Déchets nucléaires : le potentiel d'une bactérie éliminant la radioactivité se confirme - L'EnerGeek

Déchets nucléaires : le potentiel d’une bactérie éliminant la radioactivité se confirme

bactérie_déchets_nucléaires_photo_janice_haney_carrPrésenté l’an dernier par une équipe de scientifiques de l’université de Manchester, la découverte d’un micro-organisme potentiellement capable de contenir toute propagation éventuelle de la radioactivité et de survivre dans les conditions extrêmes caractéristiques des sites de dépôts des déchets radioactifs, s’affirme encore un peu plus comme une solution durable et efficiente au défi de l’élimination des déchets nucléaires. Ces micro-organismes “extrêmophiles”, résistants aux rayonnements ionisants, seraient capables à la fois de contenir la propagation et de nettoyer les terres contaminées.

En effet, des études plus poussées ont démontré récemment que la terre contaminée par des déchets radioactifs pouvait être nettoyée par ces bactéries, via une transformation des formes solubles de radionucléides, tels que l’uranium, en formes non solubles et moins mobiles, et donc moins sujettes à la propagation et à la contamination. Des bactéries qui résisteraient de plus aux effets à long terme des rayonnements radioactifs.

Comme l’expliquent ces chercheurs dans la revue scientifique “Applied and Environmental Microbiology”, certains microbes et certaines bactéries parviendraient à survivre aux rayonnements radioactifs, et même à se développer davantage dans de telles conditions. Dans ce cas précis, le rayonnement pourrait rendre ces bactéries plus efficaces dans le nettoyage des terres contaminées et contribuer ainsi à la sûreté de stockage des déchets radioactifs à long terme.

“L’évaluation de la capacité de survie de ces microbes face aux rayonnements radioactifs, nous permet aujourd’hui d’être plus confiants quant à leurs capacités d’immobiliser les déchets sur de très longues périodes (plusieurs millions d’années). Ces bactéries pourront fournir une couche supplémentaire de protection, une ‘biobarrière’ renforçant ainsi les barrières de béton et d’acier utilisées actuellement”, précise le professeur Jonathan Lloyd, directeur de ce projet de recherche.

Pou rappel, les déchets radioactifs de moyenne activité à vie longue sont généralement composés de matériaux divers et variés provenant des opérations de démantèlement des réacteurs. Des boues chimiques, des résines, ou des matériaux métalliques contaminés qui sont à terme solidifiés dans du ciment et enterrés à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Stockés pendant plusieurs millions d’années, ils se transforment progressivement à l’échelle géologique en déchets de faible activité à vie longue.

Cette bactérie avait été découverte, en pleine croissance, dans des échantillons de sols fortement alcalins du site industriel de Peak District en Angleterre.

En savoir plus : Janice Haney Carr

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
jeu 11 Jan 2024
En plein cœur de l'hiver 2024, la France fait face à un pic de consommation électrique atteignant 83.5 GW. Bien que loin du record de 2012, cette hausse témoigne de l'adaptabilité et de l'efficacité du réseau électrique national.    …
ven 1 Mar 2024
À Bure, un tournant technologique promet de révolutionner la gestion des déchets radioactifs. Des robots prennent le relais pour veiller sur notre héritage le plus durable, mais aussi le plus dangereux.     Des robots à 500 mètres sous terre…
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
mar 19 Mar 2024
Avec la polarisation du monde, la France vise à assurer sa capacité de dissuasion nucléaire. Le ministère des Armées a publié un communiqué, lundi 18 mars 2024, annonçant une collaboration entre EDF, le ministère de la Défense et le Commissariat…

COMMENTAIRES

  • Bonjour
    Une nouvelle fois (voir le 25/09/14) le mot ELIMINATION de la radioactivité est utilisé, c’est dommageable à la valeur scientifique de l’article.

    Répondre
  • Bonjour, serait-il possible d’avoir les références de l’article qui vont on permis de rédiger ce post ?
    Merci par avance.

    Répondre
  • Bonjour
    On ne relit jamais assez
    Vous écrivez ” la terre contaminée par des déchets radioactifs pouvait être nettoyée par ces bactéries, via une transformation des formes solubles de radionucléides, tels que l’uranium, en formes non solubles PLUS MOBILES et donc moins sujettes à la propagation et à la contamination ”
    Il y a une contradiction : en général une forme non soluble est moins mobile.
    Mais à relire les 2 articles des chercheurs anglais :
    http://www.manchester.ac.uk/discover/news/article/?id=12760 et http://www.nature.com/ismej/journal/v9/n2/full/ismej2014125a.html, je pense que le mécanisme est un peu différent : ces bactéries sont d’une part anaérobies et d’autres part “extrémophiles “, à l’aise en milieu très alcalin, ce qui les rend aptes à survivre et même se développer dans l’eau alcalinisée par le contact avec le béton des containers à déchets. De plus les rayonnements ne leur font pas trop peur. Elles utilisent comme substrat principal l’acide isosaccharinique (ISA) et donc en réduisent la concentration. Ceci a deux effets : réduire la solubilisation des radionucléides par l’ISA et donc leur mobilité, et protéger le béton des parois des containers de la corrosion par le même ISA.
    C’est en effet intéressant pour ce qui est du confinement des déchets. Mais permettez moi de ne pas être d’accord avec le principe d’enfouir des déchets radioactifs, fût-ce avec quelques garanties supplémentaires,, et de continuer à contester le mot ELIMINATION dans les titres de vos 2 articles. D’ailleurs les titres des articles des chercheurs anglais ne contiennent pas cette erreur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.