Brésil : chapitre final pour la centrale nucléaire d'Angra? - L'EnerGeek

Brésil : chapitre final pour la centrale nucléaire d’Angra?

centrale_angra_bresil_photo_IAEA ImagebankLe groupe nucléaire Areva a annoncé, jeudi 7 novembre, la signature d’un accord avec le groupe public brésilien Electrobras afin d’achever la construction du réacteur nucléaire Angra 3. Lancée au début des années 80 puis stoppée pour raison financière en 2009, la construction de la troisième tranche de la centrale d’Angra devrait s’achever d’ici 2018.

Le Brésil compte aujourd’hui plus de 200 millions d’habitants. Avec une croissance démographique de 1,2% par an et un taux de croissance du PIB de 3%, ses besoins énergétiques sont considérables. Son mix électrique est majoritairement dominé par les énergies renouvelables (90%) alors que le nucléaire représente une part de 3%.

[stextbox id=”info”]Chapitre 1 : deux réacteurs en service[/stextbox]

La centrale nucléaire Amiral Alvaro Alberto, également appelée centrale nucléaire d’Angra, est la seule installation atomique du Brésil. Implantée dans la ville d’Angra dos Reis, dans l’État de Rio de Janeiro, elle est exploitée par l’entreprise publique Electronuclear et assure actuellement 3 % de la production électrique du pays.

Lancé dès 1974, le projet de la centrale d’Angra prévoyait la construction de 3 réacteurs nucléaires dans le sud-est du Brésil. Angra 1, d’une puissance de 640 MW, est conçu par l’américain Westinghouse et relié au réseau électrique brésilien en 1985. Angra 2, d’une puissance de 1.350 MW, est développé par l’allemand Siemens et Framatom (ex-Areva) puis raccordé au réseau en 2001.

[stextbox id=”info”]Chapitre 2 : 30 ans après[/stextbox]

Débutée en 1984 par Siemens, la construction du réacteur 3 d’Angra (d’une puissance de 1.950 MW) est interrompue en 1986 en raison d’un manque de ressources financières de la part du Brésil. Le projet est dépoussiéré en 2007, lorsque le président Luiz Inácio Lula da Silva décide de relancer le nucléaire civil au Brésil, puis récupéré par Areva en 2009 lorsque Siemens se retire définitivement de son capital.

Les travaux vont donc être achevés par le groupe français qui vient de signer un contrat d’un montant de 1,25 milliard d’euros. Terminé à environ 50%, le réacteur Angra 3 est déjà équipé d’une cuve et de divers gros composants comme la turbine. Le groupe français sera donc en charge des services d’ingénierie, de l’installation des composants manquants ainsi que du système de contrôle commande. Il supervisera également les essais de mise en service, prévus à l’horizon 2018.

[stextbox id=”info”]Chapitre 3 : l’avenir du nucléaire civil brésilien[/stextbox]

“Par rapport au projet initial, on a rajouté des améliorations post-Fukushima pour se conformer aux normes de l’autorité de sûreté brésilienne et aux directives de l’Agence internationale de l’énergie atomique”, a déclaré le directeur général adjoint en charge du commercial d’Areva, Tarik Choho, pour rassurer les écologistes brésiliens.

Les réserves d’uranium du Brésil représenteraient 5% du potentiel mondial. Brasilia s’intéresse donc depuis une quarantaine d’année au nucléaire civil pour renforcer ses capacités de production et son réseau électrique vulnérable. Electrobras envisage la construction de 5 GW d’installations nucléaires d’ici 2030.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 2 Avr 2014
A cause de la plus importante sécheresse des cinquante dernières années, les retenues des barrages hydroélectriques du Brésil, qui représentent la principale ressource d’électricité du pays, sont au plus bas. Pour lutter contre le risque de pénurie énergétique, à l'approche de…
jeu 9 Août 2018
En 2003, la Belgique était l'un des tout premiers pays de l'Union Européenne à décider de sortir de l'énergie nucléaire. Mais quinze ans après, les réacteurs nucléaires belges sont toujours en activité... et la sortie du nucléaire n'est pas encore…
lun 25 Fév 2013
Le réseau européen des organismes techniques de sûreté ETSON vient de publier quatre guides destinés à promouvoir de meilleures pratiques pour l’évaluation de la sûreté nucléaire, et les diffuser à l’échelle européenne et mondiale. Ces guides ont été rédigés à…
ven 9 Fév 2018
Après une visite de trois jours à Fessenheim vers le 20 janvier 2018, c’est à Bure dans la Meuse, sur le site du futur centre de stockage géologique de déchets nucléaires, que se rendait lundi 29 janvier 2018, le secrétaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.