Train2Car : valoriser l'énergie cinétique du freinage des trains - L'EnerGeek

Train2Car : valoriser l’énergie cinétique du freinage des trains

metro_madridL’innovation a toujours été une composante essentielle du domaine de la production énergétique. On ne compte plus les projets qui visent à valoriser l’action d’un corps en mouvement, la chaleur d’une source naturelle extérieure ou les déplacements d’air provoqués par le passage de véhicules. Aujourd’hui, c’est une initiative espagnole baptisée Train2Car qui tente de mettre à profit l’énergie cinétique créée par le freinage des métros madrilènes.

 

[stextbox id=”info”]L’ancêtre du projet Train2Car[/stextbox]

Le projet ibérique Train2Car se base sur un précédent projet de l’administration espagnole des infrastructures ferroviaires (ADIF), mis en place pour tirer profit de l’énergie cinétique des trains. Le dispositif de l’ADIF, répondant au nom de “Ferrolinera”, consiste à équiper les trains d’un système de frein régénératif afin de récupérer l’énergie cinétique produite lors des phases de freinage en entrée de station. L’énergie générée est ensuite transformée en électricité puis stockée dans des accumulateurs. L’électricité ainsi produite est ensuite réutilisée pour alimenter les wagons lors de leurs redémarrages.

Une technique opérationnelle qui permet chaque année au système ferroviaire ibérique de récupérer 44% de l’électricité fournie par le réseau électrique. Mais cette source énergétique est toutefois sous-exploitée au regard des 600 GWh qui ne sont pas réutilisée en raison de l’absence de consommateur final.

Afin d’optimiser au maximum ce “recyclage énergétique”, l’ADIF a eu l’idée de coupler le système de frein régénératif à une borne de recharge pour véhicules électriques. C’est ainsi qu’un point de chargement a été développé puis déployé aux abords de la gare ferroviaire de Malaga-Maria Zambrano, dans la ville de Málaga (capitale de la province du même nom).

[stextbox id=”info”]Un premier démonstrateur installé à Madrid[/stextbox]

Piloté par l’entreprise publique Métro de Madrid en partenariat avec l’Université de Pontificia de Comillas, le CEICA, Siemens et Citroën, Train2Car a été développé dans le cadre du programme IMNPACTO. Il s’agit tout simplement d’appliquer aux métros de la capitale espagnole le même système de récupération énergétique que celui du projet “Ferrolinera” de l’ADIF.

Un premier démonstrateur Train2Car vient d’être installé sur le parvis extérieur de la station Sainz de Baranda. Ouvert de 8h à 21h tout au long de la semaine, cette borne de chargement en courant alternatif et continu délivre une puissance de 50 kW. Grâce à ce dispositif hybride, composé de batteries lithium-ion et de supercondensateurs, l’utilisateur peut recharger son véhicule électrique pendant une vingtaine de minutes.

Une initiative qui confirme en tout cas la maxime d’Antoine Lavoisier, “rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”.

Crédit photo : Tomtom24

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 15 Mai 2014
La revue scientifique américaine "ACS Sustainable Chemistry & Engineering" a publié, le 7 avril dernier, un rapport concernant un nouveau moyen de traiter l'urine des astronautes. Ce "déchet corporel" est actuellement une source d'eau potable non-négligeable pour les missions longues…
mer 22 Jan 2014
Une étude menée par l'université d'Harvard, aux Etats-Unis, a permis d'améliorer les performances d'une batterie à flux grâce à l'utilisation de la quinone, une molécule organique utile à la photosynthèse de nombreuses plantes. Selon les scientifiques en charge de ces…
lun 27 Juil 2015
De la collaboration scientifique entre des équipes de chercheurs nord-américaine et chinoise est sortie une innovation originale : le "Transparent Paper-Based Flexible Generator" (TPFG). Il s'agit d'un papier fin transparent capable de générer de l'électricité lorsqu'on le touche. Alliant des…
lun 28 Déc 2015
Depuis 1984, l’Afrique du Sud utilise l’énergie nucléaire pour répondre à ses besoins énergétiques. Cependant, le pays de Jacob Zuma reste très dépendant de ses centrales à charbon vieillissantes. A l'avenir, il compte développer l’atome pour assurer son indépendance énergétique au lendemain…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.