au Burkina Faso et permettra à terme de réduire significativement le déficit énergétique national, qui oblige Ouagadougou à importer de l’électricité du Ghana et de Côte d’Ivoire.

Située à Zagtouli, dans la périphérie de la capitale Ouagadougou, cette centrale rassemble plus de 129.600 panneaux solaires de 260 watts et a nécessité un budget de 47,5 millions d’euros financés par un don de 25 millions d’euros de l’Union européenne et un prêt de 22,5 millions d’euros de l’Agence française de développement (AFD). Les travaux ont été confiés à un groupement d’entreprises franco-allemand rassemblant Cegelec, filiale du groupe français Vinci, et Solar World.

Réduire le déficit énergétique et les importations d’électricité

Considérée par le gouvernement Burkinabé comme la plus grande centrale solaire du Sahel, cette installation constitue la première étape d’un nouveau programme de développement de l’énergie photovoltaïque au Burkina Faso. Ce pays d’Afrique de l’ouest dispose d’un rayonnement solaire d’environ 5,5 kilowatt-heure (kWh) par mètre carré et par jour, et compte injecter au total, dans les cinq prochaines années, une centaine de mégawatts d’énergie solaire dans son réseau électrique, soit la moitié de ce qu’il produit actuellement (environ 200 MW).

« C’est la plus grande centrale de l’Afrique de l’Ouest en terme de capacité installée », s’est réjoui le chef du projet de construction, Saidou Nana. Elle permettra d’offrir plus d’énergie à la population en injectant chaque année sur le réseau de la Société nationale d’électrification (Sonabel), 56 GWh d’électricité, soit 5% de la production actuelle, issue des centrales à fioul. Cela va aider à « réduire les délestages », courants dans ce pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, où l’électricité demeure une denrée rare pour plus de 80% de la population, a-t-il poursuivi. En phase de test depuis plus de six semaines avec une production de 14 MW, la centrale solaire de Zagtouli atteindra le pic des 33 MW courant décembre, « sous réserve du niveau d’ensoleillement ».

Crédits photo : Présidencefb

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 13 Juil 2017
Direct Energie, troisième acteur français de l'électricité et du gaz, a lancé avec succès mardi 11 juillet 2017, une nouvelle augmentation de capital de 130 millions d'euros pour financer le rachat, avant la fin de l’année, de 100% des titres…
mer 4 Mar 2015
Dans la matinée du 20 mars 2015, le soleil disparaitra du ciel d’Europe pendant quelques minutes, masqué par la Lune. Cette éclipse sera totale dans le Nord de l’Europe et partielle en France. Enthousiasmant pour les passionnés d’astronomie, mais beaucoup…
lun 6 Mai 2013
Actuellement, la station de transfert d’énergie par pompage (STEP)  est la technique de stockage d’électricité la mieux maîtrisée. Nécessitant un dénivelé important, les STEP sont aujourd’hui limitées à des environnements montagneux, mais de nouveaux sites à proximité du littoral pourraient…
ven 30 Mar 2018
Réunis lundi 26 mars 2018 à Paris à l’occasion d’une conférence sur l’avenir du transport maritime international, plus de 44 pays dont la France, ont réaffirmé la nécessité de tendre vers un transport maritime décarboné à l'horizon 2050. Une ambition…

COMMENTAIRES

  • Petit calcul montrant que le solaire vaut mieux que l’EPR…
    Pour 47,5 millions d’euros, ce parc solaire produira 56 GWh. Ce qui fait 0,85 million d’euro le GWh.
    Pour 10 milliards d’euros, l’EPR avoisinera les 11 000 GWh. Ce qui fait 0,9 million d’euro le GWh, sans compter la gestion des déchets, la coûteuse maintenance et le démantèlement. Sans compter la dépendance pour le minerai d’uranium (entièrement importé) et pour les turbines (que le Français Alstom a vendues à l’Américain General Electric). Sans compter le risque toujours omniprésent de l’accident majeur (cyber-attaque, cyber-terrorisme, sabotage de l’intérieur…)
    Bravo le Burkina Faso ! Montrez l’exemple à la France !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.