Barrage de Tignes : face à une montagne qui descend, EDF joue du trombone - L'EnerGeek

Barrage de Tignes : face à une montagne qui descend, EDF joue du trombone

MAL_3572.NEFPermettant d’alimenter environ 340.000 personnes en électricité sans émissions de CO2, le barrage de Tignes (Savoie) est un outil de production auquel EDF n’a aucune raison de renoncer. Une particularité géologique a toutefois rapidement perturbé le bon fonctionnent de cette installation mise en service dans les années cinquante : la montagne sur laquelle sont ancrées les deux conduites forcées qui alimentent la centrale hydroélectrique de Malgovert… descend de près de cinq centimètres par an. Obligé d’interrompre la production d’électricité tous les ans pour aménager les installations en conséquence, l’électricien a finalement décidé de mettre en œuvre une solution plus durable.

5 ans après la mise en service de l’usine de Malgovert, l’une des deux centrales alimentées par la retenue de Tignes, les gestionnaires du site constatent que le terrain bouge. Et pas un peu : la montagne descend à certains endroits de 5 centimètres par an.

Comme les deux conduites forcées qui alimentent l’usine sont ancrées à la montagne, elles accompagnent le terrain dans son mouvement, au risque que les installations soient endommagées au pied de la montagne.

Chaque année EDF devait donc couper un morceau du bas de la conduite alors qu’un nouveau morceau était soudé en haut, au départ de la conduite forcé. Pour mettre fin à ce rituel, qui obligeait à interrompre la production tous les ans, et sachant que les canalisations de 60 ans devaient de toute façon être changées, l’électricien a investi  près de 100 millions d’euros pour ce qui est le plus gros chantier en France sur des conduites forcées.

Les travaux, consistent à installer des joints coulissants qui permettent à la canalisation d’accompagner les mouvements du terrain. Ces joints fonctionnent un peu « comme un trombone », pour reprendre l’expression de France Bleu.

Le chantier qui va durer trois ans a débuté  l’an dernier avec une phase de déboisement autour de la conduite forcée pour pouvoir y installer des grues.

La production d’électricité sera régulièrement interrompue (à l’heure actuelle le barrage de Tignes est d’ailleurs à trois quart vide) le temps des travaux avant un retour à normale courant 2015.

Rédigé par : vincent-delong

Avatar
mar 20 Déc 2022
Soupirs de soulagement à tous les étages en France, avec le retour de températures plus clémentes, avec l’espoir que ce redoux dure le plus longtemps possible pour réduire la consommation d’électrice, et soulager les réserves de gaz. Dans le même…
mer 19 Nov 2014
La Chine, qui est déjà le pays qui émet dans le monde le plus de CO2 devrait voir encore ses émissions s'accroître d’un tiers dans les prochaines années pour atteindre un pic en 2030 par rapport à leur niveau de 2010,…
mar 31 Jan 2023
Contre toute logique, alors que la demande en énergies renouvelables est à son apogée, les fabricants européens d’éoliennes sont à la peine. Certains pourraient devoir déposer le bilan prochainement, alors même qu’ils ne subissent pas encore de plein fouet la…
ven 1 Avr 2016
Dans une interview qu’il a accordée au journal La Tribune à la mi-mars, le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a annoncé son intention de préparer une nouvelle gamme d'EPR pour la France. Dans le cadre de la transition énergétique, le parc nucléaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.