Fessenheim : le réacteur 2 peut fonctionner 10 ans de plus (ASN) - L'EnerGeek

Fessenheim : le réacteur 2 peut fonctionner 10 ans de plus (ASN)

Après le réacteur 1, en juillet 2011 , c’est le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim qui vient de recevoir une autorisation de poursuite d’exploitation pour dix années supplémentaires.

Cette autorisation a été délivrée par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) suite à la troisième visite décennale de la tranche 2 de la centrale alsacienne, qui s’est déroulée entre avril 2011 et mars 2012.

Si l’ASN n’a pas formulé d’objection à la poursuite de l’exploitation du réacteur 2, l’instance de sûreté impose toutefois à l’exploitant EDF la réalisation de certains travaux.

Même si certaines prescriptions sont spécifiques au réacteur 2, ces travaux sont relativement semblables à ceux qui ont été prescrist sur le réacteur 1 et intègrent les mesures de sûreté supplémentaires décidées suite à la catastrophe japonaise de Fukushima : renforcement de la résistance du radier sur lequel repose le réacteur, mise en place d’un appoint ultime pour assurer le refroidissement de la centrale en cas d’accident grave.

L’exploitant de la centrale EDF prévoit de réaliser certains de ces travaux à l’occasion d’un arrêt programmé du réacteur 2, au mois de juillet. L’ensemble des travaux prescrits par l’ASN devront être réalisés avant le 31 décembre 2013.

Même si cette autorisation de poursuite d’exploitation porte sur les dix prochaines années, le Président de la République François Hollande a annoncé que le centrale de Fessenheim serait fermée en 2017.

Mais le directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) Jacques Repussard a récemment exprimé son scepticisme quant à la possibilité de fermer Fessenheim dès 2017.

Selon lui la fermeture d’une centrale nucléaire ne peut être juridiquement valable que si elle votée par le Parlement, et après signature d’un décret. Or, selon Jacques Repussard, ce processus prend au moins 5 ans.

Le directeur général de l’IRSN a précisé que seul trois acteurs peuvent arrêter une centrale nucléaire en France : l’exploitant de la centrale,s’il le décide, l’ASN, si la sûreté de la centrale est mise en doute, et le Parlement, suite à un vote.

Rédigé par : jacques-mirat

Avatar
jeu 4 Jan 2018
Plus de six mois après avoir relancer officiellement son cinquième réacteur (le 6 juin 2017), le Japon poursuit lentement mais surement son retour sur la voie du nucléaire. L'autorité de régulation japonaise (NRA), seule apte à autoriser le redémarrage des réacteurs,…
ven 23 Déc 2016
Après les différentes péripéties que l’électricien français a connues à l’approche de l’hiver, celui-ci obtenait début décembre l’autorisation de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de remettre en fonction sept réacteurs nucléaires. Le processus de redémarrage pouvait alors débuter selon le planning…
mar 1 Mar 2016
Dans le secteur de la production d'électricité, le suivi de charge désigne la pratique qui consiste à faire varier la puissance de production d'une centrale afin de l'adapter aux pics de consommation. Les unités de production qui affichent de fortes…
lun 19 Mai 2014
A l’occasion de l’assemblée générale annuelle des actionnaires d’EDF, son PDG Henri Proglio a évoqué l'avenir du groupe alors que son mandat s’achève en novembre. Pour lui, il faut poursuivre la politique axée autour d’une électricité bon marché et des centrales nucléaires…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.