Suez et le SIAPP valorisent les eaux usées en biocarburant - L'EnerGeek

Suez et le SIAPP valorisent les eaux usées en biocarburant

bus_biomethane_photo_Paul StainthorpLe groupe Suez et le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP) ont présenté, le 9 mai dernier à la station d’épuration de Valenton (Val-de-Marne), un démonstrateur industriel de production de biocarburant à base d’eaux usées. Cet équipement pilote est intégré au projet BioGNVAL qui vise à accélérer la production de biocarburant liquide en France.

Un démonstrateur pilote à Valenton

Dans la station d’épuration de Valenton, dans le Val-de-Marne, Suez Environnement et le SIAAP ont lancé un procédé pilote permettant de produire du biogaz grâce à la fermentation des boues d’épuration. Ce biogaz obtenu par méthanisation est principalement constitué de deux composés chimiques : le méthane et le dioxyde de carbone.

Le projet BioGNVAL vise à valoriser ce biogaz en biométhane liquide. Véritable source d’énergie renouvelable, ce biométhane liquide peut en effet être utilisé comme biocarburant à la place du gaz naturel d’origine fossile. Contrairement à ce dernier, le biométhane liquide ne rejette pas de particules fines dans l’air.

Pour obtenir ce bioGNL, Suez Environnement utilise un procédé cryogénique innovant développé par la start-up tricolore Cryo Pur : il s’agit d’épurer le biogaz du méthane et du CO2 qui le compose en les séparant grâce à l’action du froid. Le bioGNL obtenu sous forme liquide est ainsi facilement stockable et transportable.

Vers une généralisation du procédé ?

Grâce aux quelque 800.000 mètres cubes d’eaux usées qui proviennent des 2,9 millions d’habitants des vallées de l’Orge et de l’Yerres, l’établissement du SIAPP permet à son équipement pilote de produire une tonne de bioGNL par jour. Soit deux pleins de poids lourds.

Suez Environnement espère que cet équipement permettra de démontrer la faisabilité technico-économique de son procédé avant d’en envisager la commercialisation. “Les tests effectués démontrent que les eaux usées de 100.000 habitants permettraient de produire suffisamment de BioGNL pour alimenter vingt bus ou vingt camions”, estime le groupe dans un communiqué.

Le démonstrateur de Suez Environnement permet également d’obtenir, en parallèle au biométhane, du dioxyde de carbone qui peut lui aussi être valorisé comme matière première pour l’industrie ou comme agent réfrigérant. 1,5 tonne de bioCO2 est chaque jour produite sur le site de Valenton.

Crédit photo : Paul Stainthorp

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
lun 19 Jan 2015
Dans une étude publiée dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), des chercheurs se sont intéressés aux raisons qui pourraient inciter les foyers américains à diminuer leur consommation d’électricité. Selon les résultats de cette…
ven 27 Nov 2015
Avec son importante démographie, les choix énergétiques de l’Afrique seront déterminants dans la lutte contre le réchauffement climatique. Avec des initiatives comme celle de la Banque Africaine de Développement ou celle de Jean-Louis Borloo, la communauté internationale redécouvre l'urgence à électrifier…
mar 15 Déc 2015
Produire de l'électricité à partir de son urine. Si cette idée peut faire sourire, elle fait pourtant l'objet d'une étude très sérieuse de l'Université West England (UWE) de Bristol au Royaume-Uni. Selon un premier rapport publié le vendredi 11 décembre dernier,…
mar 12 Jan 2016
En France, 5 % de la population serait en situation de précarité énergétique. EDF intervient pour faire en sorte que la facture liée à la consommation d'énergie des personnes concernées, souvent en situation de fragilité économique et sociale, soit supportable.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.