L’eau salée comme nouvelle source d’énergie

L’eau salée comme nouvelle source d’énergie

eau salée énergie osmotique

En marge des technologies traditionnelles, une start-up française, Sweetch Energy, s’illustre par une avancée de taille dans le domaine de l’énergie renouvelable. Fondée par l’ingénieur Bruno Mottet et le physicien Lydéric Bocquet, la société ambitionne d’exploiter l’énergie osmotique, aussi appelée « énergie bleue », un potentiel énergétique colossal mais encore inexploité à ce jour.

L’énergie osmotique se libère lorsque de l’eau douce rencontre de l’eau salée, typiquement dans les estuaires. Les chercheurs ont développé une technologie qui exploite l’énergie générée par la variation de concentration saline entre les courants d’eau douce et d’eau de mer. Cette énergie devient alors de l’électricité grâce à des membranes spéciales développées par Sweetch Energy. Le processus, non seulement renouvelable mais aussi non carboné, pourrait répondre à une partie croissante des besoins énergétiques mondiaux, offrant une alternative propre aux énergies fossiles.

L’eau salée, un potentiel immense sur le plan industriel

Le potentiel industriel de cette technologie est énorme. Les fondateurs de Sweetch Energy ne se contentent pas de prototypes, ils envisagent déjà des installations à grande échelle. Aujourd’hui, la start-up développe des membranes de plus en plus grandes, certaines atteignant les dimensions de véritables rouleaux de papier, et prévoit la mise en service d’un premier démonstrateur à Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Ce premier site démonstratif, prévu pour démarrer à la fin de l’année, représentera un jalon essentiel. Il doit non seulement valider la technologie en conditions réelles mais également prouver l’efficacité et la fiabilité de la production d’énergie osmotique. Avec des prévisions de production ambitieuses, Sweetch Energy pourrait bien rivaliser avec les centrales nucléaires en termes de capacité dans les décennies à venir. « C’est comme si nous fabriquions les premiers panneaux solaires », a déclaré Bruno Mottet interrogé par Le Point.

Développer une filière industrielle

Au-delà de l’innovation technique, le chemin vers une industrialisation complète de l’énergie osmotique est jonché de défis. Le plus pressant reste le développement d’une filière industrielle capable de soutenir la production de ces membranes à grande échelle. La start-up a déjà initié un travail de lobbying pour intégrer l’énergie osmotique au réseau électrique européen. Toutefois, Bruno Mottet est confiant. « D’ici à 2050, on pense qu’elle pourrait représenter plus de 15 % du mix énergétique total ! », a-t-il déclaré à l’hebdomadaire.

La reconnaissance de cette énergie comme viable et intégrable au réseau électrique constitue une avancée majeure. Néanmoins, la mise en place d’une chaîne de production durable, impliquant des partenariats avec des industriels, reste capitale pour le déploiement à grande échelle de cette technologie prometteuse. Et il va falloir aller vite car avec l’essor des véhicules électriques, on prévoit une forte hausse de la consommation mondiale d’électricité. Cette dernière pourrait frôler les 30 000 térawattheures d’ici 2025, d’après les estimations de l’Agence internationale de l’énergie. Explorer des alternatives énergétiques renouvelables autres que l’éolien et le solaire est donc capital.

Rédigé par : Stéphanie Haerts

Avatar
Rédactrice dans la finance et l'économie depuis 2010. Après un Master en Journalisme, Stéphanie a travaillé pour un courtier en ligne à Londres où elle présentait un point bourse journalier sur LCI. Elle rejoint l'équipe d'Économie Matin en 2019, où elle écrit sur des sujets liés à la consommation, la finance, les technologies, l'énergie et l'éducation.
L'industrie automobile américaine pourrait bien être sur le point de gravir une nouvelle marche vers la mobilité durable pour les véhicules lourds. Les équipes de l'entreprise Achates Power et du Laboratoire national Argonne sont en train de développer un nouveau…
jeu 12 Oct 2023
Le rétrofiter sa voiture : une solution d'avenir ? Depuis le début du XXIe siècle, la mobilité verte est au cœur des préoccupations environnementales et le gouvernement en fait une priorité en multipliant les aides, telles que le bonus écologique,…
ven 22 Déc 2023
Volkswagen s'aligne sur les géants de l'industrie en adoptant la norme de recharge nord-américaine de Tesla, le NACS. Cette décision marque un tournant stratégique pour le groupe allemand et ses filiales, mais aussi pour le passage à l'électromobilité. Voiture électrique…
jeu 9 Nov 2023
L'Ecowatt se réinvente avec son signal "vert +", une innovation qui guide les Français vers une consommation électrique plus verte. Cette application, déjà ancrée dans le quotidien de millions d'utilisateurs depuis 2020, s'impose comme l'outil incontournable pour une gestion énergétique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.