L’Inde veut construire 7000 MW de capacités nucléaires supplémentaires - L'EnerGeek

L’Inde veut construire 7000 MW de capacités nucléaires supplémentaires

Engagée dans un vaste programme de développement du nucléaire civil dans le but de répondre à l’augmentation de sa demande nationale en énergie ainsi qu’aux nouveaux enjeux de lutte contre le changement climatique, l’Inde a multiplié ces dernières années les accords de coopération internationaux, et envisage désormais de construire elle-même ses propres réacteurs. Le gouvernement a en effet annoncé, mercredi 17 mai 2017, sa volonté de développer prochainement dix réacteurs à eau lourde pressurisée supplémentaires.

Souvent accusée de faire obstacle aux politiques internationales environnementales, l’Inde entend désormais s’engager durablement vers une production d’énergie plus responsable. Le Premier ministre Narendra Modi, qui considère l’énergie nucléaire comme une des voies à privilégier en complément des énergies renouvelables pour réduire à court terme les émissions de CO2, vient de valider un nouveau plan de construction locale de dix réacteurs à eau lourde pressurisée, d’une capacité cumulée de 7.000 mégawatts.

Lire aussi : Nucléaire : l’Inde et le Japon concluent un nouveau pacte de coopération

Le gouvernement réaffirme ainsi sa volonté de “produire en Inde” une quantité croissante d’énergie décarbonée. “Un total de 7.000 MW supplémentaires sera généré. Ce plan contribuera à produire des énergies propres et devrait créer plus de 33.000 emplois“, a déclaré le ministre de l’Energie Piyush Goyallors, lors d’une conférence de presse.

Lire aussi : Vente d’EPR en Inde : un premier accord possible dès 2017 selon EDF

S’il n’a pas été précisé où seraient construits ces unités ni dans combien de temps celles-ci seraient opérationnelles, les ambitions indiennes dans le domaine nucléaire ne font plus aucun doute. Le pays exploite à ce jour sept réacteurs nucléaires pour une capacité totale de 6.780 MW, et a déjà conclu plusieurs accords de coopération avec les Etats-Unis, la France et l’Australie, ou encore le Japon.

Crédits photo : Tony

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 9 Fév 2015
À la suite de l'accident nucléaire de Fukushima, qui s'est déroulé au Japon en mars 2011, EDF a mobilisé ses équipes afin de réinterroger l'ensemble de ses dispositions de sûreté. À l'issue, l'électricien a proposé à l'Autorité de Sûreté Nucléaire de compléter les…
jeu 3 Jan 2013
Cinq jours après être entré en fonction et au lendemain de sa visite sur le site de Fukushima, le nouveau Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré que le Japon allait construire de nouveaux réacteurs nucléaires, sans pour le moment…
mar 8 Déc 2015
Les déchets radioactifs du réacteur Hifar ont été rapatriés en Australie après avoir été retraités en France. Actuellement entreposés au complexe nucléaire de Lucas Heights qui appartient à l’Agence australienne des sciences et technologies nucléaires (ANSTO), un comité indépendant doit…
ven 5 Mai 2017
Après le débat de l’entre-deux-tours de la présidentielle et avant de connaître dimanche 7 mai 2017 le futur président de la République, la politique énergétique proposée par les deux candidats interroge. Alors qu’Emmanuel Macron souhaite mettre en œuvre la transition…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.