Le mix électrique de la Russie : 67,5% d'énergie fossile - L'EnerGeek

Le mix électrique de la Russie : 67,5% d’énergie fossile

La production électrique de la Russie est largement dominée par les énergies fossiles. Le pays dispose d’importantes ressources en gaz et autres hydrocarbures. Mais il développe peu les filières renouvelables.

D’après les chiffres publiés par l’observatoire des énergies renouvelables Observ’ER, la Russie est le quatrième producteur mondial d’électricité, avec 1 053,6 TWh en 2011, derrière la Chine, les Etats-Unis et le Japon.

La Russie est riche en ressources énergétiques. Le pays est le premier producteur et exportateur mondial de gaz. Il possède les plus grandes réserves de gaz naturel du monde ainsi que les deuxièmes plus grandes réserves de charbon et les huitièmes pour le pétrole.

Le plus vaste état du monde détient par ailleurs 32 réacteurs nucléaires, qui assurent 16,3% de la production nationale. Il se situe au quatrième rang mondial des pays producteurs d’électricité nucléaire.

Les énergies fossiles, principales ressources

Les combustibles fossiles sont à l’origine de 67,5% de la production russe d’électricité en 2011. La part du gaz naturel comme source d’énergie primaire est très élevée en comparaison des autres pays. La Russie est le premier producteur mondial de gaz naturel, avec 20% de la production mondiale ainsi que le premier exportateur avec 23,5 % des exportations mondiales de gaz.

L’Etat possède également les secondes réserves de charbon, avec 157 milliards de tonnes de réserves. En 2011, la Russie est aussi le sixième producteur de pétrole (4,3% à la production mondiale).

L’hydraulique, première source renouvelable

La Russie est le cinquième producteur mondial d’hydroélectricité, mais elle dispose du deuxième potentiel hydroélectrique au monde, derrière la Chine.

15,8% de l’électricité de la Russie provient de l’hydraulique. Il s’agit, de loin, de la première source d’électricité renouvelable du pays. En effet, les productions de la filière géothermique, biomasse et éolienne restent très marginales. L’éolien, par exemple, produit seulement 18 GWh. Quant à l’énergie solaire, sa production est quasi nulle.

La part des énergies renouvelables est en baisse : en 2001, elle correspondait à 19,7% de l’électricité produite, contre 15,8% dix ans plus tard. Cette diminution s’explique par l’augmentation de la production thermique et nucléaire au cours de la décennie, pour répondre aux besoins croissants du pays.

Toutefois, une augmentation de la production des filières renouvelables, notamment pour l’hydraulique, peut être attendue dans les années à venir. En 2010, la Banque Mondiale a annoncé la mise en œuvre d’un programme de 165 millions de dollars portant sur les énergies renouvelables de la Russie.

 

 

 

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 25 Mai 2017
Fragilisé par la crise post-électorale meurtrière de 2010-2011, le réseau électrique national de Côte-d'Ivoire se développe désormais à un rythme soutenu. Les projets de lignes et de centrales électriques se succèdent et s'appuient à la fois sur une volonté politique…
mar 2 Déc 2014
Alors qu’environ 70% des habitants d’Afrique sub-saharienne n’ont pas accès à l’élecrticité, le plan « Power Africa » promis à l’été 2014 par le président américain Barack Obama annonce avoir rempli 25% de ses objectifs en quelques mois seulement. Toutefois ce plan…
lun 17 Juil 2017
A l’heure où l’autoconsommation d'énergie électrique commence à se développer dans l’Hexagone, via l’installation de panneaux solaires à domicile, les systèmes de stockage d’énergie pour particuliers apparaissent progressivement. Les constructeurs automobiles et fabricants d'électronique se lancent chacun à leur tour…
mer 7 Fév 2018
Ce mercredi 7 février 2018, la Cour de comptes publiait son rapport annuel 2018, destiné à mettre en lumière des exemples de mauvaise gestion de l’argent public. Parmi eux, les compteurs communicants Linky, actuellement déployés dans l’Hexagone par Enedis (ex ERDF).…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *