La production nucléaire française stable en 2013 - L'EnerGeek

La production nucléaire française stable en 2013

centrale_nucléaire_belleville-sur-loire_photovincentdesjardinsAvec 403,7 térawattheures (TWh), la production du parc électronucléaire français est restée stable par rapport à l’année 2012 (404,9 TWh). La production de l’année précédente aurait pu être dépassée en cas d’hiver rigoureux, mais un mois de décembre particulièrement doux explique au contraire ce léger recul (on peut toutefois parler de stabilité de  la production sachant que l’année 2012 était bissextile et comptait donc 366 jours).

EDF tablait initialement sur une production de 405 à 410  TWh. Mais la consommation d’électricité n’a pas été si forte que prévu en décembre, les températures enregistrées ayant été jusqu’à 5 degrés au dessus des normales de saison. Entre mi-décembre et fin décembre, EDF a mis à l’arrêt 5 de ses réacteurs et ralenti la production de 7 autres.

Ce climat doux de fin d’année a également été particulièrement venteux (alors que les périodes de grand froid sont au contraire souvent caractérisées par des vents très faibles), et la production nucléaire a également dû ralentir un peu pour permettre l’intégration de la production éolienne, prioritaire sur le réseau électrique.

Avec plus de 80% de l’électricité produite en France, la production d’origine nucléaire reste toutefois largement dominante dans le mix électrique hexagonal. Et avec le retour du froid annoncé pour les prochains jours, le parc nucléaire pourrait davantage être sollicité pour faire face à d’éventuelles pointes de consommation.

En dehors des explications climatiques, un autre facteur a influé sur la production nucléaire de l’année 2013 : les différents types d’arrêts pour maintenance, avec 2.670 jours d’arrêt en 2013 contre 2.200 en 2012. L’un des objectifs avoué du groupe EDF est d’améliorer la gestion des périodes de maintenance et de porter le taux de disponibilité des réacteurs, actuellement légèrement inférieur à 80%, à 85%  d’ici à 2015.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
mer 20 Août 2014
Aucun réacteur de troisième génération EPR n’est encore en activité dans le monde, mais  la Suède envisage déjà la conception d’un réacteur expérimental de quatrième génération. Le projet vient d’être dévoilé par le gouvernement de centre-droit qui espère être reconduit au…
mer 1 Mar 2017
Selon les dernières déclarations du chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (AEOI), Ali Akbar Salehi, l'Iran et la Russie auraient conclu, samedi 25 février dernier, un accord de coopération visant à produire conjointement du combustible nucléaire. Les deux partenaires…
mer 27 Juin 2018
Déjà partenaires dans le traitement des déchets nucléaires (via la filiale de Veolia Nuclear Solutions), Veolia et EDF devraient étendre leur collaboration au démantèlement des centrales. Les deux groupes français ont annoncé mardi 26 juin 2018, avoir signé un nouvel…
ven 6 Jan 2017
Le 26 octobre dernier, lors d'une conférence internationale organisée par l'Ente Nazionale per le Nuove tecnologie (ENEA) à Rome, le directeur du Consorzio RFX (Padoue) a présenté un avant-projet de réacteur hybride à striction avec champ renversé ou « Reversed Field Pinch…

COMMENTAIRES

  • Le taux de disponibilité n’a pas grande importance si un réacteur n’est pas utilisé, bien qu’il soit disponible. Comme un vendeur disponible dans un magasin mais les bras croisés à attendre le client.

    La seule chose réellement importante, c’est le taux de charge, lequel est autour de 75% depuis plus de dix ans en France.

    http://energeia.voila.net/nucle/france_58_reacteurs.htm

    Un taux de charge plus faible, c’est un coût d’exploitation plus élevé. Entre autres, le personnel doit être payé, même si le réacteur est arrêté.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.