Une nouvelle batterie alimentée par l'énergie des mouvements du corps - L'EnerGeek

Une nouvelle batterie alimentée par l’énergie des mouvements du corps

énergie_mouvement_batterie_Photo_MITUne équipe de chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) a mis au point une nouvelle technologie de batterie capable d’exploiter et de mettre à profit l’énergie cinétique de vos mouvements pour produire de l’électricité et se recharger. Une innovation des plus prometteuses alors que les “wearables”, appareils généralement très énergivores, ont aujourd’hui bien du mal à prolonger leur durée d’autonomie énergétique.

Exploiter l’énergie cinétique du corps humain

Conçue pour recharger les appareils électroniques portables comme les bracelets connectés ou les téléphones mobiles, la batterie mise au point par les chercheurs du MIT présente la particularité de se recharger grâce à l’énergie cinétique créée par un mouvement mécanique comme le mouvement du corps humain par exemple.

Détaillée récemment dans la revue scientifique Nature Communication, cette nouvelle technologie utilise comme électrodes deux fines feuilles d’alliage de lithium avec, entre les deux, une couche de polymère poreux gorgée d’électrolyte liquide, celle-ci conduisant le courant par déplacement d’ions. Lorsqu’elle est pliée, même légèrement, cette couche composite produit une tension et un courant électrique dans le circuit externe entre les deux électrodes.

Celui-ci peut alors être utilisé pour alimenter d’autres équipements. Il suffit d’un poids très léger fixé à l’une des extrémités pour faire plier le métal lors des mouvements ordinaires, par exemple lorsqu’il est attaché à un bras ou une jambe.

Un dispositif électrochimique plus adapté aux mouvements du corps

Si exploiter l’énergie cinétique des mouvements n’est pas nouveau et a déjà été mis en application par plusieurs start-up comme Ampy ou Enerbee, le dispositif proposé par le MIT se démarque de ses concurrents par le recours aux principes électrochimiques de production d’électricité.

Comme l’explique Ju Li, professeur en sciences des matières et ingénierie au MIT, “basées sur l’effet triboélectrique (friction) ou piézoélectrique, les approches traditionnelles sont souvent trop rigides au pliage et peuvent être assez coûteuses. En recourant plutôt à des principes électrochimiques, la technologie du MIT peut récupérer de l’énergie à partir d’un palette plus large d’activités et de mouvements naturels dont la marche et les exercices physiques”.

Flexible, cette batterie est en effet adaptable à tout type de terminaux portables, et peut aussi bien s’attacher directement à une membre du corps, ou se connecter à un terminal extérieur. De quoi permettre la recharge d’appareils comme les bracelets et les montres connectés, mais également celle d’appareils plus gourmands comme les smartphones et même les tablettes tactiles.

De tels dispositifs seraient par ailleurs plus résistants et plus faciles à produire à grande échelle compte tenu du faible coût des matières utilisées. “Les équipements déjà testés ont montré leur stabilité et le maintien de leurs performances après 1 500 cycles”, ajoute le professuer Ju Li.

Crédits photo : MIT

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
mer 18 Mai 2016
Créée en 2007, la Fête de la Nature organise pensant 5 jours des manifestations gratuites au contact direct de la nature. Pour sa 9ème édition, du 18 au 22 mai, de nombreux partenaires ont décidé de s’associer à cet événement…
jeu 28 Mar 2013
La centrale hydroélectrique de Walchensee est implantée sur une falaise dans les contreforts des Alpes bavaroises, en Allemagne. Avec une puissance installée de 124 MW, elle fait partie des plus importantes centrales du pays. Le barrage, situé dans le village…
lun 23 Mar 2015
Des chercheurs coréens et australiens viennent de mettre au point un textile capable de produire sa propre énergie pour recharger des appareils électroniques ou pour alimenter des équipements médicaux portables, par exemple. Pour cela, pas besoin d’apport extérieur d’électricité : le…
mer 22 Jan 2014
Une étude menée par l'université d'Harvard, aux Etats-Unis, a permis d'améliorer les performances d'une batterie à flux grâce à l'utilisation de la quinone, une molécule organique utile à la photosynthèse de nombreuses plantes. Selon les scientifiques en charge de ces…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.