La Chine développe des centrales nucléaires flottantes - L'EnerGeek

La Chine développe des centrales nucléaires flottantes

navire_photo_CGNLa Chine travaille actuellement au développement de centrales nucléaires flottantes. C’est ce qu’a annoncé mercredi 27 janvier Xu Dazhe, chef de l’Agence nationale de l’énergie atomique, au cours d’une conférence de presse centrée sur le livre blanc “Préparation de la Chine aux urgences nucléaires”. Ces “bateaux-centrales”, qui en seraient à un stade particulièrement avancé de leur développement, visent à faciliter l’exploitation des ressources maritimes de l’Empire du Milieu. Explications.

Un réacteur nucléaire embarqué

En plein développement économique, la Chine fait face depuis quelques années à une importante croissance de ses besoins énergétiques. Ainsi, pour faciliter l’exploitation de ses ressources marines, le gouvernement chinois ambitionne de construire des centrales nucléaires flottantes. Concrètement, l’idée de Pékin est de créer des navires équipés de réacteurs nucléaires capables de produire l’énergie électrique nécessaire à l’alimentation de plateformes de forage gazières et pétrolières ou de zones côtières.

La China General Nuclear (CGN) et la China National Nuclear Corporation (CNNC), les deux géants chinois de l’énergie nucléaire, travaillent d’ores et déjà sur des projets qui permettraient d’utiliser l’atome civil en mer. La CGN affirme que sa centrale flottante, équipée d’un réacteur ACPR50S, devrait être terminée à l’horizon 2020. Son concurrent, la CNNC, devrait de son côté achever son prototype (doté d’un réacteur ACP100 S) avec une année d’avance, en 2019.

Les deux projets, qui seront donc équipés de réacteurs de technologie chinoise, ont été inscrits dans le nouveau plan quinquennal du gouvernement. Ce dernier s’est d’ailleurs voulu rassurant en expliquant que ces projets de centrales nucléaires flottantes “feront l’objet d’évaluations rigoureuses et scientifiques”.

Faire face à l’urgence environnementale

Le parc nucléaire chinois affiche actuellement une puissance cumulée totale de 28,3 GW grâce à 30 réacteurs en activité. Désireux de renforcer ses moyens de production sans augmenter ses émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement chinois s’est fixé comme objectif de doubler ses capacités nucléaires d’ici 2020. À ce titre, 24 réacteurs sont en cours de construction, faisant de la Chine le pays qui possède le plus de réacteurs en chantier.

En raison d’un mix énergétique fortement carboné (la Chine consomme notamment d’importantes quantités de charbon), la pollution atmosphérique est devenue un grave problème environnemental pour l’Empire du Milieu. Le Président Xi Jinping s’est ainsi engagé à renforcer la lutte contre les émissions de CO2 et la pollution de l’air, notamment en favorisant l’utilisation des énergies décarbonées.

L’année dernière, l’énergéticien CNNC a débuté la construction du premier réacteur nucléaire chinois de troisième génération. Baptisé Hualong-1, ce réacteur est en quelques sortes le rival de l’EPR français et de l’AP1000 de Westinghouse. Le projet vise de manière plus générale à démontrer les capacités de l’industrie nucléaire chinoises.

Crédit photo : CGN

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
mar 14 Jan 2014
D’après les informations des Echos, les groupes français GDF Suez et EDF s’apprêtent à signer un accord définitif avec le gouvernement belge portant sur la prolongation de la durée de vie du réacteur de Tihange 1. Pour la porter de…
ven 3 Oct 2014
Alors que le gouvernement sud-africain s'était déjà exprimé le mardi 23 septembre 2014 pour démentir de manière officielle tout contrat de commande nucléaire passé avec la Russie, il a évoqué cette fois son intention de conclure des protocoles d'accord avec…
mar 23 Juil 2013
Alors qu’une force d’action rapide nucléaire (Farn) sera définitivement mise en place par EDF en 2015 pour intervenir au plus vite en cas d’accident grave, un autre groupe d’intervention est déjà chargé de veiller sur les centrales nucléaires françaises. Mais…
ven 23 Mai 2014
Les négociations se poursuivent dans le dossier Alstom et à l’heure où le ministre de l’Economie vient d’annoncer un possible plan C de rachat d’origine française (après les offres de General Electric et de Siemens),  le débat sur la cession…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.