RE 2018 : la rénovation énergétique s'impose dans le bâtiment ! - L'EnerGeek

RE 2018 : la rénovation énergétique s’impose dans le bâtiment !

En matière de construction et de rénovation de l’habitat, il est plus que temps d’agir pour limiter les impacts environnementaux. En effet, il faut rappeler que le secteur du bâtiment rejette chaque année plus de 20% du total des émissions de CO2. Les réglementations thermiques et environnementales qui se succèdent en la matière vont-elles dans le bon sens et sont-elles vraiment efficaces ? L’Energeek a posé la question à Nicolas Durand, Président de Cozynergy, une société française spécialisée dans la mise en œuvre de travaux de rénovation énergétique des habitations résidentielles.

  • De nouvelles réglementations environnementales se succèdent dans le bâtiment ? On peut citer la RT2005, RT2012, les futures RE2018 et RT2020… Comment ont évolué les métiers spécialisés dans la mise en œuvre de travaux de rénovation énergétique ?

Les réglementations obligent à atteindre de meilleures performances en termes de consommation d’énergie. Ces dernières suivent néanmoins des standards que l’on peut constater dans d’autres pays industrialisés et sensibles au sujet. Prochainement en plus de l’aspect énergétique, on va voir arriver l’aspect environnemental.
Depuis plusieurs années, les réglementations RT2000, RT2005 et RT2012 se sont orientées sur une amélioration de la performance énergétique. Pour les années à venir, les pouvoirs publics orientent ces réglementations sur la performance environnementale pour analyser le cycle de vie complet des bâtiments et atteindre une consommation nulle (appelée bâtiment à énergie positive ou BEPOS). Ceci passera notamment par les Réglementations Environnementales RE2018-2020.

  • Que pensez-vous personnellement de l’évolution de ces réglementations et notamment de la RE2018, prochainement mise en place ?

Je considère que ces réglementations permettent d’améliorer les standards donc pour moi cela va dans le bon sens. Par contre, il faut accompagner les professionnels afin que les transitions ne soient pas trop coûteuses et qu’elles soient des opportunités et non des contraintes fragilisant la profession à chaque transition. A priori cette Réglementation Environnementale verra le jour en 2018 voire 2019.

  • Depuis la RT2005, un coefficient de 2,58 est attribué à l’électricité alors qu’il est de 1 pour le fioul et le gaz, des énergies nettement plus polluantes. Ces réglementations se durcissant de plus en plus, quelles conséquences ces coefficients peuvent-ils avoir sur les professionnels du bâtiment comme sur les particuliers ?

La conséquence de ce coefficient de 2.58 pour l’électricité (une énergie transformée) est simple : les solutions Effet Joule (chauffage électrique sous toutes ses formes) sont moins bien valorisées sur les Diagnostics de Performance Énergétiques (DPE).

  • Etes-vous d’accord avec Patrick Vandromme, président de l’organisation LCA-FFB (qui regroupe Les Constructeurs et Aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment) qui voudrait juste : « qu’on nous laisse respirer. Arrêtons les normes : nous sommes désormais en chemin vers la RE2018, nous irons vers la RT2020, mais les règles se succèdent et se superposent. »

Oui, même si en tant que chef d’une entreprise agile, nous arrivons à nous adapter très rapidement. Chez Cozynergy nous essayons même d’anticiper les standards de demain afin de permettre à nos clients de faire les meilleurs investissements pour leur maison ou leur appartement. Nous y voyons plutôt une opportunité de faire évoluer notre métier de la rénovation en prenant en compte l’Environnemental.

  • Concrètement, comment ont évolué les mentalités des particuliers pourtant, jusque-là, très attachés à l’électrique ?

Probablement l’habitude est une impression de simplicité. L’évolution des prix du kWh électrique sera de nature à faire évoluer les mentalités. Néanmoins, je pense que chez les particuliers, les mentalités ont évolué depuis l’arrivée de la RT2012 car les solutions les plus présentes aujourd’hui sont des pompes à chaleur, soit Air/Air ou Air/Eau (qui restent quand même des solutions électriques…). Il en est de même pour les solutions Eau Chaude Sanitaire qui migrent vers des chauffe-eaux thermodynamiques.

  • Pour quel type de rénovation fait-on le plus appel à Cozynergy ? Isolation du bâtiment, production électrique, production thermique ou Smart Home ?

Notre approche globale qui commence toujours par un audit gratuit ne permet pas de privilégier l’une ou l’autre des solutions. Au final, chez nos plus de 1 000 clients Cozynergy, nous observons un certain équilibre entre chauffage, isolation et menuiseries. Le Smart home reste en retrait pour l’instant par contre le photovoltaïque est en train de redémarrer.

  • En moyenne, combien coûte la rénovation énergétique d’une maison ?

Le panier moyen chez Cozynergy est d’un peu plus de 10 000 €. Pour une rénovation énergétique globale, il faut plutôt compter 15 000 €.

  • Les subventions et primes énergiques sont-elles vraiment suffisantes pour combler les surcoûts estimés en moyenne entre 8 et 11% pour la rénovation énergétique ?

Les surcoûts par rapport au neuf viennent de la singularité des poses à réaliser en rénovation, des risques, de la nécessité de nettoyer, d’expliquer au client qui occupe l’habitation comment les travaux vont se dérouler.
Les subventions sont un avantage même si les démarches pour les obtenir sont lourdes. Concernant le montant de ces subventions lorsqu’on les cumule, je trouve cela intéressant. Par contre, pour le moment, les clients particuliers ne savent pas qu’ils peuvent bénéficier entre 30 et 80% voire plus parfois, du coût de leurs travaux pris en charge par les subventions.

Rédigé par : Nicolas Durand

Nicolas Durand
Nicolas Durand, est président de Cozynergy, une société française spécialisée dans la mise en œuvre de travaux de rénovation énergétique à destination des habitations résidentielles.
jeu 22 Déc 2016
Disposant d'un potentiel hydraulique et éolien considérable, l'Ethiopie développe depuis plusieurs années de nombreux projets renouvelables afin de diminuer ses émissions de CO2 et garantir un développement énergétique et économique durable. Le barrage Gibe III situé le long de la…
ven 29 Août 2014
EDF EN, filiale énergies renouvelables du groupe EDF, a annoncé officiellement ce jeudi 18 août 2014, la mise en service de trois nouveaux centres de production éoliens dans la région Languedoc-Roussillon. Une région qui bénéficie de conditions climatiques largement favorables à l'exploitation…
mer 3 Avr 2013
Selon une étude allemande parue en 2007, la quantité de déchets issus de la filière photovoltaïque double chaque année et pourrait atteindre 35 000 tonnes par an d’ici 2020. Suite à une nouvelle directive européenne, les entreprises du secteur doivent aujourd’hui…
mer 17 Sep 2014
C'est dans le Parc Naturel Régional des Ardennes, aux abords de la localité de Revin, qu'EDF a entamé cet été un vaste projet de mise à niveau de la centrale hydraulique de Revin (également appelée centrale de Saint-Nicolas). Troisième Station…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *