Au Japon, Tepco pourra bientôt redémarrer deux réacteurs nucléaires

Au Japon, Tepco pourra bientôt redémarrer deux réacteurs nucléaires

Kashiwazaki_Kariwa_Ncentrale_nucléaire_Japon

Quelques mois seulement après avoir relancer officiellement son cinquième réacteur (le 6 juin 2017), le Japon poursuit lentement mais surement son retour sur la voie du nucléaire. L’autorité japonaise de régulation (NRA), seule apte à autoriser le redémarrage des réacteurs, a donné mercredi 4 octobre son feu vert technique pour la remise en service des tranches 6 et 7 de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa dans le nord-ouest du pays. Une première pour l’opérateur Tepco, propriétaire de la centrale de Fukushima victime d’un tsunami en 2011.

Si ce feu vert n’est pas synonyme de relance immédiate, plusieurs autorisations politiques étant encore nécessaires, il constitue néanmoins un pas décisif sur le plan technique pour la compagnie nippone Tokyo Electric Power (Tepco), en grande difficulté depuis l’accident de Fukushima. Les nouvelles réglementations de sûreté et de sécurité imposées par la NRA, considérées comme faisant partie des plus sévères au monde, imposent en effet de longs programmes d’optimisation technique, et la validation des deux réacteurs de la centrale de Kashiwasaki-Kariwa apparaît logiquement prometteuse pour l’exploitant nucléaire.

Lire aussi : Japon : un cinquième réacteur nucléaire en cours de redémarrage

3On s’attend à ce que l’autorisation gouvernementale de redémarrer les réacteurs soit officiellement accordée au début de l’année prochaine, ou peu de temps après, à la suite de commentaires publics et d’un avis du responsable du Ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie (METI) sur l’éligibilité de Tepco en tant qu’opérateur », a écrit sur son site internet le Forum des industries atomiques japonaises (Jaif). Mais Tepco devra également obtenir les autorisations politiques des élus de la région, et notamment celle du gouverneur de la préfecture de Niigata sans laquelle aucun des réacteurs de Kashiwasaki-Kariwa ne pourra être relancé.

Lire aussi : Combustible nucléaire MOX : New Areva renforce son partenariat avec le Japon

Outre ce premier signe encourageant pour Tepco, c’est surtout la première fois que la NRA donne son feu vert à des réacteurs dits à eau bouillante (REB ou BWR), de même type que ceux de Fukushima daiichi, alors que les cinq réacteurs en activité actuellement au Japon étaient tous de type à eau pressurisée (PWR ou REP).

Crédits photo : Triglav

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 30 Nov 2015
Dans un sondage réalisé par l’institut d’étude Démoscope pour Swissnuclear, on apprend qu’une majorité de Suisses considèrent que l’énergie nucléaire est indispensable pour assurer leur approvisionnement en électricité. Tandis que les personnes interrogées ne veulent pas dépendre de l’étranger, elles refusent…
lun 2 Jan 2017
Confronté à une crise énergétique sans précédent, le Pakistan entend diversifier ses sources d'approvisionnement électrique et compte notamment sur le développement de l'énergie nucléaire pour réduire à la fois son déficit énergétique et sa dépendance aux combustibles fossiles. Islamabad a…
jeu 11 Août 2016
L’entreprise Westinghouse a annoncé avoir signé un accord avec les autorités ukrainiennes pour la construction d’une usine de combustible nucléaire. L’unité de production servira notamment à alimenter les réacteurs ukrainiens, qui dépendent actuellement à 95 % des approvisionnements russes. (suite…)
lun 29 Août 2016
L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a communiqué le 26 août dernier ses prescriptions pour le démantèlement de la centrale Phénix, dans le Gard. En plus de réclamer au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) une mise à jour de l’étude d’impact,…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *