Madagascar : des pluies artificielles pour remédier aux délestages - L'EnerGeek

Madagascar : des pluies artificielles pour remédier aux délestages

pluie_madagascar_photo_mariusz kluzniakLa République de Madagascar fait actuellement face à de nombreux problèmes de délestage, en raison de l’incapacité de son parc de production à couvrir les besoins des 23 millions d’habitants de l’île. Alors que la saison des pluies tarde à s’installer, et donc à stimuler la production des barrages hydroélectriques du pays, le gouvernement a décidé de provoquer des pluies artificielles.

“Il faut aller vers les nuages [de type cumulus, ndlr] à l’aide d’avions, pénétrer à l’intérieur des nuages et ensemencer le nuage avec du sel très, très fin. Et c’est autour de ces particules de sel que l’humidité va s’agglomérer et avec le temps formera des gouttes”, explique à RFI Zo Rabefitia, le directeur du service de météorologie appliquée. Une technique couteuse (15.500€ pour quatre heures de vol) mais qui ne présente aucun risque environnemental (du sel identique se trouve dans les embruns).

En raison de précipitations naturelles insuffisantes, la société malgache nationale d’eau et d’électricité Jirama a sollicité 30 de ces interventions depuis le mois d’octobre dernier. Il s’agit de solutions d’urgences, qui visent notamment à fournir de l’eau au barrage d’Andekaleka afin de stimuler la production d’électricité pour la ville d’Antananarivo.

Madagascar souffre actuellement de nombreuses coupures intempestives de courant. En plus du problème des faibles volumes de précipitations, la crise que traverse le pays entraîne un rationnement de carburant et le non remplacement des vieux groupes électrogènes (les fournisseurs ont beaucoup de mal à financer les réparations). La ville de Mandroseza a par exemple une capacité de production de 40 MW, mais seuls 7 MW sont actuellement fonctionnels.

“Le problème de délestage dans la capitale sera résolu d’ici quelques jours. Des pièces de rechange d’une valeur de 5 milliards d’ariary sont attendues pour réparer les groupes électrogènes afin qu’ils soient à nouveau fonctionnels”, a affirmé le directeur général de la Jirama, Désiré Rasidy, en marge d’une table ronde organisée en collaboration avec le Ministère de l’Énergie et celui du budget.

Crédit photo : mariusz kluzniak

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 4 Sep 2017
Alors que le développement des fermes solaires passionne les professionnels du secteur de l'énergie et les industriels qui cherchent de nouveaux modèles énergétiques, le marché du solaire pour les particuliers suit, lui, un autre chemin. Moins imposant mais tout aussi…
ven 16 Sep 2016
La consommation finale d'énergie de l'Union européenne aurait baissé de 6,35 % en 14 ans. C'est du moins ce qu'affirme le Centre Commun de Recherche (JRC, pour Joint Research Centre) dans une étude publiée le 26 août dernier. Mieux, en…
mer 5 Juin 2013
Hier, la Commission Européenne votait l’adoption de taxes sur les panneaux photovoltaïques chinois, une proposition qui datait du 8 mai dernier : taxer ces panneaux à hauteur de 47%, pour lutter contre la concurrence déloyale de la Chine. La Commission…
jeu 15 Sep 2016
Au mois de novembre, le Maroc organisera la 22ème conférence des Nations unies sur le climat. Se voulant exemplaire, le pays hôte a récemment confirmé son intention de développer l'énergie solaire. Pour y parvenir, le ministre de l'énergie, Abdelkader Amara, a notamment…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.