Le gaz naturel au cœur de la transition énergétique corse Le gaz naturel au cœur de la transition énergétique corse

Le gaz naturel au cœur de la transition énergétique corse

centrale corse

En visite en Corse du 11 au 13 décembre dernier à l’occasion de l’inauguration du parc naturel marin du Cap Corse, la ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer Ségolène Royal, a annoncé plusieurs actions pour accélérer la transition énergétique sur l’île de beauté et déployer les énergies renouvelables dans les Territoires insulaires. Elle a notamment signé un protocole d’accord avec le président du conseil exécutif territorial de Corse, Gilles Simeoni, confirmant ainsi l’arrivée du gaz naturel dans l’île d’ici 2023.

Du gaz naturel en Corse dès 2023

La Corse, première zone non interconnectée à s’être dotée d’une Programmation pluriannuelle de l’énergie, poursuit son plan de transition énergétique basé sur l’arrivée sur l’île du gaz naturel. Afin de sécuriser l’alimentation énergétique de la Corse tout en réduisant son empreinte carbone, Ségolène Royal avait lancé au mois d’août dernier, un Appel à Manifestation d’Intérêt pour l’approvisionnement en gaz naturel de la Corse d’ici 2023.

Centrale thermique au fioul leger de Lucciana
Centrale thermique au fioul leger de Lucciana

Elle a confirmé cette semaine dans un protocole d’accord l’arrivée du gaz naturel et la construction d’une infrastructure d’alimentation permettant de convertir l’ensemble des moyens de production thermique de la région au gaz naturel. Cette infrastructure s’articulera autour d’une barge au large de Bastia, permettant la réception de livraisons maritimes, et d’une canalisation terrestre entre la centrale de Lucciana et celle du Vazzio. « L’appel d’offres pour la réalisation de l’infrastructure gazière sera lancé en février 2017, sur la base des résultats de l’étude technico-économique que conduit actuellement EDF », indique le ministère dans un communiqué publié lundi 12 décembre. Le tracé prévisionnel de ce gazoduc (baptisé Cyrénée) est détaillé dans la carte de synthèse du PADDUC votée le 3 octobre 2015.

Une nouvelle centrale CCG en projet au Vazzio

Des investissements estimés autour de 1.5 milliard d’euros seront nécessaires pour l’approvisionnement en gaz naturel des deux centrales et la construction par EDF d’une centrale à cycle combiné gaz au Vazzio de 250 MW exploitable en 2023 en remplacement de la centrale au fioul lourd en activité actuellement. Ces nouveaux équipements fonctionneront au gaz naturel dès que les infrastructures gazières seront opérationnelles dans la région et proposeront des performances techniques et environnementales en termes de rendements et d’émissions largement optimisées. « Ce protocole confirme l’objectif que la nouvelle centrale du Vazzio fonctionnera directement au gaz naturel lors de sa mise en service en 2023, sans phase transitoire au fuel léger », ajoute le ministère.

Lire aussi : Le gaz va remplacer le fioul à la centrale corse du Vazzio

Le projet de centrale CCG au Vazzio est d’ores et déjà entré dans sa phase opérationnelle et nécessitera un chantier de sept ans comprenant l’obtention des autorisations administratives, la réalisation d’études sur les impacts environnementaux pour la faune et la flore, la mise en place d’une consultation publique et la construction prévue de 2018 à 2021. Les essais et la mise en service progressive des équipements auront lieu quant à eux entre 2021 et 2022. « Pour le quartier du Vazzio ce sera une amélioration considérable, paysagère tout d’abord, mais aussi en termes d’émergences sonores et de qualité de l’air », explique à Corse Net Info le préfet de Corse, Christophe Mirmand. L’actuelle centrale du Vazzio sera progressivement mise à l’arrêt puis démantelée dans le cadre d’un second chantier dont la durée est évaluée entre six et dix ans.

Soutenir le développement des renouvelables

La ministre a profité du déplacement pour annoncer le lancement de deux appels d’offres destinés à encourager le développement des énergies renouvelables, des technologies de stockage et de l’autoconsommation sur l’île de beauté, et de manière plus générale, sur l’ensemble des zones non interconnectées.

Lire aussi : La Corse mise sur l’hydromaréthermie

Le premier appel d’offres vise la réalisation d’installations solaires de moins de 100 kW, pour un volume réparti à parts égales entre les installations sur bâtiments ou ombrières de parking (25 MW), et les installations au sol (25 MW). L’objectif est de déployer l’énergie solaire, particulièrement adaptée aux systèmes électriques insulaires via la mise en œuvre de projets innovants associant production et stockage d’électricité. Le second appel d’offres concerne quant à lui des installations de 100 à 500 kilowatt en autoconsommation, pour un volume total de 20 mégawatts comprenant l’ensemble des technologies renouvelables (solaire, petite-hydro, moulins, etc.). « Il est ouvert aux consommateurs des secteurs industriels, tertiaires et agricoles, en particulier aux centres commerciaux, pour lesquels l’autoconsommation peut apporter les bénéfices les plus importants« , précise le communiqué du ministère.

Des territoires énergie positive

Ségolène Royal a finalement conclu ce chapitre par la signature de sept conventions d’appui financier aux territoires à énergie positive pour la croissance verte de Corse. Sont concernés ici la collectivité territoriale de Corse, le Pays de Balagne, la Communauté de communes de Calvi-Balagne, le Conseil départemental de Haute Corse, la Commune de Bastia, la Communauté de communes du Fium’Orbo et de l’Orient, et la Communauté de communes du Sud-Corse.

Ces conventions ont pour objectif de soutenir les initiatives et les innovations durables dans le secteur des transports (voitures électriques, covoiturage, route solaire, bateaux à propulsion solaire, etc.), du bâtiment ( via construction ou rénovation énergétique de bâtiments à énergie positive), ainsi que les mesures de protection et de sauvegarde de l’environnement (surveillance des zones humides, gestion des déchets, etc).

Lire aussi : Ségolène Royal développe les territoires à énergie positive

Crédits photo : Aria Linda

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 25 Jan 2013
La Belgique serait prête à employer des grands moyens pour s’attaquer au problème de l’intermittence de l’énergie éolienne : une île artificielle équipée d'un système de stockage directement inspiré de celui des des Stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) que…
mer 24 Mai 2017
De plus en plus compétitives grâce à des coûts de production en baisse régulière depuis plusieurs années, les centrales éoliennes pourraient encore progresser et voir leur puissance augmenter de manière significative dans l’avenir. En effet, si le vent sera toujours…
mer 7 Oct 2015
Confrontée à de nombreux problèmes d'approvisionnement, l'Afrique doit, selon l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena), investir massivement dans de nouvelles capacités de production électrique et privilégier les énergies renouvelables abondantes sur le continent. Le dernier rapport de l'Irena intitulé…
jeu 27 Avr 2017
Malgré la prise de position sans équivoque de Scott Pruitt, le chef de l'Agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA), Al Gore se veut rassurant et optimiste sur la participation de son pays à la lutte contre le changement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *