Les toilettes d'une université anglaise éclairées à l'urine - L'EnerGeek

Les toilettes d’une université anglaise éclairées à l’urine

concept_renouvelableL’université de West of England, située dans la ville de Bristol en Angleterre, et l’ONG Oxfam ont lancé jeudi 5 mars un dispositif prototype des plus atypiques : des WC dont le système d’éclairage est alimenté grâce à de l’urine humaine. Ce système, qui fonctionne grâce à la technologie de pile à combustible microbienne, pourrait notamment être utilisé pour améliorer l’hygiène et la sécurité dans les camps de réfugiés. Zoom sur ce concept original.

Une pile à combustible microbienne est un dispositif capable de produire de l’énergie électrique grâce à l’action de microbes électrogènes (des organismes qui produisent des électrons lors du processus de dégradation de la matière organique). C’est cette technologie qui a servi de point de départ à l’équipe de scientifique de l’université de Bristol, menée par le Dr Ioannis Ieropoulos.

Afin d’augmenter les volumes électriques produits par une pile à combustible microbienne, ces chercheurs britanniques ont eu l’idée de stimuler l’action des microbes électrogènes en les nourrissant avec de l’urine humaine. Une idée efficace qui ne date toutefois pas d’aujourd’hui : en 2013, le Dr Ieropoulos avait notamment réussi à alimenter un téléphone portable via une pile microbienne “dopée” à l’urine.

Afin de tester concrètement leur dispositif, les chercheurs ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure : fabriquer des WC prototypes qui valorisent l’urine en électricité. Chose faite depuis le 5 mars. Professeurs et étudiants sont depuis invités à contribuer à cette expérimentation en faisant don de leur urine dans ces toilettes stratégiquement situées près du bar du campus.

Cette technologie renouvelable, qui fonctionne grâce à une ressource naturelle disponible en abondance, offre d’innombrables perspectives. Notamment dans les camps de réfugiés, comme l’explique Andy Bastable, responsable de l’eau et des installations sanitaires à Oxfam : “c’est toujours un défi d’éclairer des zones loin de toute source d’énergie. Vivre dans un camp de réfugiés est suffisamment difficile pour ne pas y ajouter la menace d’être agressé dans des endroits mal-éclairés la nuit. Le potentiel de cette invention est énorme”.

De son côté, le Dr Ieropoulos met en avant les avantages de cette technologie. ” Une pile à combustible microbienne coûte environ 1 livre à produire, et notre prototype, aux alentours de 600 livres (826 euros). Cela représente un atout significatif, d’autant que la technologie a une durée de vie en théorie inépuisable”.

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
lun 20 Août 2018
Engagée sur la voie du développement énergétique durable, l’Ethiopie se penche désormais sur l’épineux problème de la gestion des déchets. Pressé d’agir face à la multiplication et à la dangerosité des décharges sauvages, le gouvernement veut faire d’une pierre deux…
jeu 11 Juin 2015
L'ONG Africa Progress Panel, dirigé par l'ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, a profité du Forum Économique Mondial qui s'est déroulé du 3 au 5 juin dernier en Afrique du Sud, pour dévoiler un rapport sur l'électrification en Afrique.…
mer 12 Oct 2016
Après avoir noué des partenariats dans le pétrole et le gaz, le Cameroun et la Russie veulent développer leur coopération dans le secteur de l’hydraulique. Une mission d’experts russes a ainsi été envoyée à Yaoundé le 3 octobre dernier, pour rencontrer…
jeu 30 Juin 2016
Le réseau de chaleur de l’agglomération dijonnaise se développe avec l’installation, mercredi 29 juin, d’une 3ème chaudière biomasse à la chaufferie des Péjoces. Cet équipement, livré par Dijon Energies, filiale de Dalkia - elle-même appartenant au groupe EDF -, permettra…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.