Des chercheurs néerlandais découvrent un nouveau biocarburant à base d'herbe Des chercheurs néerlandais découvrent un nouveau biocarburant à base d'herbe

Des chercheurs néerlandais découvrent un nouveau biocarburant à base d’herbe

Un groupe de chercheurs de l’Université de Gand, en Belgique, a mis au point un nouveau biocarburant pour avion à base d’herbe. Un procédé potentiellement révolutionnaire qui pourrait, au regard de l’abondance de cette ressource, réduire considérablement le coût de production du biocarburant, et offrir au secteur du transport aérien une véritable alternative au kérosène.

Si les émissions de CO2 du secteur aérien n’entrent pas dans l’accord de Paris (COP21), les compagnies aériennes doivent cependant faire leur part du chemin pour contenir les gaz à effet de serre. Les biocarburants alternatifs durables ont dans ce cadre un rôle déterminant à jouer pour marquer la fin du kérosène et permettre un développement d’un transport aérien plus responsable. Plusieurs alternatives à base de biomasse comme les amidons, les sucres, les huiles ou la lignocellulose, pour n’en citer que quelques unes, ont été testées ces dernières années sans pour autant convaincre.

Lire aussi : Changement climatique et transport aérien : les biocarburants ont du mal à décoller

Une nouvelle recherche, publiée lundi 3 avril 2017 sur le site d’information scientifique Phys.org, pourrait toutefois changer la donne et rendre le biocarburant beaucoup plus accessible. Des chercheurs de l’Université de Gand semblent en effet avoir trouvé le moyen de transformer de l’herbe, ressource abondante et très bon marché, en biocarburant exploitable dans les transports aériens. « Jusqu’à présent, l’herbe a principalement servi comme nourriture pour les animaux. Mais en dehors de ça, elle peut également être utilisée comme biocarburant. En raison de sa grande abondance, l’herbe est la source d’énergie parfaite« , explique Way Cern Khor, un des membres de l’équipe de recherche. Si ce procédé n’est à priori pas nouveau dans le monde de la recherche scientifique, il était connu jusqu’à présent pour son extrême lenteur, empêchant son exploitation à grande échelle. Pour y remédier et rendre l’herbe dégradable plus rapidement, ces chercheurs néerlandais y ont ajouté du clostridium, une bactérie qui permet de transformer les sucres présents dans l’herbe en acide lactique qui deviendra à son tour de l’acide caproïque puis du décane, utilisé dans le carburant d’avion.

Lire aussi : La photosynthèse booste les biocarburants

Malgré cette découverte prometteuse, la technique appliquée ne permet pour l’instant de produire que seulement quelques gouttes de biocarburant à un coût encore bien trop élevé. « Si nous pouvons continuer à travailler sur l’optimisation de ce processus en coopération avec le monde des affaires, nous pourrons réduire le prix. Et peut-être que dans quelques années, nous pourrons tous voler grâce à l’herbe« , conclut Way Cern Khor.

Crédits photo : Unsplash

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 20 Mar 2017
Si l'engagement des pays membres de l'Opep (et de certains pays non membres) de réduire la production globale de pétrole a bien été respecté pour les mois de janvier et février 2017, les effets sur les cours du barils devront…
jeu 20 Nov 2014
Le Ministère japonais de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie a annoncé lundi 17 novembre que les émissions de gaz à effet de serre du Japon avaient atteint un volume alarmant au cours de la dernière année fiscale : 1.224…
mer 12 Oct 2016
Si des tensions géopolitiques persistent entre Moscou et ses partenaires occidentaux, autour du dossier syrien notamment, Gazprom serait malgré tout sur le point de trouver un accord avec l’Union européenne sur le projet Nord Stream 2.  (suite…)
jeu 5 Jan 2017
Confronté au veto du gouvernement polonais dans le processus de cession de sa filiale EDF Polska, le groupe français pourrait finalement trouver un terrain d'entente avec les autorités. Selon le ministre de l'énergie polonais Grzegorz Tobiszowski, le gouvernement et l'énergéticien…

COMMENTAIRES

  • Le rendement de la photosynthèse étant dérisoire, si l’on analyse tout le cycle de production/exploitation avec en outre l’appauvrissement des sols et les limites thermodynamiques des réacteurs d’avions, on obtient forcément un bilan peu favorable.

    L’hydrogène liquide depuis longtemps utilisé dans le spatial semble entre autres avoir plus d’avenir avec tous ses avantages et malgré quelques difficultés aussi. Couplé aux Blended Wing Body (BWB) inspirés des drones et avions militaire furtifs le bilan est optimal.

    L’ensemble donne une efficacité énergétique maximale, très superieure à tout ce qui existe actuellement et devrait apparaître dès 2030

    https://phys.org/news/2017-02-liquid-hydrogen-sustainable-air.html

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *