Éolien en mer : le futur parc de Saint-Nazaire obtient le feu vert de la justice - L'EnerGeek

Éolien en mer : le futur parc de Saint-Nazaire obtient le feu vert de la justice

Eolien-britanique

Saisie par des associations anti-éoliennes, la Cour administrative d’appel de Nantes a rejeté vendredi 28 juillet 2017, le dernier recours visant à faire annuler l’autorisation d’exploiter un parc de 80 éoliennes offshore au large de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique. La juridiction administrative, seule compétente depuis janvier 2016 pour statuer, en premier et dernier ressorts, sur les litiges relatifs aux installations de production d’énergie renouvelable en mer, a considéré que ces associations n’avaient pas d’intérêt direct à agir et qu’elle n’avait donc pas à se prononcer sur le fond du dossier.

Bloqué depuis plusieurs mois par de nombreux recours en justice, le projet de parc éolien marin situé au large de l’estuaire de la Loire, à une distance comprise entre 12 et 20 km du littoral, a vu son arrêté d’autorisation d’exploitation confirmé par la Cour administrative d’appel de Nantes. “La requête de l’association pour la protection du site et de l’environnement de Sainte-Marguerite et de l’association Groupement des résidents pour la sauvegarde environnementale de La Baule et associés est rejetée”, a indiqué vendredi à l’AFP la cour d’appel.

Lire aussi : Éolien en mer : un potentiel qui tarde à se concrétiser dans le Nord de la France

Cette requête visait notamment à faire annuler la première décision administrative autorisant l’exploitation de ce parc offshore, délivrée en 2012 par les ministères de l’Ecologie et de l’Industrie à la société attributaire de l’appel d’offres, une filiale du groupe EDF. Cette requête avait déjà été rejetée en première instance le 9 juillet 2015. Un autre recours contestant cette fois l’autorisation d’installer et d’exploiter ce parc éolien en mer, délivrée en mars 2016 par la préfecture de Loire-Atlantique dans le cadre de la loi sur l’eau, avait également été rejeté par la même cour administrative d’appel le 15 mai dernier.

Désormais, plus aucun contentieux ne fait obstacle à la mise en service de ce parc éolien, bien que les opposants aient toujours la possibilité de saisir le Conseil d’Etat sur des questions de droit. Mené par la société Parc du Banc de Guérande, une filiale d’EDF Energies nouvelles, ce projet de parc éolien offshore sera doté de 80 turbines posées pour une puissance totale de 480 MW et un coût estimé à deux milliards d’euros. Sa mise en service avait été initialement envisagée en 2020 mais a été repoussée à 2021 ou 2022.

Lire aussi : Parc éolien offshore de Fécamp : la justice rejette les recours des associations

D’autres projets éoliens marins (à Fécamp en Seine-Maritime et Courseulles-sur-Mer dans le Calvados par exemple), ont également vu leur procédure d’installation et de mise en service considérablement ralenti du fait de ces recours, entravant du même coup le développement d’une filière énergétique prometteuse. Ces mêmes associations ont même déposé plainte le 13 juin dernier, avec des opposants aux projets d’éoliennes en mer sur toute la façade Manche-Atlantique, auprès de la Commission européenne pour dénoncer “les incohérences de l’Etat français dans le développement de l’éolien en mer“.

Crédits photo : Hans Hillewaert

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Fév 2017
Alors que la production de gaz vert reste toujours insuffisante en France pour espérer atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique, selon le dernier panorama du gaz renouvelable publié par le SER, le gouvernement a décidé vendredi 24…
ven 7 Mar 2014
Publié il y a quelques semaines, un rapport secoue la Belle Province. Le document, censé guider la politique énergétique du gouvernement Québécois, est très loin de faire l’unanimité. Les 200 pistes qu'offre le texte ont été rassemblées par les deux…
ven 15 Sep 2017
Agir dans le sens d’une transition énergétique à la fois écologique et solidaire, voilà qui devrait plaire à Nicolas Hulot compte tenu des priorités données à son ministère en mai 2017. C’est en tous cas ce que souhaite Enerplan, le…
jeu 6 Avr 2017
Chargée par le ministère de l'Environnement d'étudier les effets sanitaires potentiels des basses fréquences et des infrasons émis par les turbines éoliennes suite aux plaintes déposées par plusieurs riverains, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.