Retour sur la première réunion des ministres de l'énergie du G20 - L'EnerGeek

Retour sur la première réunion des ministres de l’énergie du G20

G20-logoIl s’agit d’une première historique mondiale : à quelques semaines de l’ouverture de la COP21, les ministres de l’énergie des 20 nations les plus puissantes du monde se sont réunis pour s’accorder sur des objectifs conjoints en matière environnementale et de développement. Cette réunion a eu lieu en Turquie, présidente actuelle du G20, vendredi 2 octobre.

Le développement énergétique et l’accès à l’électricité mis en avant

Dès l’introduction de ce sommet du G20, le président de la République turc Recep Tayyip Erdogan a insisté sur l’importance d’inclure dans les mesures prises les pays non membres du G20 et de doper la croissance mondiale. C’est également le point qui ressort le plus dans le communiqué des ministres publié à la fin de la journée d’échanges.

Plus particulièrement, la question centrale de l’accès à l’énergie dans les régions pauvres du monde et encore peu alimentées en énergie (notamment en Afrique subsaharienne) a été largement détaillée dans le communiqué final : “1,1 milliard de personnes vivent sans électricité, dont un grand nombre dans des régions défavorisées (…) L’accès à l’électricité est un facteur déterminant pour avoir un meilleur niveau de vie, vaincre la pauvreté et améliorer la croissance. L’accès insuffisant agit comme un obstacle au développement économique et social dans de nombreux pays”. Le G20 s’est ainsi engagé à soutenir les objectifs du plan 2030 des Nations unies qui vise à multiplier le développement et les investissements pour mieux prendre en compte et répondre aux besoins des pays en développement.

Les ministres ont également affiché leur souhait d’ouvrir davantage les institutions internationales énergétiques aux pays en développement, dans une logique de coopération accrue.

Autre point que les ministres du G20 ont souligné : la nécessité de garantir la transparence des marchés de l’énergie. Selon eux, sans transparence, les investisseurs potentiels risquent de se décourager et la sécurité énergétique est mise en danger. Ils ont donc affiché leur volonté de renforcer l’initiative pour la transparence énergétique (JODI).

Le climat placé au second rang des discussions

A tout juste un mois et demi de la COP 21, il s’agissait d’un point sur lequel le rendez-vous était particulièrement attendu. Il semble pourtant que la question du climat et du réchauffement climatique n’ait été placée qu’au second rang et ce dès l’introduction du président Erdogan. Ce dernier n’a, en effet, abordé la question qu’après avoir insisté sur la nécessité de soutenir le développement énergétique mondial.

Premier point abordé par les ministres sur le sujet de l’écologie : la réduction des énergies fossiles. Sur la question, le G20 s’est contenté de “saluer les progrès réalisés par un certain nombre de pays pour rationaliser et réduire les subventions aux énergies fossiles qui encouragent la surconsommation”.

De même, les déclarations sur les énergies renouvelables n’ont été que timides. Soulignant l’importance de ces nouvelles technologies et leur potentiel de croissance à long terme, les ministres ont tout de même pris en compte le rapport publié au même moment par l’AIE (Agence Internationale de l’Énergie), qui prévoit un développement des énergies renouvelables, de 22% de l’énergie produite dans le monde en 2013, à 26% en 2020. Les ministres ont ainsi adopté une feuille de route en faveur de l’accomplissement de ces projections.

Pour finir, la notion de réchauffement climatique, quant à elle, n’est citée qu’une fois en toute fin du communiqué. De quoi nourrir les inquiétudes quant au succès de la COP21 ?

Crédits Photo : g20.org

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
L'augmentation des prix de l'électricité en février 2024 a secoué les budgets de nombreux Français. Selon une enquête de Rothelec, plus de la moitié des ménages prévoient de réduire encore davantage leur consommation et se tournent de plus en plus…
lun 24 Oct 2022
Et si la France occupait demain une place de choix dans l’électromobilité ? L’un des plus gros projets d’extraction de lithium vient d’être officiellement lancé dans l’Allier, en France, par Imerys. Le site identifié, à Beauvoir, accueille déjà une mine…
mar 1 Nov 2022
La situation est paradoxale sur le front du gaz en Europe. Pendant quelques heures, à la fin du mois d’octobre, le prix du gaz sur le marché spot européen est passé en territoire négatif ! On payait des clients pour…
mar 31 Jan 2023
Contre toute logique, alors que la demande en énergies renouvelables est à son apogée, les fabricants européens d’éoliennes sont à la peine. Certains pourraient devoir déposer le bilan prochainement, alors même qu’ils ne subissent pas encore de plein fouet la…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.