Zoo de Beauval : les crottes d'éléphants chauffent les gorilles - L'EnerGeek

Zoo de Beauval : les crottes d’éléphants chauffent les gorilles

huan_huan_pandaLe ZooParc de Beauval, situé dans la commune de Saint-Aignan-Sur-Chair dans le Loir-et-Cher, fait le bonheur de nos chères têtes blondes depuis le début des années 80 grâce aux 4.600 animaux qui y résident. Il abrite notamment les deux célèbres pandas géants chinois, Huan Huan et Yuan Zi, présentés au public depuis 2012. Premier pôle touristique de la région Centre, il a été classé parmi les 15 plus beaux zoos du monde par le magazine Forbes Traveler. Mais c’est un projet d’ordre énergétique qui met aujourd’hui ce parc zoologique sur le devant de la scène médiatique : il s’agit en effet du premier parc zoologique français à intégrer une unité de méthanisation, qui va redonner une seconde vie… aux crottes de ses résidents.

[stextbox id=”info”]Quand les déjections animales…[/stextbox]

Processus naturel biologique de décomposition en milieu anaérobie (caractérisé par son absence d’air) de la matière organique issue de l’activité agricole ou agroalimentaire, la méthanisation permet de produire une énergie renouvelable sous forme de biogaz. Ce dernier peut ensuite être valorisé de diverses manières : chaleur, électricité, biocarburant, gaz injecté dans le réseau de gaz naturel…

Jusqu’à récemment, le ZooParc de Beauval utilisait du gaz naturel pour répondre aux besoins thermiques de ses animaux (chauffage des serres). Le site dispose désormais d’une unité de méthanisation offrant le double avantage de produire de l’énergie (biogaz) et de l’engrais organique (le digestat). Cette unité de production, dont le coût de développement s’élève à 2 millions et demi d’euros, est le fruit de deux années d’études et d’une année de travaux.

Développée conjointement par le parc zoologique et le bureau d’études LEDJO Energies, elle va permettre de valoriser 11.800 tonnes de matières organiques fermentables chaque année. Le biogaz ainsi obtenu permettra de générer 1,9 GWh d’électricité et 1,5 GWh de chaleur. De quoi réduire annuellement les émissions de gaz à effet de serre du zoo de 762 tonnes équivalent carbone et alléger de 20% sa facture énergétique de gaz.

[stextbox id=”info”]… produisent chauffage et électricité[/stextbox]

L’usine de méthanisation du ZooParc devrait être mise en marche d’ici la fin du mois de juin 2014. Elle fonctionnera grâce à la mobilisation des animaux du zoo et des fermes voisines. Tout le monde participera à la hauteur de ses capacités : les éléphants devraient fournir 365 tonnes de déjections chaque année alors que les suricates ne pourront en fournir que 20; les pandas contribueront à hauteur de 10 tonnes de crottes à l’année, presque autant que les exploitations agricoles voisines qui fourniront 11 tonnes de fumiers bovin et ovin.

Le biogaz obtenu sera donc valorisé en énergie renouvelable. D’une part l’électricité sera réinjectée sur le réseau électrique de la région et, d’autre part, la chaleur servira à alimenter les serres les plus énergivores du zoo (les enclos des gorilles, des éléphants et des lamantins). Enfin, le digestat, utilisable comme fertilisant naturel, sera donné aux agriculteurs ayant fourni du fumier pour la centrale.

Le Zooparc de Beauval n’en est pas à son coup d’essai en termes de production d’énergie propre. En 2011, les responsables du site ont déployé quelques 300 m² de panneaux solaires sur le toit de l’enclos des éléphants. Une installation qui permet de produire chaque année 40 MWh d’électricité.

Crédit photo : Fotografik33

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
jeu 3 Nov 2016
Selon un sondage réalisé par Enerplan, l’énergie solaire est l’énergie renouvelable qui bénéficie de la plus forte acceptabilité sociale. Les résultats de l’enquête nationale montrent par ailleurs que les énergies renouvelables sont largement préférées aux énergies traditionnelles. En interrogeant les…
mar 11 Oct 2016
Exploitée par EDF, la centrale hydraulique de Revin se modernise afin de prolonger sa durée de fonctionnement. Depuis 2014 et le début des travaux, l’électricien a dépensé 15 millions d’euros afin notamment de rénover l'une des quatre turbines-pompes de l’installation.…
jeu 14 Fév 2013
Le barrage de Guri, officiellement la Central Hidroeléctrica Simon Bolivar, est une véritable œuvre d’ingénierie située au Venezuela, dans l'État de Bolivar. Il s’agit du troisième plus grand barrage du monde avec une hauteur de 162 mètres et une longueur…
mar 3 Déc 2013
La centrale hydroélectrique d'Itaipu, installée sur le rio Paraná, à la frontière entre le Brésil et le Paraguay, devrait atteindre un nouveau record mondial de production d'électricité cette année. Devançant ainsi le barrage des Trois-Gorges, en Chine, la plus grande…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.