De mini-centrales pour transformer le moindre filet d’eau en électricité ? - L'EnerGeek

De mini-centrales pour transformer le moindre filet d’eau en électricité ?

microhydro-fullwidthEt si l’eau qui circule dans les canalisations de nos villes pouvait servir à alimenter à la fois nos robinets et nos ampoules ? C’est l’ambition de la start-up allemande Aquakin, qui met au point des solutions pour produire de l’hydroélectricité sans mettre en place de grosses infrastructures impactant l’environnement. Parmi les produits d’ores et déjà proposés, une mini-centrale pour les randonneurs et une centrale plus importante pour les villes, mais Aquakin espère réussir à mettre au point une technologie permettant d’utiliser les courants de nos canalisations, comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis.

De moins en moins exploités pour produire de l’électricité, nos cours d’eau représentent pourtant une opportunité majeure pour produire une énergie renouvelable, sans problème d’intermittence, et à des coûts relativement faibles. Faute de pouvoir construire de nouveaux grands barrages facilement, surtout dans des pays comme la France où le potentiel est déjà largement exploité, plusieurs entreprises travaillent pour développer des mini-centrales hydroélectriques.

Parmi elles, la start-up allemande Aquakin propose et met au point plusieurs solutions pour exploiter le courant des cours d’eau, y compris les plus petits d’entre eux, pour produire de l’électricité.

Son chargeur hydroélectrique baptisé « Blue Freedom » est destiné aux randonneurs qui souhaitent rester connectés lorsqu’ils sont en pleine nature (photo ci-dessus). Cette mini-centrale de 400 grammes, une fois plongée dans l’eau d’une rivière peut générer jusqu’à 5W de puissance et recharger un téléphone en une heure environ.

A plus grande échelle, Aquakin a développé un prototype de mini-centrale hydroélectrique qui, plongée à 20 cm de profondeur, peut produire 160 000 kWh par an (soit environ l’équivalent de la consommation de 38 foyers allemands). Le coût de cette centrale (photo ci-dessous), qui devrait être mise sur le marché l’année prochaine, devrait être de 25.000 euros. Elle est également équipée d’un système permettant de laisser passer les poissons.

Aquakin souhaite maintenant produire de l’électricité dans les conduites d’eau potable ou d’eaux usées : une telle technique, déjà expérimentée outre-Atlantique, permettrait d’accroître sensiblement le potentiel de production d’électricité « bleue » et de rendre nos villes plus vertes.

aquakin

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo : Aquakin

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 19 Août 2019
Du 24 au 26 août 2019, la ville de Biarritz accueillera un événement suivi et commenté à travers le monde : le G7. La réunion des dirigeants des sept pays les plus puissants au monde génère déjà beaucoup de réactions…
mar 15 Jan 2013
L'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) vient de lancer son site internet où est publié le tout premier Atlas mondial sur l'énergie solaire et éolienne. Irena est une agence dont l'objectif est de promouvoir le combat contre le réchauffement…
mar 13 Août 2019
Le secteur de l’éolien offshore connaît des mouvements importants ces derniers mois. L’annonce faite par Iberdola ce lundi 11 août 2019 s’inscrit dans ce contexte. Le géant espagnol a cédé à Green Investment Group 40 % des parts de son…
ven 25 Août 2017
Des chercheurs du NanoTech Institute de l'université du Texas à Dallas et de l'université sud-coréenne de Hanyang ont mis au point un nouveau matériau qui pourrait bien révolutionner la production d’électricité dans les années à venir. Détaillés dans la revue…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.