Auvergne : nouvelle demande de permis pour la géothermie haute température - L'EnerGeek

Auvergne : nouvelle demande de permis pour la géothermie haute température

Vue de Clermont Ferrand - Fabien1309Dans le Massif Central, le sol de plusieurs secteurs recèle des ressources géothermiques de haute-température. C’est dans la région de Clermont-Ferrand que pourrait être installée dans le futur une centrale capable de produire de l’électricité et de la chaleur grâce à la circulation d’eau chauffée par le sol. C’est dans cet objectif que vient d’être lancée par le ministère de l’Ecologie une consultation faisant suite à une demande de permis exclusif de recherche de gîtes géothermiques pour la zone de « Riom – Clermont Métropole ». Cette demande de permis a été déposée par les entreprises Fonroche Géothermie SAS et Electerre de France.

Les sociétés Fonroche Géothermie SAS et Electerre de France ont déposé une demande de permis exclusif de recherche de gîtes géothermiques, publiée pour consultation le 08 juin 2015 sur le site du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

Ces entreprises ont déjà obtenu en 2014 plusieurs permis de recherche en région Auvergne, comme par exemple dans le secteur de Sancy (Puy-de-Dôme), dans le Cantal ou dans l’Allier, mais aussi dans d’autres départements en dehors de l’Auvergne comme la Drôme, ou le Gard.

Cette dernière demande de permis concerne le gîte géothermique haute-température de Riom-Clermont Métropole et s’étend sur 827 km².

L’objectif de cette recherche de gîte est d’installer une centrale capable de produire à la fois de l’électricité et de la chaleur grâce à une boucle faisant circuler l’eau chaude (plus de 150°C en tête de puits) en boucle fermée à 350 mètres cube par heure. Comme pour un puits géothermique basse température, l’eau chaude sera remontée à la surface, exploitée puis réinjectée (à 60 degrés Celsius) dans le sol pour y être à nouveau naturellement « réchauffée » par la Terre.

Les forages nécessaires à une telle installation devraient atteindre entre 3.500 et 5.500 mètres de profondeur.

Crédit photo : Fabien 1309

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 9 Juin 2016
Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux États-Unis, ont mis au point un nouveau dispositif permettant de convertir la chaleur du soleil en rayonnement exploitable par les cellules solaires. Une technologie originale basée sur l'utilisation de nanotubes de…
lun 6 Juin 2016
L'électricien EDF et le groupe industriel DCNS ont annoncé que l'immersion de la seconde hydrolienne du parc pilote de Paimpol-Bréhat s'est déroulée "avec succès" dans la journée du dimanche 29 mai. L'hydrolienne a été immergée au large de Ploubazlanec, dans…
ven 21 Sep 2018
Alors que la première éolienne flottante de France installée au large du Croisic vient tout juste d’être raccordée au réseau électrique nationale, la filière solaire commence elle aussi à développer de nouveaux systèmes de production flottants dans le but d’augmenter…
jeu 7 Juil 2016
Si l'énergie des vagues, appelée aussi énergie houlomotrice, laisse entrevoir des perspectives de production très prometteuses (on estime le potentiel énergétique à plus de 100 gigawatts dans le monde), son développement se heurte encore aujourd'hui à des coûts d'exploitation trop…

COMMENTAIRES

  • Après le petit site expérimental de Soultz en Alsace dont on parle peu, on s’aperçoit enfin que l’on a sous nos pieds une source d’énergie inépuisable. On est assis sur le couvercle d’une côcote minute et on n’en exploite pratiquement pas l’énergie sauf lorsqu’elle est en surface. J’espère que dans un avenir pas trop lointain on verra une première centrale électrique géothermique profonde entrer en démonstration.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.