États-Unis/Iran : un accord énergétique qui rapproche (biomasse) - L'EnerGeek

États-Unis/Iran : un accord énergétique qui rapproche (biomasse)

P5+1 Talks With Iran in Geneva, SwitzerlandCe rapprochement a tout pour surprendre. Il est d’abord question d’un accord préliminaire entre les États-Unis et L’Iran, alors même qu’en 2012 l’Europe et les États-Unis avaient conjointement imposé un lourd embargo sur le pays, entre autres dans les secteurs énergétiques et bancaires. Plus étonnant encore, l’accord a trait à l’énergie sans que les mots « nucléaire » ou « sanction économique » ne soient prononcés. Le projet américano-iranien a en fait pour objectif de transformer les ordures en électricité.

L’entreprise californienne World Eco Energy a dévoilé le 5 juillet 2014 avoir signé un accord visant à construire une centrale recyclant les ordures ménagères en électricité, suivant la technique de la combustion de biomasse. Les financements devraient s’élever à 1,175 milliard de dollars pour la firme américaine, et la même somme du côté iranien.

La centrale sera située dans la province de Chaharmahal-Bakhtiari, au sud ouest du pays et devrait créer de 600 à 700 emplois dans la région, occupés à 80% par des employés originaires de la province selon l’entreprise iranienne. Ces installations disposeront à terme d”une capacité de production de 250 MW. Le début des travaux est à prévoir en septembre 2014 d’après les signataires.

Ce partenariat incarne le dégel qui marque la période charnière actuelle concernant les négociations relatives au nucléaire iranien. La conversation téléphonique entre Hassan Rohani et Barack Obama avait ouvert ce lent phénomène de normalisation des relations diplomatiques, mais, comme toujours pour pérenniser un rapprochement politique, la mise en place d’interdépendances économiques est d’une efficacité redoutable.

De plus, en offrant à l’Iran des solutions énergétiques, les États-Unis essaient peut-être de rendre caduc l’argument avancé par les autorités iraniennes du « nucléaire civil », auquel ils ne croient pas. Il s’agit aussi de faire bonne figure alors que les négociations entre l’Iran et le groupe des grandes puissances 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie + Allemagne) sont entrées dans leur dernière phase le 3 juillet 2014.

L’objectif ? Atteindre un accord suffisant pour garantir l’arrêt de la volonté iranienne de développer du nucléaire militaire. Ces tractations doivent aboutir d’ici le 20 juillet 2014. En cas de succès, les sanctions qui asphyxient économiquement la république islamique seront levées par les autorités américaines et européennes.

Comme quoi la combustion de déchets et l’énergie peuvent rapprocher les peuples.

Crédits photo : U.S. Department of State from United States

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 29 Jan 2013
Suite au bilan électrique 2012 publié par le gestionnaire du Réseau de Transport d'Electricité, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et France Énergie Éolienne (FEE) pointent du doigt le retard qu'accumule la filière éolienne terrestre en termes de puissance installée.…
mar 8 Sep 2020
En Europe, 6 % des émissions totales de CO2 sont liées aux véhicules lourds, soit 25 % des émissions globales du secteur routier. Une part que l’Union européenne souhaite réduire très fortement dans la décennie à venir. Pour tenter de décarboner leurs…
dim 30 Juil 2017
Le 23 juillet 2017, la mer du Nord a accueilli la première éolienne flottante qui inaugure le futur grand parc éolien écossais. Fruit d'une longue innovation, cette éolienne ouvre la voie à une nouvelle génération de fermes éoliennes offshore et…
mar 26 Juil 2016
Installé depuis 2012 à Vendeuvre-sur-Barse dans l'Aube, le projet expérimental Venteea teste des outils de stockage de l'énergie éolienne uniques en France. Enedis (ex-ERDF), porteur du projet, a présenté au mois de juin dernier, à Troyes, les résultats de ces…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.