La coopération énergétique franco-allemande manque-t-elle de réalisme ? - L'EnerGeek

La coopération énergétique franco-allemande manque-t-elle de réalisme ?

centrale_solaire_photo_Erik ChristensenSelon le rapport du sénateur français Jean Bizet, rendu public le mois dernier, la coopération énergétique entre la France et l’Allemagne ne prend pas assez en compte la dimension économique de la transition énergétique. A travers les lignes de son rapport, le sénateur UMP dénonce implicitement la politique énergétique d’Angela Merkel.

Jean Bizet rappelle que la réussite de la transition énergétique ne peut être uniquement tributaire des moyens techniques mis en place par la France et l’Allemagne. “Pour la réussir, la transition énergétique ne doit pas être déconnectée du marché (…), la cohérence technique doit se doubler d’une cohérence économique”.

Ainsi, lorsqu’il préconise “d’éviter le surinvestissement” lié aux énergies renouvelables, l’auteur du rapport tacle directement la politique allemande de subventionnement des énergies renouvelables. Une politique qui a en effet conduit à la forte hausse du prix de l’électricité Outre-Rhin. Si en France les taxes (dont la Contribution au Service Public d’Électricité) composent un tiers de notre facture, elles représentent quasiment la moitié de la facture de nos voisins allemands.

De plus, Jean Bizet souligne “l’intermittence non maîtrisée” des sources renouvelables qui entraîne “des ravages sur les réseaux électriques mais aussi sur les marchés de gros dont le fonctionnement erratique menace la pérennité des producteurs traditionnels”.

M. Bizet insiste également sur l’importance de l’électricité d’origine nucléaire dans le cadre de la transition énergétique. Il pointe en effet du doigt les émissions de CO2 de l’Allemagne (736 millions de tonnes émis en 2013 contre 350 millions pour la France) qui a choisi de privilégier la sortie du nucléaire plutôt que celle du charbon (énergie fossile fortement émettrice de CO2). En plus des faibles quantités de CO2 émises par le secteur nucléaire, le sénateur rappelle que cette énergie permet de renforcer la sécurité de l’approvisionnement en électricité.

En guise de conclusion, Jean Bizet appelle à des échanges renforcés entre les deux États membres moteurs de la construction européenne. “Il me tarde que nous mettions en place une coopération renforcée sur l’énergie, dans un premier stade avec l’Allemagne, puis avec l’Angleterre et la Pologne”. Ces 4 pays représentent aujourd’hui plus de la moitié de la production et de la consommation d’électricité du Vieux Continent.

Crédit photo : Erik Christensen

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
mar 19 Fév 2013
Areva vient d’annoncer un record de production d’uranium pour l’année 2012. Le groupe français a produit un total de 9.760 tonnes d’uranium dans le monde. Ces résultats sont en grande partie liés aux productions record des gisements de Katco (Kazakhstan)…
lun 11 Sep 2017
Après deux années de croissance soutenue, le nouvel élan des énergies renouvelables éolienne et solaire en France semble légèrement s'essouffler. En effet, si l'éolien et le solaire continuent leur progression, celle-ci s’est toutefois nettement ralentie au 1er semestre 2017 à…
lun 16 Juil 2018
Plus connu pour ses smartphones que pour son électricité, Apple n'en est pas moins porté sur la production d'électricité renouvelable et tente de convaincre ses fournisseurs de s’engager eux aussi pleinement dans la transition énergétique. Le géant technologique américain a…
jeu 18 Sep 2014
Un exercice de simulation de catastrophe a été organisé à la centrale nucléaire de Chooz dans les Ardennes ce mardi 16 septembre 2014. Destiné à tester la réactivité et l'efficacité du plan d'urgence prévu du côté français comme du côté…

COMMENTAIRES

  • Le “réalisme” du Marché, on sait ce que çà veut dire : la consolidation de la fortune de quelques-uns, tandis que l’intérêt du plus grand nombre passe à la trappe !… Le capitalisme dans toute sa gloire sordide, qui pourrit la vie de milliards de gens depuis le XIX° siècle, tout en se donnant les faux-airs de champion de la Liberté !… Mais le Réel, lui aussi, est de la partie et il vient rappeler que le Beau Vainqueur ( des communistes et des terroristes ) n’est qu’une Ferrari avec un moteur de Vélo Solex !… Résultat, l’asphyxie nous guette et le “réalisme” du gouvernement Merkel a peut-être choisi une voie un peu différente ….

    Répondre
  • Eh oui, en Allemagne on se moque du CO2 et on ne compte pas (1000 ou 2000 ou 3000 milliards d’euros pour la transition énergétique payés par les citoyens contribuables) et en plus on risque à chaque instant la méga-panne d’électricité.

    Répondre
  • On ne s’étonnera pas qu’un sénateur de la Manche, arrosé par Areva (La Hague, Flamanville) prêche pour son gagne-pain nucléaire.

    Voyons la situation de l’Allemagne depuis 2000 jusqu’à 2013.

    Pour une augmentation de la production totale d’électricité de 57 TWh (par an), on a une petite diminution du charbon et lignite, une petite augmentation du gaz, mais surtout une forte diminution du nucléaire (baisse de 72 TWh) et une forte augmentation des renouvelables (plus 114 TWh).

    http://energeia.voila.net/electri/allemagne_nucle_renouv.htm

    Conclusion, réduction du nucléaire sans utiliser davantage d’énergies fossiles, en développant les énergies renouvelables.
    On ne risque pas plus de panne électrique en Allemagne qu’en France avec les quatre réacteurs
    nucléaires du Blayais qui se sont brutalement arrêtés en 1999. Et il était question de faire évacuer Bordeaux.

    Cité par Y A-B : Alain Juppé, qui était vice-président de ma fondation avant de démissionner quand il est devenu ministre de la Défense, m’a raconté que le jour de la tempête de 1999, le préfet de la Gironde l’avait appelé en lui disant “monsieur le maire, on risque d’évacuer la ville de Bordeaux”.

    Répondre
    • Depuis 2010 nette augmentation du charbon et lignite. Agmentation du CO2 de 2% en 2013 dû au transfert de consommation électrique vers charbon et gaz en usages non électrique ( prix de l’électricité double de la France en TTC) C’est bien ce que je disais. Le CO2 ne vient pas seulement de la production d’électricité. L’allemagne reste la championne dans ce domaine (emission de CO2). Il faut bien lire les chiffres et en valeurs absolues. Le transport reste aussi très émetteur.

      Répondre
  • Entre 2010 et 2013 en Allemagne, la production d’électricité à base de charbon et lignite a augmenté de 23,1 TWh, pour compenser la baisse de production à partir du gaz (-22,5 TWh) et du pétrole (-2,3 TWh), soit -24,8 TWh pour ces deux là.

    De son côté, le nucléaire a diminué de 43,3 TWh, plus que compensé par les renouvelables avec +46,9 TWh

    Pour les six premiers mois de 2014 :
    – en baisse, le nucléaire (-0,8 TWh), le charbon et lignite (-9,2 TWh), le gaz (-5,6 TWh),
    – en hausse, les renouvelables : +9,9 TWh.

    Et l’Allemagne est toujours un exportateur net d’électricité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.