Sûreté nucléaire : la réglementation relative aux équipements sous pression se durcit - L'EnerGeek

Sûreté nucléaire : la réglementation relative aux équipements sous pression se durcit

générateur_vapeur_réglementation_sûretéLes nouvelles exigences de l’ASN (l’Autorité de sûreté nucléaire) en matière de sûreté des installations nucléaires sont entrées en vigueur en début d’année et imposent désormais aux fabricants de produire plus de justifications et de démonstrations quant à la conformité des équipements sous pression nucléaires (cuve, générateur de vapeur…). Un renforcement de la réglementation positif pour la sûreté, mais qui nécessitera très certainement pour les fabricants et les exploitants une période d’adaptation significative au regard de la complexité des procédures exigées.

Equipements sous pression nucléaire : de nouvelles exigences de sûreté

La disposition réglementaire actuellement en vigueur en France est établie par l’arrêté relatif aux équipements sous pression nucléaires (ESPN) en date du 12 décembre 2005, et couvre les équipements sous pression fabriqués après janvier 2011 et spécifiquement conçus pour les applications nucléaires.

Un arrêté particulier qui régit à la fois la conception, la fabrication, l’évaluation de conformité, les exigences essentielles de sûreté, l’installation, la mise en service, la surveillance, l’entretien, l’exploitation et les contrôles en service des ESPN. Entré en vigueur le 21 janvier 2011, il fait l’objet de modifications majeures depuis le 1er janvier 2015, intégrant de nouvelles exigences de sûreté  concernant les modalités de justification et de surveillance de la conception, de la fabrication et du montage des ESPN.

Cette nouvelle réglementation a en effet pour objectif de rendre les garanties de la qualité de ces éléments encore plus fortes. Elle impose ainsi aux fabricants de fournir à l’Autorité de sûreté nucléaire un certain nombre de données supplémentaires concernant notamment les plans de conception, les composants/matériaux utilisés et leur traçabilité, l’analyse des risques radioactifs, ou encore les moyens retenus pour permettre les inspections en situation de service.

Une mise en application complexe mais nécessaire pour les exploitants

Cela étant et si la pertinence de cette nouvelle réglementation n’est pas remise en cause par les acteurs de la filière nucléaire, elle vient toutefois complexifier encore un peu plus des procédures déjà très lourdes pour les fabricants et exploitants. Difficile à mettre en application, elle aura un impact certain sur les outils industriels, la disponibilité des pièces de rechanges et des matériels neufs. Un impact que les exploitants, comme EDF, devront prendre en compte dans le cadre de leurs programmes industriels.

Au delà de l’effet que ces nouvelles procédures impliqueront pour l’exploitant, la sûreté et la sécurité des conditions d’exploitation restent la priorité dans la filière nucléaire. Le groupe EDF se dit d’ailleurs prêt à se conformer aux demandes de l’ASN, dans un souci permanent d’optimisation du niveau de sûreté de ses installations.

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
lun 13 Mai 2013
Arrêtée suite à la détection d’un léger dégagement de vapeur vendredi 10 mai, l’unité de production numéro 1 de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle) a été relancée dimanche  12 mai vers 18 heures. Constaté le 10 mai vers 23…
mer 31 Mai 2017
La Commission européenne a autorisé lundi 29 mai 2017 la reprise par l'électricien français EDF de la majorité d'Areva NP. Bruxelles a en effet considéré ici que l'opération ne soulevait pas de problèmes de concurrence, et n’a donc assorti cette…
Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) vient de publier une étude portant sur l'évolution régionale du secteur de l'énergie entre 2002 et 2012. Ce dossier officiel, réalisé par le ministère de l'Écologie, permet notamment de dresser un panorama des moyens…
ven 31 Juil 2015
En matière de sûreté dans le nucléaire, il y a un avant et un après Fukushima. A la centrale de Saint-Laurent (Loir-et-Cher), une dalle de béton sur laquelle va reposer le bâtiment "Dus" (Diesel Ultime Secours) a été coulée d'une seule pièce…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.