L’ASN prépare le démantèlement de la centrale Phénix dans le Gard - L'EnerGeek L’ASN prépare le démantèlement de la centrale Phénix dans le Gard - L'EnerGeek

L’ASN prépare le démantèlement de la centrale Phénix dans le Gard

ASN_PhénixL’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a communiqué le 26 août dernier ses prescriptions pour le démantèlement de la centrale Phénix, dans le Gard. En plus de réclamer au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) une mise à jour de l’étude d’impact, l’autorité indépendante a fixé la date du prochain réexamen de sûreté, tandis que le processus devrait être achevé « vers 2045 ».

Construite sur le site de Marcoule (Gard) en 1968, la centrale Phénix appartient à la filière des Réacteurs à Neutrons Rapides (RNR) et a fonctionné entre 1973 et 2009. D’une puissance électrique de 250 MW, ce réacteur doit désormais être démantelé « au plus tard en 2050 », conformément au décret du 5 juin 2016.

Afin de préciser le déroulement des opérations, l’ASN a adopté la décision n02016-DC-0564. Depuis le 26 août et la publication d’un communiqué de l’autorité, on connait plus en détails les obligations qui incombent au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), chargé de réaliser les travaux.

Lire aussi :  Le CEA, un acteur majeur de la recherche énergétique

Ainsi, l’organisme de recherche devra notamment assurer la « mise à jour du référentiel de sûreté afin d’y intégrer des éléments relatifs à la gestion des déchets, ainsi qu’une mise à jour du plan d’urgence interne de l’installation et de son étude de dimensionnement, intégrant les scénarios accidentels actualisés relatifs aux opérations de démantèlement ».

Par ailleurs, la date du prochain réexamen de sûreté a été fixée, il devra intervenir « au plus tard le 31 octobre 2022. Celui-ci aura un double objectif : « d’une part, de procéder à un examen de conformité de l’installation afin de vérifier qu’elle respecte bien l’ensemble des règles qui lui sont applicables, d’autre part, d’améliorer son niveau de sûreté (réévaluation de sûreté) en tenant compte de l’évolution des exigences, des pratiques et des connaissances en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection, ainsi que du retour d’expérience national et international ».

Crédit Photo : @ASN

Rédigé par : lucas-goal

mer 2 Jan 2013
Le risque de pénurie d’électricité hivernal sera finalement moins important que prévu en Corée du Sud. En effet, l’un des trois réacteurs nucléaires arrêtés en novembre 2012 suite à la détection de pièces non conformes, vient d’être relancé. Shim Eun-Jung,…
ven 8 Avr 2016
Pour le 70ème anniversaire d’EDF, le 7 avril dernier, le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, était présent à la Fondation du groupe, dans le 7ème arrondissement. Le locataire de Bercy a notamment affirmé vouloir lever la pression financière qui s’exerce sur…
mer 2 Sep 2015
Initialement prévu pour avril 2009, le projet finlandais EPR Olkiluoto 3 devrait être mis en service d'ici à fin 2018, soit avec 9 années de retard accumulées. La phase de test devrait enfin pouvoir commencer dès février 2016, l'année prochaine. Une…
ven 24 Juil 2015
La Corée du Sud a dévoilé, mercredi dernier, son plan d'approvisionnement en énergie. Axé sur 15 ans, il prévoit la construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires afin de répondre de manière optimale à une demande croissante tout en limitant les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *