Chauffe-eau solaire : EDF veut séduire davantage de consommateurs français - L'EnerGeek Chauffe-eau solaire : EDF veut séduire davantage de consommateurs français - L'EnerGeek

Chauffe-eau solaire : EDF veut séduire davantage de consommateurs français

Déployé par EDF depuis 2013 sur le territoire français, le chauffe-eau solaire reste pourtant assez méconnu du grand public. Même si ce sont surtout l’île de La Réunion et la Corse qui sont intéressées, EDF compte bien conquérir d’autres régions françaises. Grâce au regain d’intérêt des consommateurs pour les installations renouvelables ainsi qu’à la baisse de prix des panneaux solaires, l’entreprise énergétique française espère bien que le temps est venu de déployer le chauffe-eau solaire à grande échelle. Pour cela, elle peut compter sur une incitation financière ainsi que sur la volonté farouche de certains territoires d’accélérer leur transition énergétique.

Le chauffe-eau solaire : comment ça marche ?

Comme son nom l’indique, le chauffe-eau solaire fait partie des équipements domestiques qui ont été modifiés pour fonctionner grâce à la ressource des énergies renouvelables. Pour le consommateur, il s’agit avant tout de faire des économies d’énergie puisque la production d’eau chaude peut représenter à elle seule jusqu’à 40% de la facture énergétique d’un foyer français. Pour EDF, le chauffe-eau solaire entre dans une logique globale qui vise à promouvoir les équipements solaires afin de décharger le réseau électrique et remplir les objectifs de la transition énergétique.

Dans le détail, le fonctionnement d’un chauffe-eau solaire est assez différent d’un chauffe-eau classique et son installation est plus coûteuse car elle réclame plus de matériel. Pour faire fonctionner le chauffe-eau, il faut installer un panneau solaire thermique qui permet de capter la chaleur du soleil. Ce capteur solaire se compose d’une plaque reliée à des tubes métalliques. La chaleur captée est transportée dans un circuit étanche jusqu’au ballon de stockage. La chaleur est alors libérée pour chauffer l’eau chaude sanitaire qui est ensuite utilisée dans la maison. Pour plus de sûreté, ce système de chauffe-eau solaire embarque également un dispositif d’appoint sur lequel le ballon d’eau chaude peut basculer dès que l’énergie solaire vient à manquer pour le faire fonctionner.

Grâce au chauffe-eau solaire, un foyer peut espérer faire une économie de 60% en ce qui concerne le fonctionnement de son ballon d’eau chaude. Grâce au système d’appoint, aucune panne n’est à craindre et le chauffe-eau solaire est donc aussi performant et fiable qu’un chauffe-eau traditionnel. Mais pour installer ce système chez soi, encore faut-il habiter dans une région où le niveau d’ensoleillement annuel est suffisant pour garantir le bon fonctionnement du chauffe-eau solaire. En France, plusieurs territoires situés dans le sud seraient tout indiqués pour le déploiement à grande échelle du chauffe-eau solaire. Mais pour l’instant, ce sont des îles qui sont les plus intéressées par ce système proposé par EDF.

La Réunion et la Corse veulent investir en masse dans les chauffe-eau solaires

A l’heure actuelle, c’est à La Réunion que le chauffe-eau solaire a trouvé son public. Bien aidé par l’administration de la région qui pousse en faveur de la transition énergétique, le chauffe-eau y est largement déployé. En 2016, La Réunion est d’ailleurs devenue le second territoire européen à être le plus équipé en chauffe-eau solaires, juste derrière Chypre… une autre île. N’étant pas ou peu interconnectés au réseau national, il est vrai que la question de l’énergie est particulièrement cruciale pour ces territoires isolés. Les habitants de La Réunion payent en moyenne leur électricité deux à trois fois plus cher que les habitants de métropole. Faire baisser la consommation par foyer, et ce par tous les moyens, est donc devenue une priorité non seulement pour les autorités régionales mais aussi pour les habitants.

En début d’année 2017, le nombre établi pour les chauffe-eau solaires installés à la Réunion a passé la barre symbolique des 145 000. Au total, ce sont 212 gigawatts qui ont été économisés sur l’île. L’ensemble des chauffe-eau solaires installés à La Réunion permet d’éviter chaque année le rejet de 170 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, contribuant ainsi à limiter l’accroissement de l’effet de serre, responsable du réchauffement climatique de la planète. Pour EDF, le bilan est très positif puisque cette économie d’énergie a évité à l’entreprise d’avoir à construire deux nouvelles turbines à combustion pour produire plus d’électricité. Mais si les deux tiers des propriétaires de l’île ont opté pour le chauffe-eau solaire, les derniers propriétaires sont souvent freinés par le coût des travaux d’installation. De la même manière, les logements sociaux sont très faiblement équipés à cause du surcoût de l’installation.

EDF a augmenté sa communication pour présenter les offres incitatives liées à l’installation de chauffe-eau solaire

Pour convaincre les consommateurs et augmenter encore la part de chauffe-eau solaires à La Réunion, EDF a décidé de révisé sa prime incitative Agir Plus. Auparavant, les propriétaires qui faisaient installer un chauffe-eau solaire de 300 litres par un partenaire d’EDF pouvaient bénéficier d’une prime de 600 euros déduite du devis. En 2017, cette prime double pour les foyers en situation de précarité énergétique : désormais, selon la capacité du chauffe-eau installé, les propriétaires pourront économiser entre 900 et  1 200 euros sur leur facture. De son côté, le Fonds Européen de Développement Européen de la Réunion a aussi décidé de soutenir le déploiement de chauffe-eau solaires sur l’île en débloquant un budget de 19 millions d’euros afin d’équiper les logements sociaux d’ici 2020.

Et cette politique énergétique en faveur des chauffe-eau solaires n’est pas passée inaperçue. En Corse, Fabiana Giovannini, la présidente de l’Agence d’Aménagement durable, d’Urbanisme et d’Energie de la Corse, a décidé de saisir la balle au bond. Alors que le secteur de l’énergie solaire stagne sur l’île de beauté, la présidente de l’agence veut profiter de la stratégie d’EDF pour déployer des chauffe-eau solaires en Corse. Elle a donc lancé en février 2017 une charte régionale dans laquelle les installateurs s’engagent à respecter plusieurs critères d’éthique. Cette charte doit permettre de soutenir ce nouveau projet tout en apportant des garanties aux consommateurs encore hésitants. Et l’objectif est ambitieux : la présidente vise les 10 000 chauffe-eau solaires installés en Corse à l’horizon 2023.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 2 Sep 2014
Alors que plusieurs centaines de millions de piles sont produites, vendues et jetées chaque années en France, des ingénieurs parisiens proposent aujourd'hui de réduire significativement cette source de pollution par la réalisation d'une pile fonctionnant à l'infini. Baptisée Pilo, cette…
mer 25 Jan 2017
A la veille de l’élection présidentielle, l’Union Française de l'Électricité (UFE) publie son livre blanc. Le document rassemble les propositions de la filière électrique française pour répondre aux défis des années à venir. Son ambition : "accompagner une stratégie de…
mar 9 Sep 2014
L’Egypte a connu le jeudi 4 septembre 2014 aux alentours de 7h du matin, une panne généralisée d’électricité au Caire et dans plusieurs régions du pays. Une nouvelle coupure d'une ampleur exceptionnelle qui s'ajoute aux pannes quotidiennes dont souffre l'Egypte…
ven 6 Jan 2017
La société ekWateur, nouvelle venue sur le marché de la fourniture d’énergie en France, a annoncé jeudi 5 janvier, avoir levé 2 millions d'euros afin d'accélérer son développement. Son objectif, convaincre les consommateurs des atouts d'une énergie 100% renouvelable basée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *