Les 1ères éoliennes à pales furtives dans les Pyrénées-Orientales - L'EnerGeek

Les 1ères éoliennes à pales furtives dans les Pyrénées-Orientales

2072_05_08_201009_31_19Éoliennes et radars ne font pas bon ménage : en effet, le mouvement des premières perturbe le bon fonctionnement des seconds en renvoyant des signaux faussés. C’est pourquoi 35 éoliennes dites « à pales furtives » vont être installées à côté de Perpignan… et d’un radar Météo France. Cette technologie consiste à recouvrir les pales d’un matériau qui absorbe les ondes du radar et évite de renvoyer un écho faussé. Une première mondiale pour cette technologie danoise qui devrait permettre d’alimenter la moitié du bassin de vie perpignanais en électricité renouvelable.

C’est sur les communes de Calce, Baixas, Pézilla-la-Rivière et Villeneuve-la-Rivière, près de Perpignan, qu’un ensemble éolien unique au monde est en train d’être installé par EDF Energies Nouvelles dans l’Eco-parc catalan. La première éolienne de ce parc a été installée le 17 mars dernier ; au total, 35 machines seront mises en service d’ici à l’automne.

Pourquoi ces éoliennes sont-elles une première mondiale ? Car elles sont équipées de pales furtives, une technologie développées par l’entreprise danoise Vestas permettant de ne pas créer d’interférences entre les éoliennes et les radars.

Par conséquent, ces 35 machines pourront produire de l’électricité alors qu’elles sont situées à proximité de radars de Météo France d’Opoul. Intéressant lorsque l’on sait que la perturbation des radars (de Météo France et de l’armée) est une cause fréquente du refus d’implantation d’éoliennes, alors même que ces deux technologies doivent être installées dans des zones bien dégagées.

Pour devenir furtives, les pales des éoliennes sont recouvertes de couches de tissus de verre encrés d’une teinture spéciale, qui emprisonnent les ondes des radars et évitent que soient renvoyés des échos perturbants.

Les tests de fonctionnement électrique auront lieu au mois de mai, les tests de furtivité des pales au mois de septembre. Le coût total du projet s’élève à 130 millions d’euros, pour une capacité de production de 96 MW, soit une puissance suffisante pour la consommation électrique de 130 000 personnes.

Crédit photo : Vestas Wind Systems

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 7 Août 2015
A priori, rien ne semble lier l’observation des papillons à la recherche dans le domaine des énergies renouvelables. Et pourtant, la façon dont un petit papillon blanc dispose ses ailes pour se réchauffer a inspiré une équipe de chercheurs britanniques,…
mar 17 Mar 2015
Et si l’eau qui circule dans les canalisations de nos villes pouvait servir à alimenter à la fois nos robinets et nos ampoules ? C’est l’ambition de la start-up allemande Aquakin, qui met au point des solutions pour produire de l’hydroélectricité sans…
lun 11 Déc 2017
A l'heure où s'ouvre le One Planet Summit à Boulogne-Billancourt, la lutte contre le changement climatique et la transition énergétique nécessitent de plus en plus d'investissements en faveur du climat. Mais selon le groupe de réflexion I4CE émanant de la…
mer 30 Oct 2013
Piloté par EDF, le projet des "Mille installations de gestion énergétique dans les îles" (Millener) vient d'entrer en phase de test en Guadeloupe. Les premières installations solaires du projet ont été mises en place les 8 et 9 octobre dernier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.