Madagascar : des pluies artificielles pour remédier aux délestages - L'EnerGeek

Madagascar : des pluies artificielles pour remédier aux délestages

pluie_madagascar_photo_mariusz kluzniakLa République de Madagascar fait actuellement face à de nombreux problèmes de délestage, en raison de l’incapacité de son parc de production à couvrir les besoins des 23 millions d’habitants de l’île. Alors que la saison des pluies tarde à s’installer, et donc à stimuler la production des barrages hydroélectriques du pays, le gouvernement a décidé de provoquer des pluies artificielles.

“Il faut aller vers les nuages [de type cumulus, ndlr] à l’aide d’avions, pénétrer à l’intérieur des nuages et ensemencer le nuage avec du sel très, très fin. Et c’est autour de ces particules de sel que l’humidité va s’agglomérer et avec le temps formera des gouttes”, explique à RFI Zo Rabefitia, le directeur du service de météorologie appliquée. Une technique couteuse (15.500€ pour quatre heures de vol) mais qui ne présente aucun risque environnemental (du sel identique se trouve dans les embruns).

En raison de précipitations naturelles insuffisantes, la société malgache nationale d’eau et d’électricité Jirama a sollicité 30 de ces interventions depuis le mois d’octobre dernier. Il s’agit de solutions d’urgences, qui visent notamment à fournir de l’eau au barrage d’Andekaleka afin de stimuler la production d’électricité pour la ville d’Antananarivo.

Madagascar souffre actuellement de nombreuses coupures intempestives de courant. En plus du problème des faibles volumes de précipitations, la crise que traverse le pays entraîne un rationnement de carburant et le non remplacement des vieux groupes électrogènes (les fournisseurs ont beaucoup de mal à financer les réparations). La ville de Mandroseza a par exemple une capacité de production de 40 MW, mais seuls 7 MW sont actuellement fonctionnels.

“Le problème de délestage dans la capitale sera résolu d’ici quelques jours. Des pièces de rechange d’une valeur de 5 milliards d’ariary sont attendues pour réparer les groupes électrogènes afin qu’ils soient à nouveau fonctionnels”, a affirmé le directeur général de la Jirama, Désiré Rasidy, en marge d’une table ronde organisée en collaboration avec le Ministère de l’Énergie et celui du budget.

Crédit photo : mariusz kluzniak

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 24 Déc 2014
Le musée Hydrelec, connu pour être l’unique musée consacré à l’hydroélectricité en France, a fêté ses vingt-quatre ans d’existence en 2012. Une période pendant laquelle il aura accueilli plus de 400.000 visiteurs. Après 3 années de travaux, il a rouvert ses…
ven 1 Mar 2019
Le terme de repowering apparaît de plus en plus dans le vocabulaire du monde de l’énergie. Ce mot n’est pas nouveau puisqu’il désigne de manière générale, le remplacement d’une installation énergétique pour la rendre plus performante. Le repowering (redonner de…
mer 24 Jan 2018
Alors que l'électrification rurale s’impose comme un des défis majeurs du continent africain au XXIème siècle, l'énergéticien français a annoncé vendredi 19 janvier 2018, le lancement en collaboration avec Off Grid Electric, d'une offre d'énergie solaire hors réseaux au Ghana. Ce…
jeu 21 Mar 2019
Seulement quelques jours après le One Planet Summit à Nairobi, Brune Poirson est élue Vice-présidente de l’Assemblée des Nations-unies pour l’environnement (Anue). Un poste qui permettra à la jeune secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.