Election présidentielle : la question énergétique déterminante pour 3/4 des Français Election présidentielle : la question énergétique déterminante pour 3/4 des Français

Election présidentielle : la question énergétique déterminante pour 3/4 des Français

Développement des énergies renouvelables, promotion de l’efficacité énergétique ou de la rénovation thermique dans le cadre des futures réglementations RE2018 et RT2020, rôle de l’énergie nucléaire dans la transition énergétique… Toutes ces questions qui façonneront notre système énergétique de demain, reviennent de manière régulière dans le débat présidentiel et constituent pour une majorité de Français un critère de choix déterminant. Selon un sondage réalisé fin mars 2017 par OpinionWay pour QuelleEnergie.fr, près de 72% des personnes interrogées se disent aujourd’hui concernées par ces thématiques.

Si l’on entend souvent les candidats à l’élection présidentielle s’opposer sur l’avenir à donner à notre industrie nucléaire, l’ensemble des questions énergétiques semblent devenues primordiales pour les Français, qui font de notre approvisionnement futur en électricité un élément relativement important de leur réflexion pré-électorale. Selon la dernière enquête OpinionWay, réalisée les 29 et 30 mars dernier sur un échantillon représentatif de 1.016 personnes majeures, 72 % des Français prendront en compte la position des candidats sur ces questions énergétiques le 23 avril prochain dans l’isoloir. A l’inverse, seuls 6% d’entre eux se disent totalement désintéressés de ces thématiques.

Lire aussi : Les Français largement favorables à la transition énergétique selon l’Ifop

Interrogés sur les priorités à donner à notre politique énergétique, les Français sont, selon ce sondage, 68 % à souhaiter que le développement des énergies renouvelables soit une priorité du quinquennat, et 48% préoccupés par l’effort de rénovation thermique des logements. L’indépendance énergétique de la France n’arrive qu’en troisième position avec 40 %, suivie par la réduction des importations de carburant et du développement des nouveaux modes de transport durables (véhicules hybrides et électriques, vélo, transports en commun, biocarburants…). Si les Français ne semblent pas favorables à un retrait de l’énergie nucléaire, ils ne sont ici que 10% à considérer son développement comme une priorité. Même chose pour l’instauration d’une taxe carbone (10%) ou l’exploitation du gaz de schiste (5%).

Lire aussi : Les Français encore majoritairement pour le nucléaire

Malgré l’importance qu’ils accordent à ces questions, la défiance des électeurs envers les candidats reste forte. Ils sont en effet plus de 35% à considérer qu’aucun des candidats n’est véritablement crédible sur le thème de l’énergie. Le premier candidat à trouver grâce aux yeux des Français interrogés est Jean-Luc Mélenchon avec 14 % de taux de confiance, suivi de près par Emmanuel Macron (12%) et Benoît Hamon (11%). Les candidats de droite et d’extrême-droite se trouvent plus loin dans ce classement avec seulement 10 % de crédibilité sur la question énergétique.

Crédits photo : Ministère de l’Intérieur

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 15 Mar 2017
Si les nouvelles orientations données par l'administration Trump à la politique énergétique et environnementale américaine inquiètent, la résistance s'organise progressivement aux Etats-Unis à l'échelle locale. Présent à Paris aux côté d'Anne Hidalgo, l'ex-maire de New York Michael Bloomberg, a en…
ven 15 Mar 2013
En 2012, EDF a investi 20 millions d’euros dans  les vallées du Lot et de La Truyère pour des travaux de maintenance et de modernisation de ses installations hydrauliques. Le même montant sera engagé en 2013. Le principal chantier concernera…
lun 17 Oct 2016
En 2015, la croissance du PIB mondial n’a pas été synonyme de hausse de l’intensité énergétique. Dans son dernier rapport, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) explique en effet que la croissance économique mondiale a eu besoin de moins d’énergie pour…
mer 24 Fév 2016
Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, vient de proposer au ministre de l’économie, Emmanuel Macron, d’ouvrir le capital de sa filiale RTE à des actionnaires privés. Le nouveau chef de Réseau de Transport d’Electricité, François Brottes, souhaite justement en profiter pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *