La Corse mise sur l'hydromaréthermie - L'EnerGeek

La Corse mise sur l’hydromaréthermie

hydromaréthermieClassée parmi les énergies marines renouvelables, l’hydromaréthermie, ou « énergie thermique des mers », permet de créer de l’énergie grâce au différentiel de températures entre les eaux de surface et les eaux profondes. En Corse, cette invention est déjà utilisée et bénéficie du soutien de l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME).

Disponible 24 heures sur 24, l’énergie thermique des mers existe grâce aux rayons du soleil, ce qui explique sa forte présence sur l’île de beauté. Toutefois, si les centrales ETM sont peu émettrices de dioxyde de carbone par rapport à d’autres modes de production énergétique, son rendement maximum serait de 6,8% contre 40% pour une turbine à gaz.

Selon une étude de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), elle pourrait néanmoins fournir la moitié de la consommation électrique mondiale à l’avenir. En France cependant, « le potentiel de production pourrait techniquement atteindre 1,4 TWh en 2020, soit [seulement] l’équivalent  de 0,3% de la consommation intérieure brute ».

En effet, bien que cette technologie soit actuellement exploitée en Corse avec le soutien de l’ADEME, son développement reste limité dans l’Hexagone. Et pour cause, elle est surtout intéressante pour les zones intertropicales, où « un gradient thermique d’au moins 20°C est disponible entre eaux profondes et de surface ».

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
jeu 21 Nov 2013
Dalkia, entreprise française spécialisée dans les services énergétiques, a inauguré jeudi 7 novembre dans la ville de Pècs, en Hongrie, sa nouvelle centrale biomasse. Il s'agit de la première unité de cogénération de l'Union Européenne à produire chaleur et électricité…
jeu 24 Oct 2013
La compagnie Leia Media développe actuellement un prototype de liseuse électronique fonctionnant grâce à l'énergie solaire. Cette société suédoise, pour qui la lecture cherche encore son modèle au format numérique, estime que le futur de l'e-lecture doit être "écologique, économique…
lun 18 Avr 2016
Au cours de la visite de François Hollande en Egypte, plusieurs protocoles d’accord ont été signés pour le secteur énergétique. Ainsi, le groupe EDF Energies Nouvelles devra notamment développer les éoliennes et le solaire, tandis qu’Engie s’occupera aussi de gaz…
mar 18 Août 2020
L'Australie vient d'autoriser le lancement d'un projet solaire pharaonique : il prévoit la construction conjointe de la plus grande ferme photovoltaïque du monde, dans le Nord du pays, et d'une liaison en courant continu haute tension jusqu'à Singapour. Le but : exporter…

COMMENTAIRES

  • Monsieur MIRAT, bonjour,
    Merci de votre publication sur l’hydromaréthermie. Toutefois, quelques précisions : ce n’est pas la différence de température entre les eaux de surface et les eaux profondes qui est exploitée dans cette technologie mais l’effet de capteur thermique solaire de la surface de la mer par le biais d’échangeurs sondes. Cette particularité rend ce système de production d’énergie très peu dépendant de la température moyenne de surface.Son implantation peut donc être beaucoup plus largement répartie et ne se limite pas aux seules zones intertropicales.
    Autre précision : concernant les rendements, sur le démonstrateur en fonctionnement depuis bientôt 3 ans, les calculs productifs sont les suivants :
    Besoins thermiques à satisfaire: 113 MWh/an
    Taux de couverture : 100%
    Consommation totale chauffage, climatisation, ECS : 9 MWh/an
    Production en énergie extraite de la mer : 104 MWh/an
    Comme vous pouvez le constater, nous avons un taux de rendement bien supérieur aux 6,8% évoqué.
    Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information
    Cordialement,
    Franck-Antoine PERETTI

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.