GRTgaz lance la filière française du "power to gas" - L'EnerGeek

GRTgaz lance la filière française du “power to gas”

logo_grtgazLa filière française de conversion d’électricité renouvelable en gaz est lancée. GRTgaz et le Grand Port Maritime de Marseille ont en effet annoncé le 30 mars dernier la signature officielle des accords industriels qui ouvrent la voix au développement du projet Jupiter 1000. Ce dernier consistera à installer le premier démonstrateur français de conversion et de stockage de l’électricité sous forme de gaz. Qu’est-ce que le principe du “power to gas” et en quoi va-t-il permettre à la France de favoriser la réussite de sa transition énergétique ?

Convertir l’électricité renouvelable en gaz…

Le développement massif des énergies renouvelables est une des solutions envisagées par la communauté internationale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cette démarche bute cependant sur une contrainte technique importante : le caractère intermittent de ces énergies propres. Tributaire des conditions météorologiques, la production des énergies éoliennes et solaires est en effet imprévisible, rendant leur intégration à nos mix électriques compliquée.

Dans ce contexte, le stockage de l’électricité apparait aujourd’hui comme un des enjeux majeurs de la lutte contre le changement climatique. Et le groupe GRTgaz ambitionne d’explorer une nouvelle piste, le “power to gas”, pour stocker l’électricité issue des installations renouvelables françaises : il s’agit de convertir l’électricité en méthane de synthèse pour l’injecter dans le réseau de gaz naturel.

Concrètement, Jupiter 1000 va transformer les surplus d’électrons d’un parc éolien de la CNR de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) en hydrogène grâce au procédé de l’électrolyse de l’eau. Une fois combiné à du dioxyde de carbone, cet hydrogène se transforme en méthane de synthèse et présente les mêmes propriétés que celles du gaz naturel. GRTgaz estime que la solution “power to gas” pourrait produire entre 15 et 20 TWh de gaz renouvelable par an à l’horizon 2050.

… pour favoriser l’intégration du renouvelable à notre mix électrique

“Ce projet unique en France permettra d’étudier la validité technico-économique du procédé et de faire émerger une nouvelle filière de production de gaz renouvelable à l’horizon 2030”. Il s’agit également “de favoriser le développement des énergies renouvelables en facilitant l’équilibrage des réseaux électriques et en valorisant les surplus de production”, estiment les porteurs de projet.

Une vingtaine de démonstrateurs existent en Europe, mais celui qui sera déployé au sein de la pépinière “Innovex” présente une particularité : “Jupiter 1000 sera unique en Europe puisque notre partenaire McPhy comparera les deux technologies, matures, d’électrolyse alcaline et à membrane. Et le CO2 sera capté sur la cheminée d’un site industriel voisin, ce qui est sans précédent”.

La mise en service de ce démonstrateur de 1 MW devrait intervenir d’ici 2018. Le projet est doté d’une enveloppe budgétaire de 30 millions d’euros, dont un tiers est apporté par l’Union européenne, l’État et la région Paca.

Crédit photo : GRTgaz

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
ven 9 Déc 2016
En tant que première source d’énergie renouvelable utilisée en France, le bois énergie est appelé à contribuer largement aux objectifs énergétiques et climatiques français aussi bien dans la production de chaleur que dans la production de gaz ou d'électricité. Le…
lun 25 Nov 2019
Ce dimanche 24 novembre 2019, la BERD a approuvé un prêt de 45 millions d'euros pour la première tranche de la centrale Noor Midelt, dans le désert marocain. Ce projet de grande ampleur sera, une fois achevé, le plus grand…
jeu 25 Jan 2018
Déjà présent partout dans l'Hexagone, Gaz de Bordeaux devrait renforcer encore davantage sa position sur le marché du gaz naturel national. Le groupe girondin a annoncé, mercredi 17 janvier 2018, avoir remporté « l'un des plus gros marchés multi-sites de…
jeu 16 Août 2018
Alors que la guerre commerciale s’intensifie entre la Chine et les Etats-Unis et touche désormais tous les secteurs d’activité dont celui de l’énergie, Pékin a décidé de contre-attaquer. Le gouvernement chinois a annoncé mardi 14 août 2018 avoir déposé plainte…

COMMENTAIRES

  • Les gros intérêts du méthane étant sa facilité de stockage par rapport à l’hydrogène, et sa facilité d’utilisation, domestique pour la cuisine et le chauffage, pour les usages industriels, et pour le transport, puisque les moteurs thermiques peuvent être facilement adaptés pour fonctionner au méthane, vendu sous appellation “GNV”

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.