La France prépare un premier appel d'offres renouvelable bi-technologique

La France prépare un premier appel d’offres renouvelable bi-technologique

appel-d-offres-bi-technologique-energies-renouvelables-eolienne-solaire

A la demande de la Commission européenne, le ministère de la Transition écologique et solidaire prépare un nouvel appel d’offres dans les énergies renouvelables destiné à soutenir encore davantage les filières solaire et éolienne. Il s’agira du premier appel d’offres dit de « technologie neutre » mettant en concurrence ces deux énergies vertes, a détaillé jeudi 16 novembre 2017, Virginie Schwarz, responsable de la direction générale de l’énergie et du climat (DGEC).

Considérant désormais les filières de production éolienne et solaire suffisamment matures, la Commission européenne encourage vivement les Etats membres à s’engager sur des procédures incitatives les mettant directement en concurrence. Déjà expérimenté au Royaume-Uni, en Espagne, aux Pays-Bas et en Allemagne, ce type d’appel d’offres dits « technologiquement neutres » serait le meilleur moyen d’obtenir le prix le plus bas. C’est la « meilleure solution économique (…) qui donnera les prix de soutien les plus bas », a expliqué Virginie Schwarz jeudi 16 novembre lors des Assises de l’éolien terrestre, même si « ce n’est pas encore gagné » car « en face de nous il y a des gens qui défendent ardemment la solution inverse ».

Un appel d’offres bi-technologique à l’avantage de l’éolien ?

Les industriels français notamment craignent les résultats d’une telle démarche, généralement favorable à l’éolien au détriment du solaire. En Espagne par exemple, un appel d’offres multi-énergies de 3.000 MW avait vu la quasi-totalité des capacités distribuées (2.979 MW) attribué à l’éolien. « C’est ce que l’on craint » en France, explique de son côté Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), défendant un « équilibre » à respecter entre des filières qui ont des caractéristiques différentes (durées de développement, procédures d’autorisation, degré de maturité, etc.).

« Nous le faisons parce que la Commission européenne nous l’a demandé », a rappelé toutefois Virginie Schwarz, sans donner plus de détails. Le volume et le calendrier précis de cet appel d’offres ne sont pas encore connus, mais on sait en revanche que la Commission européenne avait validé fin septembre un régime d’aide spécifique pour un appel d’offres bi-technologique éolien et solaire, d’une capacité de 200 mégawatts, concernant des installations « n’excédant pas 18 mégawatts ».

Crédits photo : Mat Fascione

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 24 Avr 2017
A l'instar du groupe EDF en 2016, le français Engie se lance lui aussi sur le marché des énergies renouvelables chinois. L'énergéticien a annoncé avoir signé mardi 18 avril à Shanghai, un accord pour une prise de participation à hauteur…
mer 16 Jan 2019
Longtemps éloignée de la lutte contre le changement climatique, une finance durable émerge depuis 2015. Le mouvement grandit et seize entreprises européennes ont décidé de se regrouper en réseau pour accélérer son développement. Le Corporate Forum on Sustainable Finance dit…
mer 6 Jan 2016
Si la Russie fait toujours partie aujourd'hui des plus gros consommateurs de combustibles fossiles à l'échelle mondiale, son potentiel énergétique renouvelable considérable pourrait lui permettre d'atteindre un mix énergétique 100% vert dans les prochaines décennies. C'est du moins l'avis d'un groupe…
jeu 16 Juin 2016
D’après la revue Bloomberg, le monde se prépare à entrer dans "l’âge d’or" des énergies renouvelables. Pour permettre cette « transformation fondamental du système électrique », les analystes de Bloomberg New Energy Finance estiment à 7 800 milliards de dollars les investissements nécessaires. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.