Les travaux de rénovation de l’usine marémotrice de la Rance - L'EnerGeek

Les travaux de rénovation de l’usine marémotrice de la Rance

la-Rance_usine_marémotrice_photoEDFEn service depuis 45 ans, l’usine marémotrice de la Rance (Ille-et-Vilaine) est aujourd’hui encore une installation quasi unique au monde : seule une autre centrale, située en Corée du Sud, permet de produire de l’électricité à l’échelle industrielle grâce à la force des marées. Pour pérenniser cette installation qui permet de fournir de l’énergie propre et renouvelable, EDF a lancé un important programme de rénovation du site. Lancé l’an dernier, il se poursuit cette année avec la rénovation des vannes principales, le remplacement des câbles de transport d’électricité et la rénovation des groupes de production.

L’usine marémotrice de la Rance, composée de 24 groupes « bulbe » d’une puissance unitaire de 10.000 kW et un barrage de 750 mètres de long, permet d’alimenter en électricité plus de 220.000 personnes.

Un programme de rénovation lancé l’an dernier doit permettre à l’usine de la Rance de conserver un niveau de performance et de sécurité élevé. Ce programme étalé sur 10 ans, comprend la rénovation des turbines, des vannes et des automatismes de commande de l’usine.

Représentant un investissement total de 100 millions d’euros, ces travaux mobilisent un grand nombre d’entreprises prestataires. Les travaux ont commencé en 2012 avec la rénovation de batardeaux et de l’une des turbines.

[stextbox id=”info”]Les travaux programmés en 2013[/stextbox]

La rénovation des vannes principales, qui permettent de vider et de remplir la retenue d’eau nécessaire à la production hydroélectrique, se déroulera sur 3 ans. Ces vannes mesurent 10 mètres sur 15, et pèsent chacune plus de 100  tonnes.

Les travaux de maintenance sur ces six vannes consisteront, entre autres, à rénover les structure en béton sur lesquelles les vannes sont positionnées, à nettoyer et vérifier l’état des structures métalliques (certaines parties des vannes sont immergées dans l’eau de mer depuis plus de 15 ans), et à rénover les vérins et les circuits hydrauliques permettant de manœuvrer les vannes.

Le remplacement des câbles de transport d’électricité

Des câbles à très haute tension (225 KV) permettent d’évacuer l’énergie produite sur le site de La Rance vers un poste de distribution d’énergie. Une autre liaison (63 KV) permet d’alimenter l’usine en énergie électrique. Ces deux liaisons construites en 1966 doivent être remplacées et modernisées. Le remplacement des câbles se déroulera entre 2012 et 2013.

La rénovation des groupes de production « bulbe »

9 des 24 groupes de production du site seront rénovés cette année. Ces travaux de maintenance consistent à vérifier les pales des turbines en les réparant si besoin, à remplacer l’étanchéité, à resserrer l’alternateur et à rénover les systèmes de manœuvre des pales de la turbine.

La production d’électricité se poursuit pendant toute la durée des travaux. La circulation routière (la route départementale 168 reliant Saint-Malo à Dinard passant sur le barrage) sera par contre perturbée occasionnellement.

Rédigé par : vincent-delong

Avatar
ven 10 Nov 2017
Au lendemain de la polémique créée par le revirement de Nicolas Hulot sur l’énergie nucléaire et l’impossibilité technique de réaliser l’objectif de baisse de l’atome dans notre mix électrique d’ici 2025, une nouvelle étude vient peser dans la balance de l’industrie…
mer 25 Sep 2013
Ann Makosinski, une jeune canadienne de 15 ans, vient de mettre au point une lampe torche uniquement alimentée par la chaleur que produit en permanence notre corps. Sa "Hallow Flashlight", de son nom de baptême, est un dispositif qui permet…
jeu 13 Avr 2017
Accumulant les nouveaux contrats dans le cadre de plusieurs appels d'offres émis ces derniers mois, la petite société spécialisée dans les énergies renouvelables Neoen a fait son bout de chemin et envisage désormais l'avenir sous les meilleurs auspices. Selon les…
dim 13 Août 2017
It's about my Africa est une plateforme de financement participatif lancée par l'Ivoirien Thomas Kacou afin de résoudre le problème de l'accès à l'eau potable sur le continent africain. Pour tenter d'enrayer ce fléau, le jeune entrepreneur compte notamment s'appuyer…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.