Transition énergétique : quelle place pour le nucléaire ? - L'EnerGeek

Transition énergétique : quelle place pour le nucléaire ?

centrale_eolienne_franceAprès de longs mois consacrés à sa rédaction et de nombreux débats quant à sa consistance, le projet de loi sur la transition énergétique française a enfin été dévoilé. La Ministre de l’Écologie Ségolène Royal en a présenté les grandes lignes mercredi 18 juin lors du Conseil des Ministres. Le texte, qui prépare le virage écologique de l’Hexagone, s’axe notamment sur la diversification de nos sources énergétiques, entre déploiement des énergies renouvelables et redéfinition de la place du nucléaire.

François Hollande l’avait annoncé en septembre dernier lors d’un discours sur sa stratégie énergétique, Ségolène Royal l’a confirmé mercredi 18 juin en Conseil des Ministres : la France a pour objectif de diviser par deux sa consommation finale d’énergie d’ici 2050, par rapport à 2012. Pour atteindre cet objectif, le projet de loi se propose de rééquilibrer les capacités de production françaises : augmenter de 32% la part du renouvelable dans la consommation énergétique finale en 2030 et baisser la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d’électricité d’ici 2025.

Le réaménagement de la place de l’atome dans le mix énergétique français était une des mesures les plus attendues. La Ministre de l’Écologie a ainsi affirmé que la France ne sortirait pas du nucléaire, une énergie peu émettrice de carbone assurant un bas coût de l’électricité : “c’est grâce à l’énergie nucléaire aujourd’hui, à la sécurité qu’elle apporte que nous pouvons accélérer et faire sereinement la transition énergétique”, a-t-elle déclaré.

Le gouvernement de François Hollande a néanmoins décidé de plafonner la puissance du parc nucléaire français à son niveau installé actuel (63,2 GW). Un choix qui, implicitement, entrainera la fermeture de certaines centrales nucléaire si EDF souhaite démarrer son nouvel EPR de Flamanville.

De plus, le texte présente un nouveau dispositif encadrant la fermeture ou le prolongement de l’exploitation d’une centrale : ce type de décision sera dorénavant conditionné par une autorisation d’exploiter. Cette dernière sera accordée à un site nucléaire en fonction de paramètres tels que son efficacité énergétique, sa contribution à l’atteinte des objectifs environnementaux de la France ou son impact sur l’équilibre de l’approvisionnement électrique.

Parallèlement, le gouvernement a confirmé sa volonté d’accélérer le développement des énergies renouvelables : doublement du fonds chaleur, développement de la filière renouvelable marine (éolien offshore, hydroliennes…), modernisation des centrales hydroélectriques et soutien au photovoltaïque sur les bâtiments. Si la remise à plat des mécanismes de soutien a été annoncée, les tarifs d’achat ne devraient pas disparaitre pour autant.

Crédit photo : Yoann Gibert

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
mer 10 Fév 2016
L'équipe de scientifiques allemands de l’Institut Max Planck de physique des plasmas (IPP), vient de faire un second pas sur la longue et difficile route qui mène à la maitrise de la fusion nucléaire. Accompagnés de la chancelière Angela Merkel,…
ven 12 Jan 2018
Déjà très présent en Chine dans les secteurs nucléaire, thermique et hydraulique, le groupe français EDF entend poursuivre dans cette voie et investit massivement sur les marchés des énergies renouvelables et des services énergétiques. Présent mardi 9 janvier 2018 à…
mar 16 Juil 2013
AREVA et EDF ont signé un accord de coopération avec le National Institute of Technology (NIT) de Bahrah en Arabie Saoudite pour contribuer au développement de la filière nucléaire saoudienne. Cet accord fait partie intégrante des stratégies des deux groupes français…
ven 13 Juin 2014
Moscou a accueilli du 9 au 11 juin dernier l'Atomexpo-2014, sixième forum international de l'énergie atomique. L'évènement a été l'occasion pour les principaux membres de Rosatom d'annoncer les projets à l'international que poursuit actuellement le groupe nucléaire public. Des annonces…

COMMENTAIRES

  • Bref, on prend ses distances avec le redoutable cartel du nuke en évitant de l’humilier publiquement !… Tout cela est très petit, comme tout ce qui touche le règne de cette petite Gauche !… Aucune innovation, aucun progrès da

    Répondre
  • Bizarre que aucun chiffrage de cette transition énergétique n’ait été proposé alors que l’Allemagne l’a chiffré entre 1000 et 2000 milliards d’euros par son minitrede l’énergie. Comment dans ce cas annoncer la baisse du prix de l’électricité en France alors qu’elle explose partout ailleurs? C’est du n’importe quoi! De même diviser par deux la consommation d’énergie finale d’ici à 2030 est complètement irréaliste et ne repose sur rien (à moins d’une forte récession, là ce serait possible). Quelle incompétence décidément!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.