Quelle place pour l'autoconsommation aujourd'hui ? - L'EnerGeek

Quelle place pour l’autoconsommation aujourd’hui ?

autoconsommation_photo_EnvironmentBlogPhilippe Martin, ministre de l’Ecologie, a annoncé mardi 22 octobre, à l’occasion du colloque annuel de l’Union Française de l’Électricité (UFE), l’organisation prochaine d’une grande concertation stratégique sur les opportunités du développement de l’autoconsommation, notamment dans le secteur de l’énergie solaire. Cette réflexion pourrait figurer dans la future loi sur la transition énergétique.

Bois, méthane, soleil, vent, eau… Toutes ces ressources disponibles naturellement dans l’environnement qui nous entoure sont en mesure de fournir, aux particuliers comme aux entreprises, une énergie (mécanique, thermique ou électrique) autoproduite et consommée à l’échelle d’un habitat, d’un quartier, d’un îlot urbain ou industriel. Si l’autoconsommation semble majoritairement faire consensus auprès des acteurs du secteur énergétique, est-elle pour autant une solution adaptée aux besoins de notre société?

[stextbox id=”info”]Pour les particuliers…[/stextbox]

Grâce à des tarifs d’achats de l’électricité renouvelable autoproduite très intéressants, les particuliers qui génèrent actuellement de l’énergie ont plutôt tendance à réinjecter leur production sur le réseau d’EDF : il s’avère en effet plus rentable de revendre à un prix attractif l’électricité autoproduite pour, ensuite, consommer de l’électricité au prix du marché de détail.

Toutefois, si la question ne se pose pour l’instant pas en France, certains experts du Syndicat des Energies Renouvelables estiment que l’autoconsommation est une solution qui n’est pas forcément pertinente à l’échelle d’une maison individuelle en raison du décalage qui existe entre le moment de la production (la journée pour du solaire) et le moment de la consommation (le soir). Seules solutions : des systèmes de gestion de la consommation ou des solutions de stockage adaptées. Des technologies qui ne sont pas encore assez mûres.

[stextbox id=”info”]… et les professionnels, tout est question de rentabilité[/stextbox]

L’autoconsommation est en revanche une solution beaucoup plus adaptée à l’échelle d’une usine ou d’un centre commercial. Une installation solaire permet par exemple une synchronisation quasi-parfaite entre les moments de production d’électricité (lumière, climatisation, chauffage) et l’activité d’une structure (où l’activité est souvent diurne). Il s’agit aujourd’hui d’un des rares cas où l’autoconsommation est rentable.

Si aucun chiffre officiel ne permet de le vérifier, les pouvoirs publics allemands estiment que l’autoconsommation représente actuellement 10% de la consommation d’électricité. Un phénomène dont le secteur de l’automobile semble particulièrement friand. A l’instar de Volkswagen et de son usine de Wolfsburg, BMW a installé en septembre dernier quatre éoliennes sur son site de Leipzig. D’autres, comme le manufacturier ContiTech et sa centrale à gaz, développent même leurs propres infrastructures.

[stextbox id=”info”]Quand le générateur des uns, fait le malheur des autres[/stextbox]

Toutefois un des principaux dangers de l’autoconsommation, qui plus est dans une société comme la nôtre, reste le phénomène de “désolidarisation” qu’elle sous-entend. En particulier à l’heure où le prix de l’électricité est amené à augmenter et où les lois prévoient une place de plus en plus importante aux bâtiments à énergie positive.

En effet, une réduction des flux d’électricité qui transitent sur les réseaux entraîneraient une baisse des revenus pour les sociétés de distribution. Et donc une augmentation du coût d’entretien de ces réseaux. Un recours massif à l’autoconsommation présente ainsi le risque d’entraîner une augmentation du prix à payer pour les utilisateurs du réseau national.

Le sujet pose ainsi différents dilemmes aux gouvernements européens. Si l’Espagne est actuellement en plein débat à propos de l’autoconsommation, l’Allemagne l’encourage depuis plusieurs années. En ce qui concerne la France, le sujet a été évoqué par le Président lors d’un discours sur la transition énergétique. Alors que la question est encore en suspens, certains fabricants se sont déjà engagés sur cette voie et proposent des solutions combinées (capteurs solaires et pompe à chaleur, chauffe-eau thermodynamique…).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 22 Oct 2018
Bornes de recharge, smartgrid, mobilier urbain connecté, mobilité douce… La ville de demain commence à prendre forme sur le territoire français. En effet, les collectivités sont de plus en plus nombreuses à investir dans des technologies bas carbone. Pour séduire…
mar 31 Déc 2013
Selon les chiffres publiés mardi 17 décembre par l'Association d'électricité de Chine, la consommation d'électricité du pays aurait augmenté de 7,5% en base annuelle pour atteindre 4.830 milliards de kWh entre janvier et novembre 2013. Avec 93,5 milliards de kWh…
mar 17 Sep 2013
EDF continue de développer son activité éolienne en Amérique du Nord. Alors que l’électricien vient d’achever la moitié d’un programme portant sur plus de 1.000 MW au Québec, une filiale américaine du groupe (EDF Renewable Energy) annonce avoir passé un…
lun 5 Fév 2018
Si l’on savait Donald Trump largement favorable à l’exploitation des énergies fossiles, même les plus polluantes, on ignorait encore jusqu’à quel point ce revirement dans la politique énergétique des Etats-Unis affecterait les filières renouvelables. On sait désormais qu’elles ne sont…

COMMENTAIRES

  • Le prix de l’électricité augmente et, dans le même temps, les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque baissent pour les nouvelles réalisations.

    L’électricité photovoltaïque produite par une petite installation résidentielle devient moins chère que celle achetée au tarif bleu auprès d’un fournisseur traditionnel.

    http://energeia.voila.net/solaire/solaire_tarif_bleu.htm

    Cela concerne des installations photovoltaïques en intégration simplifiée au bâti (ISB), pour lesquelles la vente du surplus est plus intéressante que la vente en totalité.

    Cependant, l’autoconsommation ne concerne que 30% environ de la production dans un usage résidentiel et le reste est vendu. C’est beaucoup plus dans le tertiaire (60 à 80%).

    Mais lorsque le coût du stockage aura baissé, celui-ci permettra d’augmenter la proportion d’autoconsommation.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.