Edison, futur numéro 1 de l'énergie en Italie? - L'EnerGeek

Edison, futur numéro 1 de l’énergie en Italie?

Edison Benayoun

Marc Benayoun, directeur général de la compagnie Edison, a évoqué lundi 28 novembre lors d’une rencontre avec la presse parisienne, ses nouvelles ambitions sur le marché national italien. La filiale du groupe français EDF entend en effet tripler le nombre de ses clients dans le gaz et l’électricité à l’horizon 2018.

Devenir le deuxième acteur de l’éolien en Italie

Totalisant une capacité de 9.000 mégawatts (MW), le marché italien de l’éolien est actuellement très fragmenté. Seul l’opérateur ERG dépasse les 1.000 MW de capacité. Beaucoup d’investisseurs parient donc sur une consolidation progressive du marché transalpin dans les mois et années à venir. La filiale d’EDF qui n’a jamais caché ses ambitions et souhaiterait devenir à terme le leader de la filière, espère profiter de cette consolidation pour se renforcer. Elle a lancé au mois d’octobre dernier une offre publique d’achat sur l’exploitant d’énergies renouvelables Alerion Clean Power, qui lui permettrait d’acquérir 259 MW de puissance installée via dix fermes éoliennes, et d’accéder ainsi au second rang du marché des énergies renouvelables en Italie.

Eoliennes près de Frigento
Eoliennes près de Frigento

Deuxième société italienne de services aux collectivités, Edison a déjà constitué une coentreprise d’énergies renouvelables avec le fonds italien d’infrastructures E2i. Si sa proposition était acceptée (l’offre publique d’achat se clôture en fin de semaine), le groupe a précisé qu’il lancerait son offre par l’intermédiaire d’Eolo Energia, une filiale dont la coentreprise avec E2i détient 49% du capital. E2i détient lui-même 28% d’Alerion au côté de l’italien Fri-El (environ 25%). “Edison souhaite se porter acquéreur des 40% du capital restant pour un montant compris entre 30 et 50 millions d’euros“, a expliqué Marc Benayoun, directeur exécutif d’EDF chargé de l’Italie et du Gaz lors d’une rencontre avec des journalistes à Paris.

A terme, le groupe énergétique italien souhaite porter à 40% la part des énergies renouvelables dans son parc de production, contre 25 à 30% aujourd’hui. Il a présenté pour cela en parallèle 160 MW de projets à un appel d’offres en cours dans le pays.

Lire aussi : EDF EN met en service un parc éolien en Italie (Toscane)

Le portefeuille clients attractif du groupe Eni

Edison développe également ses positions sur le marché gazier, à la fois en amont dans le cadre de projets d’investissements dans des infrastructures (second terminal de gaz naturel liquéfié et projets de gazoduc reliant la Turquie à l’Italie via la Grèce) et en aval via le possible rachat du portefeuille clients du groupe Eni.

La compagnie italienne est en effet particulièrement intéressée par le projet d’Eni de céder tout ou partie de son portefeuille de près de 8 millions de clients en gaz et électricité en Italie. “ENI a annoncé son souhait de sortir du retail, nous répondrons présents et nous serons actif lorsque le processus de mise en vente sera initié“, a indiqué M. Benayoun, précisant que les discussions n’avait pas encore commencé.

Lire aussi : Israël lance des appels d’offres pour l’exploration de 24 champs gaziers

Eni est aujourd’hui numéro deux du marché italien avec près de 8 millions de clients particuliers (5,9 millions d’abonnés au gaz et 2 millions d’abonnés à l’électricité), derrière le géant Enel (31,6 millions de clients) et loin devant Edison. Si rien n’est fait à heure actuelle, le groupe EDF, actionnaire d’Edison à 98%, n’exclut pas d’avoir recours dans ce cadre à une ouverture du tiers du capital à d’autres actionnaires. “Cette opération pourrait dépasser le milliard d’euros et nous serions prêt à ouvrir notre capital à un acteur italien pour financer cette opération“, a-t-il ajouté

Tripler le nombre de clients en gaz et électricité

Le groupe énergétique français, qui compte déjà 1,2 million de clients en Italie, pourrait grâce à ces différentes opérations stratégiques tripler sa base de clients particuliers et professionnels et passer à trois ou quatre millions d’abonnés au gaz et à l’électricité d’ici 2018-2019. Il pourrait même viser la première place du marché italien de la vente aux particuliers en rachetant l’activité vente de détail de gaz et d’électricité du groupe énergétique italien ENI, puis en jouant sur la fin programmée des tarifs réglementés de l’énergie en 2018, qui devrait libérer près de 20 millions de clients potentiels.

Si Edison est le troisième acteur en Italie dans la production de gaz et d’électricité, à l’aval, nous ne sommes pas un acteur fort en Italie et (…) nous souhaitons passer de 1,2 million de clients à 3 ou 4 millions de clients. Cela se fera à la fois par des offres commerciales innovantes dans le cadre de la libéralisation du marché de la fourniture d’énergie pour les particuliers en 2018, mais aussi par des acquisitions“, a poursuivi le directeur général d’Edison.

Pour financer de telles opérations, M. Benayoun a par ailleurs confirmé la volonté du groupe de céder une partie de ses actifs dans l’exploration-production d’hydrocarbures, excepté en Egypte. Edison détient notamment des positions en Norvège, Grande-Bretagne et en Méditerranée et représente actuellement 15,6% du chiffre d’affaires de l’électricien français.

Lire aussi : RTE renforce sa coopération avec son homologue italien

Crédits photo : Edison

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 12 Sep 2018
Alors que le monde agricole représente un potentiel de développement prometteur pour les énergies renouvelables et la transition énergétique dans son ensemble, la production de gaz vert par méthanisation y reste encore peu développée malgré des synergies évidentes. Présent lors…
ven 7 Juil 2017
Le gigantesque projet de gazoduc "Force de Sibérie" censé relier la Russie à la Chine, avance à un rythme régulier et pourrait entrer en service d’ici la fin de l’année 2019. Comme l’a précisé mardi 4 juillet 2017 lors d’une…
mar 23 Jan 2018
Prévu à l’origine pour une période de six mois renouvelable, l’accord scellé en décembre 2016 entre l’OPEP et les pays producteurs non membres dans le but d’atteindre un rééquilibrage du marché, pourrait finalement s’étendre à plus long terme. L’Arabie Saoudite,…
jeu 28 Avr 2016
Souvent cité en exemple pour ses objectifs climatiques, le Danemark serait sur le point de revenir sur l’abandon du charbon et du gaz. Ce changement de stratégie s’explique surtout par l’explosion des prix de l’électricité liée au développement des énergies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.